alice-lane

Voici une interview géniale (si, si, j’assume) de la géniale Alice Lane, qui est make up artist à New York.
Je ne sais pas si vous vous souvenez à quel point j’avais été marquée par notre première rencontre à Paris. À l’époque, elle travaillait avec Aaron de Mey et j’étais tombée sous leur charme.

Depuis, nous sommes revues, croisées sur des shootings, dans la rue… Et elle a commencé à construire sa carrière en solo.
Aujourd’hui, elle travaille pour le Vogue US, le Vogue Italie et beaucoup d’autres.
Franchement, vu son talent et sa passion, je ne suis pas surprise de sa réussite, et je me suis dit que ça vous intéresserait certainement de savoir comment on devient maquilleuse professionnelle.

Bonjour, Alice ! Tu peux nous dire un peu d’où tu viens et comment tu es devenue make-up artist ?
Je suis originaire du Shropshire, en Angleterre, juste à côté du Pays de Galles. C’est un peu comme le Vermont aux Etats-Unis, il y a pas mal de moutons et de vaches, et pas grand-chose d’autre…

A partir de 12 ans, je me suis consacrée à la musique. C’est comme ça que je suis arrivée à Londres, puis à New York. Avant de “tomber” dans le maquillage en 2005.

J’ai vraiment eu de la chance, j’ai travaillé avec Aaron de Mey, je suis devenue son assistante à plein temps, j’ai pu aller à Paris. J’ai vraiment eu énormément de chance parce que c’est à la fois un maquilleur ultra-doué et une personne vraiment adorable. Grâce à lui, j’ai appris a) à maquiller et b) à avoir la bonne attitude. La mode, ça peut être assez intense, mais Aaron reste toujours adorable, c’est pour ça que tout est facile avec lui, il est vraiment gentil.

Tu as fait des études d’art, c’est ça ?
Oui, mais j’ai laissé tomber, je ne suis pas allée jusqu’à bout. Je regrette de n’avoir pas continué, je me dis que ça aurait sans doute été une période géniale. Je ne suis vraiment pas fière d’avoir abandonné, c’est quelque chose que je regrette.

Petite, que voulais-tu devenir ?
Batteuse dans un groupe ou journaliste musicale.

Apparemment, tu as fait tes premières armes en maquillage quand tu jouais dans un groupe.
Oui, j’étais dans un groupe et mon ex était photographe dans la musique. Quand il shootait des groupes, les musiciens détestaient avoir affaire à une coiffeuse ou une maquilleuse, du coup j’ai commencé à donner un coup de main pour la coiffure et le maquillage.

Si je me souviens bien, le premier type dont je me suis occupée, c’était le mec de The Killers, qui voulait du mascara. J’étais hyper stressée de maquiller un mec, morte de trouille.

Comment est-ce que c’est devenu une occupation professionnelle ?
Je m’interrogeais pas mal sur ce que j’avais envie de faire, sur ce qui m’inspirait. J’ai toujours adoré la mode, l’une de mes héroïnes, c’est Vivienne Westwood. En feuilletant un magazine avec des photos d’un ancien défilé Westwood, j’ai bien observé le maquillage des filles et je me suis dit : « Mais en fait, c’est un peu comme la peinture. Les visages sont peints. Pas mal, ça me dirait bien, ça. » J’ai commencé à en apprendre un peu plus et j’ai eu la chance de devenir l’assistante à plein temps de quelqu’un qui partageait exactement ma vision de ce boulot. Voilà, c’est parti de là, j’ai vraiment eu beaucoup de chance.

Comment as-tu obtenu ce job d’assistante ? Ça s’est fait en plusieurs étapes ?
J’ai commencé par bosser comme assistante pour plusieurs maquilleurs. Ensuite, mon acupuncteur m’a présentée à une super maquilleuse, Susan Houser, et c’est avec elle que j’ai fait mes armes d’assistante. Ensuite, j’ai carrément appelé l’agent d’Aaron. Il bossait sur un défilé Marni à Dallas, du coup, j’ai pris un avion et j’ai rejoint son équipe. Ensuite, j’ai bossé avec lui sur ses défilés, j’étais genre sa 4e assistante. Je ne savais même pas encore vraiment maquiller, à l’époque, j’étais terrifiée. Ensuite, je suis devenue son assistante à plein temps et il m’a tout appris.

Donc tu n’as pas fait d’études spécialisées pour devenir make-up artist. Tu recommanderais le même parcours à quelqu’un qui veut faire ce métier ?
Oui, mais il faut vraiment se bouger. C’est vraiment important de se motiver, d’apprendre en permanence. J’ai lu beaucoup de choses sur le maquillage. Je suis allée au Metropolitan Museum, j’ai observé des tableaux : quand on regarde les visages de près, on voit que les touches de lumière correspondent exactement à ce qu’on fait en maquillage. Quand on est vraiment motivé par quelque chose, on a envie de se bouger, ça vient naturellement, sans forcer. Mais bon, c’était vraiment une quête quotidienne.

Tu bosses pour des magazines, des campagnes de pub, des défilés, tu touches un peu à tout. Comment as-tu fait pour développer ton spectre d’activités ?
Au début, il faut vraiment gagner ses galons, alors on fait plein de sujets pour des magazines, et on passe son temps à travailler gratuitement. Mais moi, je ne me suis jamais dit : « Mince, je bosse et je ne suis même pas payée. ». De toute façon, les magazines, ça ne paie vraiment pas grand-chose.

Si on se répète en permanence « Oh, je ne suis pas payée, je bosse pour rien », on va droit dans le mur. Il faut vraiment se dire : « Je vais bosser à fond sur ce shooting, faire un maquillage génial, quelqu’un le remarquera, et grâce à ça, eh bien j’aurai un autre plan boulot, et ainsi de suite. » Ensuite, on rencontre des gens, des stylistes, et les pubs commencent à arriver. C’est vrai, les pubs, c’est génial. C’est un tel luxe. Ça compense tout le travail épuisant et ingrat qu’on a pu faire, ça équilibre un peu tout ça.

Tu as une marque ou un magazine avec qui tu adores vraiment bosser ?
J’aime beaucoup travailler pour Vogue, je me sens super privilégiée quand ça m’arrive, et c’est toujours avec Phyllis Posnick. A chaque fois que je travaille avec elle, j’apprends quelque chose. Même sur le shooting le plus simple, si on photographie un homme et que je n’ai même pas touché à mes pinceaux, je peux rester assise là, simplement à regarder Phyllis. Je l’adore, elle est à fond dans ce qu’elle fait.

Comment est-ce que tu collabores avec les stylistes, photographes et mannequins pour parvenir à tes fins ?
Bon, ça dépend du shooting, mais en général, il y a une vraie hiérarchie sur un shooting mode. Moi, j’adore ça, je trouve ça super motivant.

Normalement, le ou la styliste te donne un peu une idée de la direction ou des références qu’il/elle a en tête. J’essaie toujours de m’en imprégner. Parfois, les indications sont très précises, on me donne la couleur du rouge à lèvres et des paupières. Dans ce cas, je fais de mon mieux pour respecter leur vision. Parfois, on me dit juste : « Je sais pas trop, regarde un peu les fringues, qu’est-ce que tu en penses ? », et ça me convient aussi. On ne sait jamais à l’avance, c’est pour ça que lorsque je vais bosser, j’emmène toujours des scrapbooks et des photos pour avoir des idées. J’apporte aussi des photos d’idées qui n’ont pas abouti, mais peuvent servir à autre chose. Parfois, quand on bosse avec le coiffeur, on peut aussi s’inspirer de ce qu’il fait.

Quand tu bosses sur un shooting de cette ampleur, est-ce que tu as parfois l’impression que tu dois faire des compromis ?
C’est certain. Mais ça n’a rien de personnel. Le plus important, c’est la photo, le résultat final. Du moment que tout le monde est satisfait, que la photo est belle, c’est tout ce qui compte. C’est plus personnel quand je fais un sujet beauté toute seule et que tout tourne autour du maquillage. Mais finalement, tout ça n’a d’importance qu’au regard du résultat. C’est vraiment tout ce qui compte. Malheureusement ou heureusement.

Une journée type ?
Les journées débutent de plus en plus tôt, je ne sais pas pourquoi… A une époque, ça ne commençait qu’à 9 h…

Bon, en gros, j’arrive vers 8 h, je m’installe. Ensuite, je discute avec la styliste si on n’a pas eu l’occasion de le faire avant, je rencontre le photographe, le mannequin. En général, c’est toujours le coiffeur qui commence. Je m’y suis habituée, et du coup, quand on me demande si je veux passer en premier, je suis du genre. : « Hum…. » J’aime bien prendre un peu la température d’abord.

Bref, donc on fait d’abord le maquillage et la coiffure. Ça dépend du photographe mais parfois on fait une photo test pour voir si ça fonctionne. Parfois, il faut faire quelques modifs, parfois, il faut refaire les choses 10 fois, bref, il faut toujours se tenir prête. Un truc très important, c’est d’essayer de ne jamais être trop rigide. Parce que sinon, quand on te demande de changer quelque chose, tu es contrariée, et ça risque de nuire à la créativité. Il faut juste voir ça comme un test.

Au début, quand on me demandait de modifier le maquillage que je venais de terminer, je me disais : « Oh, c’est horrible, j’ai tout raté », mais en fait, non. Tout le monde doit changer quelque chose à un moment ou un autre. Que ce soit le styliste, le photographe, tout le monde fait des modifs…

Comment fais-tu pour continuer à être passionnée par ton travail ?
C’est tout l’intérêt d’être dans une recherche perpétuelle. Parce que sinon, ça peut vite se transformer en routine, avec le même travail, les mêmes idées. Il faut essayer d’observer les collections, de se familiariser avec les créateurs et leur approche. Il faut aussi aller voir des films, écouter de la musique. Trouver de l’inspiration autour de soi et s’en servir dans son travail. Les choses évoluent en permanence, il y a sans arrêt de la nouveauté. On peut même s’inspirer de la météo, de toutes ces petites choses du quotidien qui sont sublimes.

Comment trouves-tu la motivation de faire toujours mieux ?
Mes qualités professionnelles se mesurent toujours à mon dernier boulot en date, à celui sur lequel je suis en train de bosser. Il faut toujours avoir du recul sur ce qu’on fait. J’ai fait un sujet beauté pour le Vogue italien, et en le regardant, je suis capable de repérer des tonnes de petites choses qui ne me plaisent pas et que j’aurais faites différemment. Si je regardais mon travail avec un petit air satisfait à chaque fois, je serais vraiment quelqu’un de pénible.

Quand on débute dans ce métier, combien faut-il investir ? Et comment on se constitue un kit ?
C’est vrai, je me suis constituée ma mallette. Je crois que j’ai dépensé à peu près 500 dollars au départ, surtout dans des pinceaux, et puis j’ai acheté le maquillage au fur et à mesure. Au départ, je n’avais que trois fonds de teint, mais je les mélangeais pour obtenir d’autres nuances. Parfois, certaines boutiques spécialisées proposent des réductions. C’est quelque chose que l’on se constitue sur la durée.

Quels sont les produits de base, les essentiels, à avoir ?
Il faut des bons pinceaux, des bons soins du visage, des bons produits de base. Moi, j’utilise les produits Laura Mercier. Une jolie peau, c’est vraiment important. Quand on est capable de faire une belle peau, on peut tout faire après. Malheureusement, ce type de produits coûte très cher.

Tu vis à New York, mais tu étais à Londres avant…. Il faut forcément vivre dans une grande ville quand on est make-up artist ?
Oui, si on veut gagner de l’argent. On peut tout à fait être un maquilleur génial et vivre en plein désert, loin de tout. Mais si on veut gagner sa vie, alors oui, il vaut mieux être ici.

Comment définirais-tu la beauté ? La beauté, c’est quoi pour toi ?
Je dirais que c’est la joie qui irradie chez quelqu’un. Je travaille avec certaines des plus belles femmes au monde, et quand quelqu’un n’est pas heureux, eh bien, la beauté n’est pas là.

Les gens qui sont curieux de la vie et des autres sont des belles personnes. Eh bien sûr, les gens drôles. L’autre jour, je me demandais ce qui m’attirait chez un homme. Et franchement, je dirais que c’est un homme qui me fait rire. Les gens qui ont de l’humour, de l’esprit, cette fameuse petite étincelle. Ces gens-là sont magiques.

Tu travailles avec beaucoup de gens célèbres. Est-ce que tu rêves d’avoir un jour le même type de reconnaissance ?
J’ai lu une interview de Didier Malige (célèbre hair artist) à qui on demandait avec qui il aimait travailler. Il répondait qu’il aimait bosser avec Aaron parce que c’était vraiment un mec bien, et c’est vraiment quelque chose qui m’est resté. Comme tout le monde, j’ai des bons et des mauvais jours, mais j’espère que je fais bien mon boulot, que j’arrive à prendre sur moi et que je reste agréable.

Aaron, c’est un peu ton mentor ?
Oui, tout comme Phyllis.

Quels mentors !! Les meilleurs conseils qu’ils t’aient donnés ?
Phyllis m’a appris la précision.

Aaron m’a appris beaucoup de choses. Il est toujours motivé, heureux. S’il voit une assistante qui se démène avec une mallette trop lourde, il la lui porte. C’est assez exceptionnel, parce que c’est un milieu très snob, mais lui n’hésitera pas à faire le boulot plus ingrat avec ses assistants. On n’est pas tous parfaits, on n’est pas tous comme lui, mais j’essaie de m’en inspirer.

Ta plus grande fierté professionnelle ?
Il y a eu tellement de chouettes moments. L’année dernière, j’ai fait mon premier sujet beauté pour le Vogue italien. J’avais fait un maquillage assez radical et j’en étais assez assez fière. Il y a aussi eu le défilé Oscar de la Renta avec ses 50 filles à maquiller, c’était une vraie ruche…

Le moment le plus difficile de ta carrière ?
Apprendre à garder son calme, à donner le change quand on est dans un mauvais jour. Parce que même si sur le plan personnel, ça ne va pas, il faut quand même aller bosser et se donner à 100 %, être positif, parce qu’il y a plein de personnes qui comptent sur toi.

Et ton rituel beauté personnel ?
J’aime bien utiliser le traitement de nettoyage Eve Lom avec son petit linge. C’est un carré en mousseline que l’on trempe dans l’eau et que l’on applique chaud sur le visage, pour profiter des effets bénéfiques de la vapeur. Je suis un peu une obsédée des soins du visage, parce que les rousses ont la peau très fragile… et maquiller des filles de 16 ans toute la journée, ça n’aide pas forcément…

Donc, un bon nettoyant, une bonne crème hydratante, de l’écran total, un peu de correcteur… et j’adore le rouge à lèvres. Entre 20 et 30 ans, je n’ai jamais mis de mascara, mais depuis que j’ai 30 ans, il m’en faut un peu. Mais c’est tout, sinon, je suis très minimaliste. Je ne me cache pas derrière mon maquillage, je vois plus ça comme un accessoire. Si j’ai une tenue un peu sympa, je l’associe à un lipstick de couleur vive. Ah oui, et sinon, je me décolore les sourcils.

Des rêves pour l’avenir ?
Je voudrais devenir une meilleure make-up artist. Vraiment. Il me reste tellement à apprendre, tellement à découvrir. J’ai vraiment envie de faire toujours mieux.

Un dernier conseil pour les make-up artists en herbe ?
C’est vraiment important d’être heureux et positif. Ah oui et sinon, se comparer aux autres, c’est toujours l’enfer, garanti 100 %. Ne commencez pas à vous affoler parce qu’untel ou untel a fait ça… Je sais, on est tous passés par là, on a tous jeté un œil sur models.com. Mais finalement on perd une heure alors qu’on aurait pu a) s’amuser b) danser comme une dingue sur un bon morceau c) récurer sa salle de bain. Il y a tellement d’autres choses à faire. Oui, je sais, on le fait tous… mais non, arrêtez tout de suite. Empêchez-vous de le faire, donnez-vous une claque, coincez-vous la main dans votre PC. Vraiment. Restez loin de votre ordi.

Jetez un coup d’oeil sur nos autres interviews ici!


Vous devriez également aimer

  • The Travel Size
    Beauté
    The Travel Size
  • A beauty minute with Maryam
    Beauté
    A beauty minute with...
  • The Curler
    Beauté
    The Curler
  • Spring!
    Style
    Spring!

86 comments

Ajouter le votre
  • Paris by Jules 28 mars 2013, 9:14 / Répondre

    Great photo ! Her smile made me happy for the rest of the day ! ;)

  • Couteau 28 mars 2013, 9:14

    What a gentlewoman.

    Her story illustrates well how careers are not about knowing what you want to be when you’re 4 1/2, then warring your way up by out-degreeing and out-smarting others. Talent and dedication aside, her path is marked by friendships.

  • Martha 28 mars 2013, 9:26 / Répondre

    My favourite part is when she says you have to keep learning and stay in motion. I think is really universal in any career and great advice for young people today. http://madrilicious.com

  • E. 28 mars 2013, 9:26

    +1, and the part about wasted time and how you could’ve cleaned your bathroom instead :)

  • Serdane 28 mars 2013, 9:35 / Répondre

    J’aime beaucoup son parcours. Comme quoi, on n’est obligé de faire de GRANDES études pour faire quelque chose qu’on aime. De la passion et beaucoup de travail suffisent.

    http://www.younglington.wordpress.com

    http://www.thefashionmellow.tumblr.com

  • Laura 28 mars 2013, 9:36 / Répondre

    Tu as bien raison, cet interview est géniale, et la photo aussi!

    http://www.laurablogmode.com

  • Yasmin 28 mars 2013, 9:49 / Répondre

    love this interview, and her incredible hair!

  • missyakk 28 mars 2013, 10:04 / Répondre

    Une itw qui me touche beaucoup, moi qui suis rédactrice beauté, j’aime sa vision de la beauté, loin de toute extravagance. La beauté relève surtout de la passion, d’aimer les belles choses, et de rendre beau n’importe qui, pas besoin d’être une top model pour se sentir belle, comme elle le dit c’est ce qu’on dégage qui nous rend beautiful.

  • Raquel 28 mars 2013, 10:04 / Répondre

    Charming interview and it rings true for all kinds of work. A wise young woman.

  • Rachelle 28 mars 2013, 10:05 / Répondre

    Amazing lady with a great career my type of girl.

    GIVEAWAY on the blog
    xo
    http://pinksole.com

  • Inka 28 mars 2013, 10:20 / Répondre

    Wow, c’est une super fille, avec une super philosophie de vie! Une sorte de Merlin-sage-magicienne qui tient le secret de la vie :-) Très beau! Le genre de fille que j’aimerais bien comme amie!

  • Maddy Marcel 28 mars 2013, 10:28 / Répondre

    What an amazing human being! She sounds so super well-balanced and wise.

    Agree completely with what she said about beauty coming from within, and that people who are unhappy inside just don’t project beauty…. AND about not comparing yourself.

    Wonderful read.

    xx,
    MM

  • THE STEL STYLE 28 mars 2013, 10:32 / Répondre

    I really love this post style!!! it’s so interesting!!!

    http://www.thestelstyle.com

  • Bérénice 28 mars 2013, 10:33 / Répondre

    Encore une entrevue super inspirante! Tu peux assumer sans souci ;)

    Je ne porte pratiquement aucun maquillage et je n’ai pas pu faire autrement que le lire jusqu’à la fin. Alice n’est pas maquilleuse, c’est une artiste. C’est vraiment poétique qu’elle s’inspire de tableaux de grands maîtres pour ses projets. Ah, et j’ai un faible pour les gens sympas et pas compliqués.

    Bérénice,
    Montréal

  • Jessica 28 mars 2013, 10:33 / Répondre

    Merci pour ce chouette interview :)

    xx.

  • Chandra 28 mars 2013, 10:36 / Répondre

    I heard somewhere Grace Coddington’s from Wales too! Do all Welsh girls look the same!? :p

  • Dora 28 mars 2013, 10:41 / Répondre

    She’s just lovely.

  • Charlotte 28 mars 2013, 11:00 / Répondre

    ‘They’re magical people.’, she’s right. They are.

  • JUstine 28 mars 2013, 11:23 / Répondre

    J’ai pas mal de concours pour les grandes écoles qui arrivent,
    et je pense que les jours j, je lirai cet article.

    La motivation et l’envie m’ont envahit à la lecture.

    Merciii

  • Shug Avery 28 mars 2013, 11:25 / Répondre

    Super interview !

    Je ne connais absolument au monde des maquilleurs et ça ne m’attire pas plus que ça mais avec ta rubrique Career tu as le don de rendre toute profession intéressante car avec tes questions tu les fais apparaître sous un nouveau jour.

    J’aime beaucoup sa philosophie de vie, j’en apprends tous les jours à chaque lecture de cette rubrique et ça me fait plaisir. C’est encourageant pour ceux qui n’ayant pas fait des études liés à la mode de voir qu’il est possible d’y arriver si on a le même état d’esprit qu’Alice.

    Encore une fois Garance, je ne te remercierai jamais assez pour ce que ton blog m’apporte !

    Shug Avery d’Incognito

    http://www.thinkincognito-eng.blogspot.com

  • Jurgita 28 mars 2013, 11:29 / Répondre

    The hair and sweater – love the texture of this picture, it’s so mystical.

    http://www.afterout.com/

  • Erwan 28 mars 2013, 11:32 / Répondre

    c’est là que l’on se rend compte qu’il est possible de trouver un super job mais que ça vient parfois comme cela sans vraiment faire les études qui vont avec.

    A+
    http://www.so-trendy.fr/

  • jane 28 mars 2013, 11:38 / Répondre

    C’est toujours un tel plaisir de lire ce genre de post, Garance. C’est très inspirant! Et puis, la photo, quoi <3

    http://www.janesneakpeak.com/

  • Virginie B. 28 mars 2013, 11:45 / Répondre

    La motivation et la passion le prinicipal pour avoir la belle vie :)

    Ca paraît si simple que certaines peronnes n’y croient pas pourtant, la preuve!

    Au passage joli pull et super cheveux :) !

  • moon 28 mars 2013, 11:48 / Répondre

    Waw quelle frimousse ! J’adore !

    http://lanoura.blogspot.fr

  • Denisa 28 mars 2013, 12:00 / Répondre

    Her smile is really perfect and soo happy. Great photo like the interview. I like it. Have a nice day.

    http://www.fashiondenis.com/

  • http://fashion.on.line.overblog.com/ 28 mars 2013, 12:02 / Répondre

    j adore la facon dont elle se livre , dont elle parle d elle en toute simplicité et en toute intimité , et bravo a toi garance doré , l interview a été tres bien mené , c est rythmé!merci http://fashion.on.line.overblog.com/

  • L'Oliphant 28 mars 2013, 12:26 / Répondre

    J’adore ces interviews “parcours” elles sont passionnantes!

  • MilaEve 28 mars 2013, 12:45 / Répondre

    Cet interview est très inspirant… merci !

  • Fashion Snag 28 mars 2013, 1:02 / Répondre

    I loved reading this interview and the photo is beautiful!

    http://www.FashionSnag.com

  • fannyb 28 mars 2013, 1:24 / Répondre

    Mais si, mais si, géniale interview!
    Tu sais ce qui serait chouette aussi? C’est d’avoir quelques visuels du travail de ces nanas super que tu rencontres. Pas n’importe quoi qu’on pourrait voir en tapant dans Google, mais un extrait choisi par vous deux, ou par l’une, ou par l’autre, de travaux finis marquants, ou représentatifs, ou juste réussis et beaux.

  • Musa 28 mars 2013, 1:25 / Répondre

    tu as raison, cette interviex est géniale! Elle est très naturelle et chaleureuse, et elle m’a rappelé qu’on peut être passionnée par le maquillage et ne pas se maquiller beaucoup soi-même, ce qui me parle beaucoup… :)

  • Cam 28 mars 2013, 1:30 / Répondre

    indeed… very inspiring .. to just go for your dreams, no matter what!

    Love her look and styling… xo Cam

    http://some-kind-of-style.blogspot.de

    @somekindofstyle

  • Lori 28 mars 2013, 1:42 / Répondre

    GORGEOUS photo and great interview… I love her spirit. your blog just makes my day. :) xoxo

  • melissa 28 mars 2013, 1:54 / Répondre

    Wonderful interview! So, Garance, your hair can potentially do this? Let those curls happen, I say!

  • Elsbeth 28 mars 2013, 2:00 / Répondre

    What a lovely woman! Love her smile and attitude, an inspiration!

  • ju 28 mars 2013, 2:18 / Répondre

    Ça fait rêver une telle carrière!!! whaouu !
    Comme quoi pour réussir, faut bosser et se donner les moyens d’y croire!
    Merci pour cette belle interview Garance!

  • Virginie/Mode9 28 mars 2013, 2:24 / Répondre

    C’est plein de bon sens tout ça, j’aime… c’est comme ça que tous les métiers de la mode s’apprennent : sur le tas (sauf pour les créateurs qui doivent avoir fait une école), avec de bonnes rencontres au bon moment, avec du travail et beaucoup de persévérance et d’abnégation parfois.
    http://www.mode9.fr

  • vicki archer 28 mars 2013, 2:35 / Répondre

    This is one of your more gorgeous portraits… totally beautiful… xv

  • Gigi 28 mars 2013, 2:36 / Répondre

    Super intéressant!

  • ju 28 mars 2013, 2:38 / Répondre

    et je suis d’accord avec fannyB pour les visuels! de voir une sélection de clichés choisis par vous 2 serait hyper intéressante! on ne voit que rarement l ‘nvers du décor, la façon dont les filles sont maquillées…on ne voit toujours que le résultat final

  • Emma 28 mars 2013, 3:23 / Répondre

    This really was a great interview, although her career is not mine, her philosophy can be applied to almost anyone’s. The most interesting thing she said for me was to keep searching…day by day, it’s an amazing thing to keep in mind

  • M. 28 mars 2013, 4:19 / Répondre

    Great interview, I could relate to many things. The best is ‘it’s really not about me at all. It’s about the picture and the final result’. You can often forget this when you are trying to make a name for yourself. Thank you!

  • MelissaCD 28 mars 2013, 4:24 / Répondre

    i love her last piece of advice!!! she is exactly right! great career write up! i love these…they are so inspiring!

  • aloÿse 28 mars 2013, 4:32 / Répondre

    Quelle joie!
    Cette femme semble tellement heureuse et ton interview ne me donne envie que d’une chose…être heureuse chaque jour.
    Alors vraiment je trouve qu’en ce moment il se dégage du monde une envie de croquer chaque journée terriblement contagieuse.
    MERCI!

  • Marina B. 28 mars 2013, 5:14 / Répondre

    Trop bien!!)
    Les questions et les réponses vont vraiment “droit au but”. Et on sent que les questions viennent “du vécu”, de la femme qui a eu , elle aussi, un parcours atypique , avant d’être ce qu’elle est.

  • Clara MARI Cheers 28 mars 2013, 6:11 / Répondre

    Tes interviews métiers sont toujours tellement intéressantes! C’est fou comme d’un métier à l’autre, même si ce n’est pas le boulot que l’on fait précisément, cela apporte de très bons conseils! De la manière de gérer le stresse, de ne pas trop regarder à coté, de s’épanouir… On retrouve tous ces fondamentaux dans plein de métiers artistiques ou atypiques! :)

    Je ne le dirais jamais assez, mais Merci Garance!

    xxx
    http://cheersleblog.com/

  • Kabie 28 mars 2013, 6:15 / Répondre

    C’est marrant, j’ai trouvé plusieurs similitudes entre sa vision de son travail et le mien: scénariste. Incroyable comment la créativité, les compromis et la collaboration peuvent prendre plusieurs formes différentes mais à la fois si semblables…

    Un excellent billet de carrière!

    Kabie.

    kabinmontreal.tumblr.com

  • Brooke Guigui 28 mars 2013, 6:16 / Répondre

    THE most inspiring and positive “career” I’ve read. Thank you Alice and Garance.

  • Polly 28 mars 2013, 7:04 / Répondre

    Wonderful interview! x Polly

  • natalie 28 mars 2013, 8:45 / Répondre

    Alice….it was sooo nice to hear from such a ‘down to earth’ and humble person who is involved in the fashion industry (I am fed up of listening to the blah blah of fabulous people in the industry in magazines etc) I also love your ‘compare is to despair’ …I do way to much of this and always feel bad about myself and my achievements afterwards! I’m going to print your last comment and stick it on the wall above my computer!!
    What a lovely interview!

  • carol 29 mars 2013, 12:01 / Répondre

    thanks for sharing this interview. I also really liked Lane’s “compare is dispair” line. even though I don’t aspire to makeup artistry, I thought she had a lot of wise and inspiring things to remember for any career.

  • yenny 29 mars 2013, 12:09 / Répondre

    she look like a painted picture. very pretty and nice :-)
    xoxox

  • yenny 29 mars 2013, 12:10 / Répondre

    She look like a painted picture, very pretty and nice
    xoxo

  • arline 29 mars 2013, 12:56 / Répondre

    Great interview!!! Very inspiring!!

    (did you notice how awesome her hair is too :)

  • Lady Vintage 29 mars 2013, 3:43 / Répondre

    Super interview , bravooo!

  • Isa tout simplement ... 29 mars 2013, 4:41 / Répondre

    Belle interview effectivement et tu y as pris visiblement beaucoup de plaisirs !
    http://www.isatoutsimplement.org

  • Elizabeth 29 mars 2013, 5:07 / Répondre

    She seems lovely. That red hair/very pale skin is typically Celtic so tends to be more common in Scotland, Wales & Ireland.

  • Stephanie 29 mars 2013, 5:39 / Répondre

    Thanks for that wonderful interview! what an interesting and lovely person she is! I loved her last response!

  • Claire 29 mars 2013, 6:40 / Répondre

    Waouh ! C’est le genre d’interview qui remonte le moral et donne “foi en l’humanité”. Elle a une vraie sagesse, une belle humilité. Elle a une éthique de travail que j’admire et à laquelle j’aspire. Merci pour le partage, ce sont des paroles que je souhaiterais entendre plus souvent.

  • federica 29 mars 2013, 6:45 / Répondre

    what a wonderful pic, great post!

    Federica

    La Ragazza dai Capelli Rossi – Fashion Blog

  • Fanny 29 mars 2013, 7:57 / Répondre

    Heureusement tout de même que je me suis approchée de mon PC et que je ne me suis pas coincé la main dedans car j’ai pu lire ce génial interview (oui génial). J’apprécie énormément la simplicité et la joie de vivre qui ressort des propos d’Alice Lane. Je suis contente de savoir qu’il y a encore des gens comme cela sur cette planète. Merci Garance!

  • Blaise 29 mars 2013, 8:08 / Répondre

    I like that what she talked about here, can be applied in any other career. Thanks for sharing this one! :)

  • Alda 29 mars 2013, 8:12 / Répondre

    Tu as raison d’assumer, Garance, cette interview est en effet passionnante, personnelle et incarnée! Merci…

  • moon78 29 mars 2013, 8:49 / Répondre

    Merci pour cette interview (tu peux être fière) . Je découvre donc Alice Lane, au fil de l’interview et aussi de tes anciennes photos..le bleu de travail, la tignasse rousse et les piratboots….Merci! je comprends qu’elle ait été aussi “muse” …maintenant j’aimerais aussi voir ce qu’elle fait, je suis curieuse!

  • Maxime 29 mars 2013, 8:56 / Répondre

    Merci beaucoup Garance de partager cet interview avec nous.
    Cette femme avec son attitude positive, sa motivation, son façon de voir les choses/le monde fait du bien dans une société où l’image compte tellement, le nom de l’école, l’argent gagné etc…
    Elle est la preuve qu’en étant passionnée on peut aller loin, qu’on peut-être heureux.
    J’admire beaucoup son sens de la responsabilité comme quand elle dit que même si ça ne va pas trop, il faut se donner à fond car il y a des gens qui comptent sur toi.
    Je lui souhaite que du succès et du bonheur pour la suite.

  • cm 29 mars 2013, 10:09 / Répondre

    This interview is very inspiring

    http://www.valleydollsvintage.etsy.com

  • abigail 29 mars 2013, 11:45 / Répondre

    i love her amazing attitude. so much of what she’s saying about staying positive, taking criticism, and staying in motion is applicable to any field you might be pursuing. a really great read!

    abigail
    http://www.farandwildjewelry.com

  • Melissa 29 mars 2013, 1:48 / Répondre

    This is a great interview! Alice seems like the most down to earth, girl crush-worthy person ever! However, Garance, really? Not one question about her gorgeous head of hair? How she controls her frizz (does she?) I thought for sure you’d sneak a little hair question in there for your curly haired readers, wink.
    xM

  • Joanna Lowry 29 mars 2013, 3:17 / Répondre

    I have to agree with many of the comments I have read. This is one of your most thought-provoking interviews, great questions. Alice seems like a creative genie, with strong passion for art and creative interests. Her wise words on comparing ourselves to others and always moving forward/improving/learning really is inspiring. Thanks Garance! I enjoy your career posts very much, they are helping me on my journey. XoxoX

  • Joey 29 mars 2013, 4:40 / Répondre

    Inspiring and true! Beautiful interview with a beautiful woman! xx

  • stephanie 30 mars 2013, 2:54 / Répondre

    Great interview, very inspiring, great photo, I can’t stop looking at it! Happy Easter!

  • Théa Unknown 31 mars 2013, 10:53 / Répondre

    Superbe crinière! Et quelle photo!

    xx
    Théa

  • shalima 31 mars 2013, 10:56 / Répondre

    Très inspirant, j’aime vraiment son énergie et son “positivisme” ! À lire, et à relire, souvent. Merci Garance :)

  • Caroletta 31 mars 2013, 11:01 / Répondre

    What a beautiful testimony of humility. Thank you for this interview and by the way may you all have an happy easter!! Cheers.

  • Daiana 31 mars 2013, 2:23 / Répondre

    So inspiring, Garance! It is truly motivating interview! Having an ‘unusual’ job makes you think sometimes about the difficulty of ‘making it’. I agree with Alice, t’s all about having good personality and always giving a 100% when you’re working.

  • marycombs 31 mars 2013, 2:23

    Heureusement promote de même que je me suis approchée de mon PC et que je ne me suis pas coincé la primary dedans car j’ai pu lire ce génial meeting (oui génial). J’apprécie énormément la simplicité et la joie de vivre qui ressort des propos d’Alice Road.

  • rumi 31 mars 2013, 3:52 / Répondre

    I just LOVE your interviews!!! They are always inspiring and fun to read. I love how often Alice refers to others being “nice” as a reason to work with them.

  • Jessica 31 mars 2013, 8:17 / Répondre

    So inspiring! Like so many other commentators, I love the whole ‘be constantly learning and in motion’ advice, along with the focus on being positive and kind. So rare. I know so many people who are trying to start a career in a creative field and are unwilling to work for free- I wish they would read this interview.

  • ivana 4 avril 2013, 12:58 / Répondre

    What a beauty, inside and out!
    Garance, thank you so much for these career posts. They offer such a wonderful glimpse into these different worlds while at the same time introducing us to such incredible, interesting, inspiring, thoughtful people. Love!

  • vertie 1 décembre 2013, 6:04 / Répondre

    J’adore vraiment cette interview je ne suis pas maquilleuse mais je rêve de devenir une grande photographe et elle dit pleins de choses intéressante, notamment sur le fait de travailler gratuitement. Trop de photographes ne pense qu’a faire des choses rémunéré.

    http://vertiegraphie.blogspot.fr

  • rebecca 19 mars 2014, 2:41 / Répondre

    Ah, I love it: “Compare is despair, 100%”

    rebeccaramrz.tumblr.com

  • Dale Angela Howard 7 avril 2014, 10:14 / Répondre

    THAT HAIR! Fantastic!

In The Spotlight