J’adore la mode – je ne laisserai personne la critiquer !!! – mais il y a quand même quelques sujets sur lesquels j’aimerais bien qu’elle me rende mon amour.

Oui, voyez-vous, parfois la mode, j’ai l’impression qu’elle m’oublie. Ou plutôt qu’elle oublie certains aspects de la morphologie féminine. Par exemple…

Les seins – Les quoi ?

Elle ne sait pas où les mettre, en plus, ils varient d’une fille à l’autre, ces cons, ce qui voudrait dire changer complètement la géométrie d’un vêtement d’une taille à l’autre.
Compliqué !
Du coup, la mode zappe les seins. Les vêtements sont pour la plupart créés comme si les femmes étaient unidimensionnelles.

Au début, quand on atteint l’adolescence et qu’on découvre ce que la vie nous a servi

(14 ans : Ah, enfin ! Des seins !!! Chouette ! 16 ans : Tiens, vous continuez à pousser ? 17 ans : Non mais stooooop !!!)

on essaye de trouver des trucs qui nous vont. Si l’on dépasse le bonnet C (des tas de filles dépassent le bonnet C), on a vite fait d’oublier les dos nus (sans soutien-gorge, un vrai sein, ça bouge ! (Ça bouge ? Naaaaan… Au secours !!!)), les top transparents (vite trash), les tops sans bretelle à moins qu’ils soient génialement bien coupés (rare), et enfin, tout un tas de trucs quoi. Ce casse-tête ? Story of my life.

Certes, la revanche, c’est un beau bustier.
Mais bon, dans la vie de tous les jours, les bustiers, comment dire ?
On est pas dans les Real Housewives de Beverly Hills*, ici.

Oh, et ne parlons même pas de trouver un maillot, ahahahah, la blague.

D’ailleurs, mes copines qui tombent enceintes et gagnent illico deux bonnets me demandent toujours : “Mais comment tu fais avec tes seins ?”/
À cette question cruciale, je n’ai aucune bonne réponse.

*Interlude Real Housewifes de Beverly Hills :

Le problème des seins est le suivant : soit ils n’existent pas, comme nous l’avons vu ci-dessus, soit ILS SONT BEAUCOUP TROP INVESTIS (et beaucoup trop pump it up) et portés comme une arme de destruction sexuelle (enfin, médiatique surtout) massive.

C’est dommage, parce qu’entre le rien du tout et le over-sexuel, il n’existe pas grand chose, alors que ce serait chouette, d’arrêter de les ignorer trois minutes.

On a bien eu Lara Stone (vraie fille cool avec seins) pendant quelques saisons, mais il semble bien qu’elle ait disparu, Lara, reviens.

Les fesses – Est-ce que ça existe vraiment ?

Les fesses ne sont pas mon domaine d’expertise parce que je n’en ai pas des masses (je ne m’en plains pas, ça a l’air à peu près aussi galère à habiller que les seins), mais c’est aussi parce que je n’en vois pas beaucoup dans la mode.

C’est pas très fashion, les fesses.

Du coup, on dirait qu’elles ont disparu, elles aussi (ah ! l’unidimensionnalité de la femme moderne) et pourtant ça peut être très beau, une belle paire de fesses, même si c’est un peu pareil que les seins :
Trop moulées, c’est trash, trop cachées, ça grossit (j’ai oublié de préciser – il y a une différence entre avoir des seins ou des fesses, ou les deux ! et être grosse) et entre les deux, on peut s’inspirer de… Je ne sais pas, Scarlett Johansson ?

Et se retrouver habillée en 50’s (la seule réponse que la mode apporte au “problème” courbes depuis… Les 50’s) alors qu’on a qu’une envie, c’est d’aller claquer son salaire chez Céline.

Interlude Kim Kardashian :

Non mais si.
Kim a certes un corps littéralement irréel mais, pour l’avoir vue en vrai, c’est surtout une experte dans l’art d’habiller ses courbes et de poser pour la caméra.
Et franchement, à l’allure à laquelle son style évolue (merci Kanye !!!), je pense qu’elle pourrait un jour nous faire une Beckhamade et devenir extra chic.
Je suis assez curieuse, je l’avoue. À suivre.

Big up aussi à Kim dans sa grossesse, pour avoir dit qu’elle est complètement cool avec ses “kilos en trop” (elle est en train de se faire déchirer dans la presse pour avoir “grossi” euh, les gars, elle est enceinte, non mais allô) ET porté du Saint Laurent à 6 mois, ce qui n’a pas dû être la plus facile des missions.

Allez, sur ce, je vais vous laisser, faut que j’aille transpirer avec ma nouvelle meilleure amie Jillian. Parce que même si j’adore mes courbes, je sais reconnaître quand elles prennent trop de libertés.

Tout est question de d’équilibre en ton moi intérieur ! dirait une Housewive de Beverly Hills…