Je suis moqueuse, mais j’essaye le plus possible de ne pas juger les gens.
Parce que la plupart du temps, quand on juge les gens qu’on ne connait pas, on se rend compte plus tard qu’on s’était trompé.

On n’a pas tous la même culture de la politesse par exemple, de Paris à Londres à New York à Tokyo tout est différent. On ne peut pas juger.
Et ça arrive à tout le monde d’être con, d’avoir un jour au style désastreux ou de couper la queue chez Starbucks.

Mais il y a quelques trucs qui me bloquent. Du plus insignifiant au plus grave…

La personne qui porte une paire de lunettes de soleil à l’intérieur.

Ça c’est complètement égoïste, ça m’ennuie parce que j’ai l’impression que ces gens là me privent d’un moyen de les comprendre. C’est tellement important le regard !
Et puis que, pour avoir essayé, c’est très inconfortable de porter des lunettes de soleil à l’intérieur : on ne voit rien.
C’est donc une décision vraiment consciente de cacher quelque chose (ou juste de montrer ses lunettes) rarement un oubli. Ou alors, c’est un problème ophtalmique.

Si c’est autre autre chose, je ne sais pas. Expliquez-moi ?

La fille (ou le mec) habillé(e) en marques voyantes des pieds à la tête.

C’est un jugement gentil, mais un jugement quand même – ce que je vois, c’est de l’insécurité.
Je me dis que ça lui passera et que ça ne fait de mal à personne, comme genre d’insécurité. Mais juger que quelqu’un est insécure, c’est déjà juger…

La fille qui danse a moitié a poil devant des mecs (Vu récemment en boîte à Miami)

En tant que femme, une femme qui se met dans ce genre de situations m’énerve et me projette tout de suite dans mon rôle de grande sœur. Parce que j’ai un peu ce truc au fond de moi qu’on est toutes des sœurs et qu’il faut se serrer les coudes.

J’ai envie d’aller lui jeter un peignoir dessus, mais elle serait la première à me dire que je suis folle.

Ça, c’est du jugement plutôt light en fait. Ça me fait rire de loin, je peux même me moquer, parce que quand même, n’importe quoi la meuf là-bas au fond t’as vu ?, mais au fond de moi ça me serre le cœur.
J’essaie de lui envoyer des messages télépathiques : “Tu n’as pas besoin de faire ça pour être aimée ! Attention ils prennent des photos en plus !” Mais elle s’en fout, elle réalisera plus tard. Elle apprendra toute seule.

Enfin bon, si c’est une amie, c’est pas un peignoir que je lui jette sur la tête, c’est carrément le seau de glaçons.

La fille qui ne mange pas. (Vu et revu)

Je sais que je ne devrais pas juger parce que c’est un problème profond et douloureux, mais une fille qui me dit qu’elle ne mange pas “parce qu’elle n’a pas faim”, qui commande un thé à la place du déjeuner et sort trois graines d’origine inconnue d’un Ziploc au dessert me donne envie de courir me réfugier de l’autre côté du monde, genre, a Brooklyn tiens.

Je ne veux peux pas gérer ce problème là. Et je veux pas faire comme s’il n’y avait pas de problème. J’ai déjà essayé plusieurs fois, et c’est impossible. Ce n’est pas mon rôle. Je ne peux pas voir ça. Je suis désolée.
Je juge, et je fuis.

Les gens qui parlent mal à mes collaborateurs.

Encore une fois, ça arrive à tout le monde d’être con, d’être pressé, d’être expéditif.

Mais je ne comprends vraiment pas les gens qui parlent mal à ceux qui bossent avec moi. Et là je juge, carrément.
Pourquoi parler mal à quelqu’un qui est “en dessous de vous” ? Est-ce que ces gens ne s’en rendent pas compte ? Est-ce qu’ils croient que je ne le saurais jamais ? Est ce qu’ils ne savent pas que mon assistant sera peut-être un jour leur boss (et le mien, qui sait ?) ? Et que même si ça n’arrive jamais, tout le monde à droit au respect et à un bonjour ?

Je ne comprends pas.

Les gossipeurs de l’extrême.

Ça carrément, ça me terrorise.
Pourtant j’adore les gossips, et croyez-moi, si on était au café vous et moi, j’en aurais de belles à vous raconter. On rigolerait comme des débiles.
Mais il y a des limites à ne pas dépasser. Et j’appelle ça les ragots immondes.
Les problèmes de santé des autres s’ils n’ont pas envie d’en parler, hurler sur tous les toits qui couche avec qui (alors que ça pourrait créer des drames dans la vie personnelle de ces gens) ou autres infos qui ne sont ni légères ni drôles et qui sont une vraie violation de la vie des gens.

Quand quelqu’un que je ne connais pas bien me livre un gossip de ce type, ça me fait peur. Je ne sais pas quoi faire avec l’info, je n’en veux pas, je veux partir très loin.

Ok maintenant dites-moi, est-ce que vous trouvez que je juge trop facilement ? Est-ce que je devrais essayer d’accepter ou de comprendre certaines de ces choses ? Quelles sont vos limites ?