Sur les murs du Pellicano, à l’intérieur comme à l’extérieur, on trouve souvent des photos du génial Slim Aarons.

C’est intéressant de voir à quel point la patine du temps nous fait voir les choses sous un angle différent. Là par exemple, j’adore l’ensemble très matchy-matchy et le maquillage super lourd (pour la plage !) de Marisa Berenson.

Alors que si je la voyais aujourd’hui, je me dirais “c’est too much !”