Telle que je vous écris, je suis toujours à Miami, il fait un temps magnifique, les oiseaux chantent, et je suis allongée au…
Fond de mon lit, où je combats une fièvre carabinée qui m’attaque depuis la nuit dernière.

Pfffffff.

Ça vous est déjà arrivé ces moments où on met TOUT en oeuvre pour essayer de se détendre et de se reposer mais où TOUT se met en travers de votre route ?

Yep, ça décrit parfaitement notre week-end à Miami :

Se féliciter d’avoir réservé un hôtel génial, old Miami Beach style, pur bonheur.
Arriver à l’hôtel et se rendre compte qu’on s’est trompés d’hôtel, donc de réservation, donc de… Week-end. Essayer de rester positifs et de se dire que ça va être bien, quand même, cet hôtel à la déco douteuse. Aller quand même checker les chambres disponibles à l’hôtel où l’on voulait aller (maintenant qu’on se rappelle parfaitement du nom) : ne reste plus qu’une suite avec terrasse côté mer, tarif 57@4#&$$$ dollars la nuit. Ohhh, pas grave.

Se dire qu’on va enfin pouvoir passer du temps en amoureux, main dans la main, yeux dans les yeux, 24/24.
Se rappeler au dernier moment que Scott et moi, on n’aime pas toujours faire les mêmes trucs, en fait, à propos.
Scott, comme la plupart des gens normalement constitués, adoooooore passer du temps à la piscine, au soleil. Moi, comme la plupart des paranos du soleil, j’aime bouquiner à l’ombre. La vraie ombre, genre sous un arbre sous un parasol sous un chapeau. Ooooooh pas grave, on s’enverra des textos.

Se dire que pour ne pas se stresser avec des bagages, le mieux c’est de prendre le moins de trucs possible : un maillot, un jean, une toute nouvelle chemise bleu foncé trop belle que je viens d’acheter, un short, et basta. No bagages : NO STRESS !
Se rendre compte à l’arrivée que la chemise a complètement déteint sur mon jean préféré (ET blanc). Se retrouver avec une tenue pour tout le week-end. Baaaah, shopping.

Se dire qu’on va se la couler douce sous les sunlights des tropiques.
Se rendre compte qu’on aurait mieux fait de se renseigner sur les activités culturelles miamesques du week-end. Parce que, ce week-end ? Festival House.
S’en apercevoir au moment où, à neuf heures du mat à l’hôtel alors que vous prenez votre petit dèj, la musique explose dans vos oreilles. Boum, boum, boum à l’hôtel, boum boum boum dans les rues, boum boum boum à la plage. Tee-shirts I am sexy and I know it. Lamborghinis rutilantes. Tee-shirts I am in Miami, Bitch ! Filles en maillot ET talons aiguilles dans la rue. Tee shirt Kiss My Abs. Pour le streetstyle on repassera, hors festival house, hein.

Se dire que le boum boum boum 24/24 quand même c’est trop, on n’a plus qu’à changer d’hôtel.
Prendre la meilleure décision du séjour, s’enfuir au Standard, au calme, loin de Miami Biatch. Aaaaaaah…

Se dire que pour VRAIMENT arriver à se détendre, rien de mieux qu’un yoga. Ça tombe bien, au Standard, il y a des super cours de yoga. Se dire que ça va être le paradis, surtout quand le prof dit: “Oh, il fait tellement beau aujourd’hui, allons pratiquer dehors !”
Se retrouver 1 heure plus tard, aveuglée par le soleil et cramoisie, en position du lotus dépressif, parano solaire à vif, encore plus stressée si vraiment c’était possible.

Se dire que tout ça ce n’est pas grave, parce que maintenant on va enfin pouvoir se détendre. Se coucher tôt et se dire qu’à partir de demain, on ne FAIT RIEN, ON SE DÉTEND, BORDEL !
Se réveiller à 4h du matin, en sueur. Malade. Passer la journée enfermée dans sa chambre sous les couvertures et Scott en mission médocs à Miami. Envoyer un texto plaintif à sa môman. Mamaaaaaaan !!! Au secours ! Malaaaaade à Miaaaaami !!! Qui répond en mode psychanalyse (vous connaissez ma maman) : Ma chérie ! Peut-être que tu ne t’autorises pas à prendre des vacances ? Pffff.

Décider de ne pas baisser les bras et de passer une journée de plus à Miami. Aujourd’hui donc. Non, vraiment, je sens que je vais finir par la kiffer à fond cette ville : c’est beau, il fait chaud, c’est sûr que ça va être trop chouette. Allez hop ! Souhaitez-moi une bonne journée !

——-
En illustration, un dessin que j’avais fait pour Louis Vuitton, un collaboration que j’avais adorée et dont il faut que je vous montre le résultat au plus vite !