Flashback. Il y a environs 345 ans de cela, je vous racontais que, suivant les conseils de ma dermato, j’avais arrêté de laver mon visage à l’eau.

Moi qui n’aimait rien plus que faire mousser mes lotions démaquillantes matin et soir, bien décaper tout partout le méchant sébum (Méchant !!! Méchant sébum !) qui est mon ennemi depuis mes 13 ans et demi, j’étais foutue.

Ma dermato m’avait conseillé trois produits. Juste trois. Matin et soir.

“Même pas un soin contour des yeux ?”, je lui demandais, effarée.
“Non, même pas, juste ça.”.

Ça, donc :

1/ Le lait démaquillant Hydrabio Lait.
2/ L’eau thermale d’Avène.
3/ La crème émolliente Ictyane H.D “dessèchement cutané sévère”.

[ Oui, je sais.

Bienvenue dans ma salle de bain déprimante.

Franchement, le design des produits de parapharmacie me donne envie de mourir.

Pendant que ma dermato rédigeait son ordonnance, j’essayais d’imaginer comment je pourrais les repeindre, ces flacons tout moches, où les transvaser dans mes anciens produits Aesop que je n’arrive pas à jeter tellement ils sont beaux. Je finissais par voter intérieurement pour les flacons Muji, minimalistes et chic, total Phoebe Philo approved.

Ça commençait presque à aller mieux.

Quand soudain je revenais à la réalité : ]

“Attendez, dessèchement cutané sévère” ? Non mais n’importe quoi !!! J’ai la peau mixte, moi !!!
A tendance très très mixte ! Le combat de ma vie c’est de lutter contre la peau qui brille et vous voulez me donner une crème spécial “dessèchement cutané sévère” ?”

“Oui. Parce que votre peau, si vous l’agressez , elle se bat pour s’hydrater, et le résultat, c’est qu’elle brille. Mais ça ne veut pas dire qu’elle est hydratée. Arrêtez l’eau du robinet, hydratez-vous correctement, et vous verrez.”

J’adore ma dermato : elle a la force tranquille du Yoda, nécessaire pour affronter l’hystérique que je suis. (Elle est beaucoup plus jolie que le Yoda, hein.)
Un jour, je vous dirais ce qu’elle m’a répondu le jour où je lui demandais “Ce qu’elle penserait si un jour elle devait me faire un truc genre botox ou quoi, même si je ne voudrais jamais de ma vie en faire, qu’est ce que elle, elle dirait, vu qu’elle est pro, même si je veux pas le faire juste comme ça pour avoir son avis pour rire”.
(Bien sûr, qu’elle avait compris ma question : c’est pour ça que je l’aime. Sa réponse ? Un peu moins satisfaisante en revanche. Je vous en reparlerais)

Bref, revenons à notre sujet.

Comme je suis obéissante, j’ai commencé à utiliser mon traitement, mortifiée à l’idée de me retrouver avec une peau visqueuse genre canard laqué, yeurk, beurk, dégueu.

Ben la viscosité est passée pas loin, hein. Venez on en parle pas.

Mais très vite, la brillance s’est atténuée. Ma peau est devenue beaucoup plus souple, plus claire et même si elle brille toujours un peu (c’est sa nature, la conne) quand elle est en pleine santé, comme ça… Je trouve ça presque joli.

En plus j’adore, mais j’adore ne plus utiliser d’eau ! Surtout qu’en fait, j’utilise de l’eau…
Mais de la bonne eau. Et quand je la pschiiiite mon eau thermale sur mon visage, c’est un vrai moment d’orgasme publicitaire de première catégorie.

Wooooouh, aaaaaaaaah… Je le vaux bien.

Epilogue : Bon, entre temps, je suis rentrée à New York où il est difficile de trouver exactement les mêmes produits. Après avoir cherché le bonheur chez Séphora (bouh!) et chez Duane Reade, je suis retournée à mes fondamentaux : J’utilise le lait démaquillant Caudalie (j’adore)(et puis l’emballage est quand même vachement plus sympa), l’eau thermale QuiMeTombeSousLaMain et la crème Ictyane qui se trouve relativement facilement ici.

Et voilà ! La prochaine fois je vous parle de mon fantastique font de teint.

Merde, je suis en train de devenir une prêtresse de la beauté.