Là, je viens de commettre l’impensable. Vous montrer mes mains !!!

Enfin, mes mains. Soyons très clairs, ça, ce n’est que ma main gauche.
Parce que bon. Je ne vous montrerai jamais, mais alors JAMAIS ma main droite…

Scott me dit qu’il ne voit aucune différence entre mes deux mains, mais c’est bien les mecs, ça.

Moi je la vois la différence : ma main droite est plus épaisse, plus forte, mes doigts sont un peu tordus par l’écriture, j’ai une cicatrice sur l’annulaire… Alors que ma main gauche, qui n’en fout pas une, elle, est à peu près montrable.
Enfin j’espère, vous me direz.

——

Si je vous la montre aujourd’hui (hehe) c’est pour vous parler d’un micro miracle.

J’étais sur un shooting jeudi (où j’étais mannequin encore une fois, je vous raconte ça en temps venu, naaaaan, naaaaan, je sais, moi mannequin, où va la mode ? Où va le monde ? Qu’attend l’agence Élite pour me contacter ?)

Voilà, donc j’étais sur un shooting et la manucure s’empare de mes mains, et je lui fais promettre de ne pas polir mes ongles qui ne supportent pas du tout ça : ils se dédoublent, se cassent, tombent en méga-ruine.

Mon problème voyez-vous, c’est que je suis l’auguste descendante d’une famille de striées. Mais si, les stries, vous savez, ces lignes immondes qui font ressembler les ongles à de la tôle ondulée ? Oui, voilà, moi, j’ai ça, puissance 12, comme ma mère, comme ma grand-mère, comme mon arrière grand-mère.

Et c’est la raison pour laquelle les manucures s’en donnent à coeur joie avec le polissoir, à frotter frotter frotter jusqu’à ce que mes ongles soient lisses et brillants… Et malheureusement, fin comme du Rizla+.
Il suffit que le vernis s’estompe pour qu’ils tombent en ruine.

Donc revenons à mon destin de top model international, la manucure me regarde avec un grand sourire et se met au travail.

À un moment, je l’observe me mettre une couche d’une espèce de vernis mat moyen joli, et je lui demande ce que c’est. “Ridge filler (“combleur de stries” ?) ! Pour les stries !” elle me dit.

Je souris, mais j’y crois moyen.

Ce n’est qu’un fois que c’est sec (et que je suis au stand catering, en train de me goinfrer, c’est mon truc préféré à faire sur les shootings) que je jette un oeil à mes mains et que je me rends compte que je ne vois plus aucune strie. Je retourne en mode marathon à la loge make up et là, désespoir, ma manucure est partie avec ses produits magiques.

Depuis, je cherche la marque de ce ridge filler. Je trouverai. Et je vous dirai tout.

(Enfin bon la vérité, c’est que je suis sûre que vous connaissez un million de ridge fillers et que j’arrive trois ans après la bataille… Donc envoyez si vous avez de bonnes marques !!!)

——

PS : Même si je promeus systématiquement ma main gauche, au fond de moi, c’est ma main droite que je préfère. J’aime bien ce qu’elle raconte de ma vie, de mon travail. J’aime sa force. Mais dès qu’on me demande de montrer mes mains, hop ! Je sors la gauche. Flemmasse de main gauche, va !

Et vous, vous entretenez quel rapport avec vos mains ? Vous les aimez ? Vous avez une favorite ?