Les enfants, je ne sais pas quel temps il fait chez vous, mais à New York, on GÈLE.
Il faisait -12 ce matin quand je suis partie de chez moi.
Mais -12 pas l’expression que j’utilise à tort et à travers. Naaaaan. Le vrai -12. Le -12 qui fait pleurer les yeux et qui congèle les larmes sur la joue, vous voyez le genre ?

Donc je partais de chez moi ce matin, tôt, pour aller sur un shooting, et je portais :

  • Un slim, comme de bien entendu.
  • Un pull.
  • Une paire de baskets bien épaisses avec de grosses chaussettes.
  • Un bonnet au style non-identifié*.
  • Des gants spécial téléphone avec des trucs tactiles au bout des doigts.
  • My giant parka that saves me from everything.

Je n’avais même pas pris de sac tellement je ne supportais pas l’idée d’avoir à sortir mes mains de mes poches.

Sexy, la meuf, quoi. Clâssse. J’étais habillée comme un roadie**, quoi.

Je suis arrivée sur le shooting, et là, il faut que je vous dise, c’était un peu la world cup de la parka noire chez les filles (et il n’y avait QUE des filles. Un seul mec, le pauvre.)(Il portait une parka, sinon.)

Moncler (Very chic), Canada Goose (LA parka des gens des shootings, très tech mais très cool je dois dire), Uniqlo (incontournable), et d’autres moins identifiables…

Typique du jour où tout le monde se dit “I GIVE UP ! J’abandonne !!!”, laisse tomber le style, qu’est-ce qu’on s’en fout de la mode en fait, pfffff, vive les esquimaux, envoie la parka de maman, tu sais la grosse qu’on lui a interdit de porter en 1999 et qu’on a cachée au fond du placard ? Oui, celle-là, voilà.
Et puis trouvons un passe-montagne direct, dégainons les chaufferettes, buvons du chocolat chaud qui tient tout seul tellement il est fait avec de la crème fraîche, tout ça.

Avec ma tenue de roadie, je me suis sentie pas si mal, finalement. On a toutes blagué sur nos tenues de combat, et on était bien satisfaites de nous.

Puis soudain, Lauren est arrivée, avec son beau manteau burgundy, son gros col roulé, sa casquette trop cute, et là, je me suis dit, tu vois, Lauren, elle, elle lâche pas l’affaire.

Lauren, même par -12, le vrai -12, elle est trop cute.

(je ne sais pas pourquoi je parle en italique, là, mais avouez que ça fait son petit effet. Je pourrais aussi parler en italique et en gras, pour rajouter au côté dramatique de mon histoire, voire EN GRAS ET EN CAPITALES, mais vous allez dire que je verse dans le sensationnel. Italique donc.)

Donc. Lauren, même par -12, le vrai -12, elle est trop cute.

Ça m’a inspirée. J’ai pensé aux Canadiens (hello les amis!) (-35 à Montréal le week-end dernier) (VOUS FAITES COMMENT ?) (!!!) (!!!) (!!!), Russes, Islandais, je me suis souvenue que les heatech (un nouveau mot à la mode pour dire thermolactyl), c’était pas fait pour les chiens (quoi qu’à New York en ce moment, les chiens sont parfois plus habillés que les humains )(ils ont même des petits chaussons, c’est absolument irrésistible), et que la fashion week arrivait bientôt (branle-bas de combat), et que je n’allais pas pouvoir continuer à me terrer dans mon igloo ou à me cacher dans ma parka au moindre froid.

Va falloir sortir, Garance, va falloir sortir. Dehors.

C’est là que je fais appel aux pouvoirs du crâne ancestral pour me donner la force toute puissante du blog (que ceux qui comprennent la référence me fassent signe) pour vous demander :

Vous avez des trucs pour rester chic dans le froid, À PART LA CANADA GOOSE et le chocolat chaud à 454475 calories ?***

—————

* C’est pas un beanie mais j’essaye de faire croire à tout le monde que c’est un beanie parce que je ne sais plus où j’ai mis mon vrai beanie mais comme c’est un bonnet normal que j’essaye de porter comme un beanie, il se comporte juste comme un bonnet de schtroumph, vous voyez ce que je veux dire ? Il remonte sur le haut de la tête ? Voilà.

** Roadie : les mecs qui s’occupent de porter les caisses d’instruments et de son du groupe de rock dont vous êtes fan à 15 ans, tellement fan que vous tombez amoureuse du roadie d’ailleurs, tellement plus cool que ces snobs de rockeurs, etc.

*** Ce chocolat chaud existe, et je DOIS vous faire un post dessus parce qu’en plus, il est servi avec un énorme chamallow fondant à l’intérieur. Il doit contenir environ 54534232 calories et est certainement un ticket direct pour la planète diabète, mais il faut y goûter au moins une fois dans sa vie.
Le truc, c’est que j’y ai goûté pour la première et la dernière fois de ma vie l’autre jour : je me suis fait un sugar shock tellement violent que j’ai dû aller me coucher, à 17h en plein samedi après-midi de shopping. N’importe quoi. J’ai sauté dans un taxi et abandonné mes amis et suis allée dormir jusqu’à 20h.
C’est cher payé le chocolat chaud, mais ça valait le coup.