Vous vous souvenez de nos films pour Seafarer ?
Je n’ai pas eu le temps de répondre à vos commentaires, mais beaucoup d’entre vous m’ont dit, en substance :

“Ouuuuuuaaaaah ! Viva les cheveux au naturel !!!”

D’abord, merci, merci, merci, woooohoo !!!

Mais bon.
La mauvaise nouvelle, c’est que ce ne sont pas mes cheveux naturels, du tout.
Mes cheveux sont plus dans l’ambiance bouclée – euuuh, Andie MacDowell, on va dire ?

Donc, Seafarer…

Je suis arrivée sur le shooting et m’en suis remise aux mains de Fernando, le génial coiffeur avec qui j’ai passé mon temps à rigoler et à faire semblant de me faire assassiner à coups de fer à friser.

Pris d’une inspiration soudaine, il s’est mis à me faire un afro. Enfin un genre d’afro, parce que je ne sais pas à quel moment un cheveu frisé a le droit de s’appeler afro.
(Donc j’ai décidé qu’à partir du moment où le cheveu est tellement frisé qu’il tient tout seul sur la tête, on peut appeler ça un afro – dites-moi si je me trompe.)

Vous avez vu le résultat dans les vidéos, et sur les photos, c’est assez… Inattendu.

Et c’est tellement différent que j’ai voulu prolonger l’expérience.
Après le shooting, j’ai essayé de le garder le plus longtemps possible, dormant face la première dans mon lit (On est d’accord, c’est impossible) mais ils ont fini par s’emmêler et on aurait dit un nid, ce qui est vachement, vachement moins chouette.

Mais maintenant que j’ai connu les deux extrêmes capillaires, raides comme des baguettes (vous vous souvenez de mon Keratin Treatment ?) et extra frisés, je peux vous dire :

Avec les cheveux raides, je me sens précise, organisée, contrôlée.
Légèrement passe-partout, aussi.
Ça me vieillit à mort en plus je trouve, surtout si le brushing est un peu souple, alors là on dirait Victoria Principal.

Avec les cheveux frisés, je me sens énergique, fun, cool (Je sais, cliché à la con mais c’est vrai !!!)
Les gens s’intéressent, ils se demandent qui se cache sous cette tignasse. Ça leur donne le sourire.
Je me sens plus jolie aussi. Et différente. En fait, je crois que j’adore !

Voilà comment j’ai compris que j’étais irréductiblement une frisée.
Même s’il m’arrive encore de fantasmer sur le cheveu raide – parce que c’est le destin de toute fille bouclée.

Voilà.

Et sinon, et sinon, je parle, je parle… Mais je m’attache toujours autant les cheveux (ce qui est très mauvais ! Ça les casse !)

Et je me demande si la vérité vraie, c’est pas Delphine, mon agent, qui la détient.
J’étais en train de lui confier mes considérations capillaires quand elle me dit :

“Toi ? Mais de toutes façons, tu es comme moi ! Tu es une fille aux cheveux attachés.
Tu peux faire ce que tu veux, tu seras toujours mieux avec les cheveux attachés.
Attention, pas avec les cheveux courts, hein. C’est différent.
Attachés.”

Ah oui ?

Buh.

Cliquez sur les flèches pour voir toutes les images…