À me lire, on aurait presque l’impression que je saute d’un pays à l’autre, comme par magie tiens, pouf ! Un jour Tokyo, pouf, un jour Cannes, et pouf ! De retour à New York, ahan, trop facile la vie de jet-setteuse.

Mais la vérité, c’est que c’est pire que Inception*.

Mon body, il veut plus entendre parler de fuseaux horaires.
Il se rebelle, à mort.

L’enfer, c’est dans le sens du retour.

Là, tenez, par exemple, hier, au studio, tout le monde avait certainement l’impression** que je bossais derrière mon ordi, mais la vérité vraie, c’est que je dormais comme une bûche avec les doigts crispés en position je tape passionnément sur mon clavier.
Les yeux grand ouverts. Et, comme je l’ai appris plus tard, la bouche, aussi. Ouverte.

À un moment, je suis allée aux toilettes, et je me suis littéralement assoupie sur la cuvette, mon Iphone dans la main***.

Là j’ai dit: “Ok, les enfants, je vais faire une sieste.” Personne n’a sourcillé.****

Ensuite, sous la torture parce que je ne pouvais pas annuler, j’ai pris le risque de sortir de chez moi dans cet état proche de l’Ohio – en gros imaginez l’effet d’un joint d’herbe + de 3 Advils + d’une nuit en bateau à regarder Inception – et là, New York m’est apparu comme un jeu d’arcades, genre, Super Mario Kart*****, où le truc c’était d’éviter de rentrer en collision avec les passants.
ET IL Y EN A, DES PASSANTS, SUR BROADWAY !

À un moment, j’ai traversé au feu rouge, complètement à l’ouest, et après m’être fait raser puis passablement insulter par un taxi, j’ai remercié la pluie de m’avoir dissuadée de partir en vélo.

La journée a fini par se dérouler sans incident grave (c’est à dire que j’ai fini par aller me réfugier dans un salon de massage) jusqu’à ce qu’à 8h30, je m’écroule, sans préavis, sur mon canapé en face de Modern Family, à un moment hautement crucial (Cam et … vont-ils avoir un bébé ?)(Je ne le saurai jaaaamais !!!).

Scott a, paraît-il, tenté de me réveiller, mais je n’ai pas bougé un sourcil.

De guerre lasse, il m’a laissée dormir sur le canapé.

Canapé d’où je vous écris ce matin (oui, il est 5h du mat pourquoi ? Bien sûr que j’ai déjà pris mon petit dèj !), en pleine forme alors que New York dort, prête à croquer la vie à pleines dents.

Jusqu’à 10 heures du mat. Là, normalement, je commencerai à bailler.

(Et ça, c’est juste mon retour d’Europe. Vous n’imaginez même pas mon retour du Japon. Ce bordel, ça a duré deux semaines.)
(Ceci est un mot d’excuse pour le billet sur Cannes que je vous avais promis – j’ai pas pu l’écrire, j’étais au salon de massage.)
(Du coup j’ai transformé l’illustration, ça devait être une starlette glam’, c’est devenu une starlette jet-laggée)

————–

* J’ai essayé de reregarder ce film dans l’avion et toujours rien compris. Vous avez compris vous ?
** En même temps je doute fort qu’ils ne se soient rendus compte de rien, vu que j’étais toujours en pyjama…
*** Vous ne me ferez pas croire que vous n’êtes jamais allée aux toilettes avec votre Iphone.
**** De l’avantage d’être la Française dans ce monde d’acharnés de travail, mes méthodes de travail étranges (sieste, pause dèj, aller bosser en pyjama) sont mises sur le dos de l’exception culturelle.
***** Oh, ça va hein. Chacun sa génération.