Et maintenant, Miami, du côté cool !

  • On peut acheter les souvenirs à la con les plus chouettes du monde. Des lunettes en forme de verre à cocktail? Check. Des magnets en forme de surf vintage ? Check. Des gourmandises à la noix de coco qu’on ne veut même pas goûter mais qu’on ramène juste pour la boîte ? Check. Des tee shirt I am in Miami, bitch !, Non mais ça va pas la tête ?
  • Les gens sont hospitaliers !!! Sur la photo, Maria, rencontrée au cours de yoga où j’ai cramé, m’a invitée à déjeuner chez elle et à rencontrer ses amis, paf comme ça direct.
  • On peut manger du très bon crabe. Il paraît.
  • Pour les jeunes femmes de ma génération (c’est à dire dont le papa se repaissait de Deux Flics À Miami pendant son enfance) on se rappelle de bons souvenirs ET on peut envoyer des cartes postales débiles à son père, qui les regardera d’un oeil attendri.
  •  On peut aller faire un tour au Webster, LA boutique de Miami, et se ruiner bien comme il faut. Il suffit de prétendre que votre chemise bleue a déteint sur votre jean blanc et que vous n’avez plus rien à vous mettre.
  • On peut se faire faire un massage du feu de dieu au Standard par un dieu grec nommé Ben qui vous étire en tirant sur votre pied dans un sens et votre cou de l’autre. Oui, on à l’impression qu’on va se casser en deux. Mais il continue à tirer. “Maaaaaaaais je vais me casser en deux !!! Beeeeeen !!!” Mais il tire. Ahhhhh ! On sort de là, on a gagné trois centimètres.

Donc perdu 2 kilos, non ?

  • Franchement, la ville est super belle. Les bâtiments Art Déco sont sublimes et encore beaucoup d’entre eux sont dans leur jus. Les couleurs sont hallucinantes. Et il y a des palmiers partout. Et moi, les palmiers, ça me fait rêver.
  • Et enfin, le meilleur pour la fin…

Les gens sont hyper hospitaliers !!! 

Pharrell Williams, dont je suis fan depuis son premier album, habite à Miami et adore nos blogs (!!!), et a vu qu’on était dans le coin et nous a proposé de venir passer l’aprèm à son studio.

Ça a été l’une des après-midi les plus inspirantes de ma vie. On a plongé dans son monde, écouté tout ses nouveaux morceaux, vu comment il bossait (là il enregistrait avec un jeune prodige qu’il a trouvé sur internet), parlé de mode et aussi dansé comme des fous (oui oui, en plein milieu de l’aprèm) sur un nouveau morceau qui va être un HIT. Respect for ever. Goooooooosh thank you Pharell !!!

Bon allez sur ce je vous laisse, retour à la vraie vie !!! Bonjour, New York !