Woooooooooooooooooop !

De retour enfin, après des vacances de glandage tellement intense (pourtant, faut le vouloir, glander au ski, alors que les pistes blanches et ensoleillées me font de l’oeil et que mon snowboard m’appelle : “Garance, Garance, prends-moi !”) (Eeeeeh oh, on se calme, pervers) que je pense qu’à un moment, j’ai dû fusionner avec mon lit (mais je ne suis pas sûre, parce qu’au moment où je vous écris, j’y suis encore, dans mon lit – donc l’opération défusionnage n’a pas eu lieu)(elle est prévue pour demain matin, trois minutes avant qu’Emily et Alex n’arrivent au Studio (aaaaaah, les joies de live-work space)).

Tiens, vous savez pourquoi le Garance Doré Studio s’appelle le Garance Doré Studio d’ailleurs ?

Ben parce que, quand j’ai commencé, je live-workais vraiment dans un studio microscopique et pas du tout glamour à Paris (vous auriez dû voir la tête de Scott quand il est venu me rendre visite pour la première fois, lui qui m’imaginait vivre dans un appart parisien à parquet et moulures, genre Parisienne chic et sexy en déshabillé et mules à talons, je ne vous raconte pas les fantasmes des Américains à propos des Françaises, ça va chercher très loin, ahah), et que quand Tim (Tim vient juste de se marier avec la plus délicieuse et drôle et jolie des filles et je lui souhaite tout le bonheur du monde !!! Vous savez qu’ils se sont rencontrés grâce au blog ? Et que ce n’est pas la première fois que le blog favorise les histoires d’amour ??? Vous voulez que je vous en raconte ?), mon traducteur qui était mon assistant à l’époque arrivait, il fallait que je replie mon sofa pour qu’on ait la place pour travailler.

Intimité ? Pardon ?

Du coup, comme il fallait un nom pour ma boîte, je me suis dit qu’un peu d’humour ne me ferait pas de mal.
Voilà. À chaque fois que je vois écrit Garance Doré Studio maintenant, vous savez à quoi je pense. À des mules à talon, uhuhuh.

BREF.

(Faut que j’arrête de me faire rire toute seule, c’est pathétique).

Naaaaaan. Du fond de mon lit, j’ai essayé de faire le point, de réfléchir au sens de la vie, à mes joies et à mes peines, j’ai lu 3268767 livres (et aussi joué à Jewel Mania quand je voulais arrêter de réfléchir complètement), j’ai fait cinq minutes de méditation (c’était bien) et j’ai essayé d’arriver à formuler quelques résolutions, parce que finalement, après beaucoup de débats avec moi-même, j’ai décidé que j’étais POUR les résolutions.

Voici les miennes.

Je vous préviens, ce sont toujours les mêmes en fait.

  • Donc, comme d’hab, la résolution intenable de faire du yoga tous les matins à 6 heures du matin comme Gwyneth Paltrow mon idole (et encore plus mon idole depuis que j’ai vu son… mari ? Ils sont mariés ? bref Chris Martin en concert avec Coldplay hier et que je l’ai trouvé, ce mec, assez phénoménal et fantastique et génial.) et de me nourrir avec modération et d’arrêter le beurre de cacahuètes pour pouvoir enfin rentrer dans ma robe Peter Pilotto qui va tomber en ringardisation si je ne la porte pas viteuf, tout ça.
  • D’être une meilleure amie pour mes amies. Je suis hyper, hyper heureuse parce que 2012 m’a apporté de vraies belles amitiés (Larme)(Ce n’est pas si simple de changer de pays, en fait, au fond), et que j’ai aussi réalisé, ENFIN, que l’amitié quand on passe sa vie à bosser (30 ans), ce n’est pas pareil que l’amitié quand on passe sa vie à glander (20 ans) (enfin je parle de mes 20 ans et de mes 30 ans, hein, tout le monde ne passe pas ses 20 ans à se chercher en fumant des joints)(surtout pour finir par réaliser qu’on déteste fumer des joints, maintenant, rien que l’odeur me rend malade, allez comprendre) et que ça ne tombe pas tout cru, et qu’il faut s’investir un peu et prendre du temps pour les autres.
  • D’arrêter d’imaginer de nouveaux projets et des “SUPER idées!” et d’approfondir ceux que j’ai déjà mis en route et que j’adore.
    Oui, bien sûr, je pourrais aussi écrire un bouquin si je me levais à 4 heures du mat plutôt qu’à 6 (à 6, j’ai yoga), faire de la stand up comedy dans un petit bar new-yorkais (fantasme à la con, cherchez pas), lancer un club pour aider les ados en détresse du monde entier, écrire une chanson et que Jay-Z la kiffe et la produise, mais ma machine à idées (bonnes ET désastreuses) ne s’arrêtera jamais je crois, j’ai réalisé ça en 2012.
    Donc faut que j’apprenne à… me calmer. Approfondir. Continuer.

    Parce que, comme me disait mon prof de philo en terminale, “l’important, c’est de continuer.” (Je ne sais toujours pas exactement ce que ça veut dire, mais j’avais 9h de philo par semaine et il répétait ça tous les jours, depuis c’est resté, preuve que le bourrage de crâne scolaire, ça marche) (Ceci était un message de solidarité envers ma soeur Sacha qui est en terminale et qui ADORE l’école) (Tiens bon Sacha ! Tu verras, tu l’auras ton bac !!!)

    Donc voilà, mes chers lecteurs adorés.
    Cette année encore, je vais continuer, essayer de m’améliorer, avec des idées bonnes ou désastreuses, des aventures de la lose et de la win et toutes celles entre les deux, plus simples et plus subtiles et plus bassement fashion (huuuum j’adore m’abaisser à la fashion) et surtout surtout surtout, rester vraie et sincère avec moi-même et avec vous.

    Parce qu’il n’y a aucun endroit au monde où je voudrais être, ailleurs qu’à vous écrire sur mon blog, aucun petit bar à New York, aucun livre, aucun TV show qui ne me donneront plus de joie que ce que j’ai déjà ici avec vous.

    Je compte sur vous pour rester comme vous êtes, exigeants, intelligents, hilarants et j’espère rencontrer plus d’entre vous en 2013 (j’ai une SUPER idée de comment on pourrait faire ça) (Ah merde, encore une “SUPER idée”) (respire, Garance, respire).

    Et je vous souhaite une merveilleuse année 2013 !!!!!!!!!!

    PS : Oui, j’ai fait un Gif ! La fille sur le dessin devrait vous avoir fait un clin d’oeil. Si elle ne l’a pas fait, rechargez votre page ? Je n’y connais pas grand chose en gifs mais ça vaut le coup d’essayer !!!