Vous avez regardé It’s A Brad Brad World ? Alors, vous en pensez quoi ?

Quoi. Vous ne connaissez pas Brad ? Pas grave – du tout. Attendez, je récapitule.

Brad G est l’ancien assistant de Rachel Zoe. Rachel Zoe est une styliste de stars (à dire avec un air profond), qui grâce à son émission de télé-réalité est devenue plus célèbre que les stars qu’elle stylise.

Brad était son assistant , très très présent dans son émission de télé-réalité, et quand elle l’a viré, non, quand il est parti, non quand… Enfin bon quand il a commencé sa propre carrière de styliste de stars, il a naturellement lui aussi décroché sa propre émission de télé-réalité.

Donc ça s’appelle It’s A Brad Brad World et d’après ce que j’ai vu ça n’a pas grand intérêt, si ce n’est que la fashion-réalité est en train de devenir un genre en soi, et adore donner de la mode cette image hystérique, peuplée de freaks égocentriques, pathétiques et hilarants à la fois, capables de pleurer de bonheur à la vue d’une nouvelle Louboutin, de se fâcher à vie pour une histoire de longueur de jupe et de dire – très sérieusement – des trucs comme :

“It’s a famine of beauty !” (Andre Leon Talley).

Quand je regarde ces émissions, j’ai toujours la même réaction :

Réaction 1/ La mode est-elle aussi dingue ?
Réaction 2/ La mode a-t-elle vraiment mérité d’être caricaturée de la sorte ?
Réaction 3/ Nonononon, Scott, attends, zappe pas, encore deux min…

On en parlait avec Scott, et il me disait que ces émissions de télé-réalité ne montraient que les 1%.
On ne montre que très rarement les 99% de la mode, ceux qui travaillent sans être sous les sunlights, qui sont élégants mais aussi discrets, qui adorent ce qu’ils font et laissent leur travail parler de lui-même. Et après on s’étonne que le grand public se méfie de la mode et ne la prenne pas au sérieux…

Bon. En même temps :

En même temps ça me fait hurler de rire, et tant que c’est pris avec le recul nécessaire, ça ne me dérange pas tant que ça.

Le show-business n’a pas que des défauts. Michael Kors est en train de réussir l’incroyable exploit d’être une star de la télé-réalité ET d’être un designer prospère et pris au sérieux, Condé Nast vient se lancer dans l’entertainment, Tyra Banks a créé un véritable empire, Kate Lanphear, fashion director du Elle US – et que vous connaissez bien, est apparue sur MTV dans The City.
Et vu les pertes publicitaires que les magazines enregistrent depuis l’arrivée d’Internet, ils n’ont déjà plus le choix : ils vont devoir se diversifier.

Pour finir, s’il y a un truc que j’ai toujours aimé dans la mode, c’est sa capacité à accepter, justement, ce qu’on appelle les “freaks”.
On pense souvent à la mode comme ce monde où l’on ne peut exister que par sa beauté, sa minceur ou son argent. Mais quand on y regarde de plus près…

On peut y travailler jusqu’à la fin de ses jours, ou commencer incroyablement jeune. On peut n’avoir fait aucunes études et y construire des parcours incroyables. On peut être gay, straight, black, gros, beau, moche, petit, s’habiller n’importe comment ou s’habiller pareil tous les jours – du moment qu’on est bosseur et qu’on a du talent, on sera accepté.

Finalement, il y a peu de milieux qui peuvent en dire autant, non ? Qu’est-ce que vous en pensez, ça vous plaît ou ça vous énerve, la “fashion-réalité” ?