Voici le résultat de ma coupe + traitement à la kératine. OMG, aaaaaaaaaahhhhhh !!!!

———

Au moment où Adrienne ma coiffeuse a commencé à couper, j’ai carrément flippé.

Je m’étais promis d’agir, certes, mais quand on commence à voir les mèches qui tombent au sol, ça file toujours le vertige. Dans ces cas-là, je m’efforce de penser à autre chose, je fais des blagues à la con,

et je me dis que si elle m’a bien écoutée, j’aurais toujours la possibilité de les attacher, mes $%#@ de cheveux.

Non mais parce qu’il faut que j’avoue. L’année dernière, déjà épuisée par mon chignon, je m’étais fait couper les cheveux à peu près à la même longueur que sur la photo, et ça avait été la CATA – tellement la cata que j’avais littéralement passé ma coupe sous silence (pardon, je vous ai caché ça), attendant avec un micro-chignon honteux que ça repousse.

À l’époque, j’étais encore persuadée que le traitement à la kératine n’était pas pour moi, je l’avais fait une fois et j’avais trouvé ça beaucoup trop raide. Je voulais accepter mes boucles et cette longueur-là avec des boucles (quand je dis boucles, je dis boucles. Bon, mes boucles naturelles ne sont pas aussi tendues que ça, mais pas loin), c’est… argh, ingérable. Très. Mauvais. Souvenir. Dépression. Capillaire.

Mais revenons au temps présent et à Soho, un mercredi après-midi dans notre salon de coiffure*.
Passée la demi-heure de pleurs devant mes mèches envolées (ou plutôt écrasées au sol et promptement balayées), il a été temps de passer au traitement à la kératine.

J’avais fait jurer à Alex, mon nouveau physicien préféré, que mes cheveux ne ressortiraient pas raides comme des baguettes. Il m’avait promis, douze fois, vingt fois, mais malgré ses airs d’ange barbu tombé du ciel, je me méfiais encore.

Il m’a expliqué :

“Bon, Garance. Plus tes cheveux seront souples, moins longtemps ton traitement durera. Donc si tu veux garder de grosses boucles, imagine-toi qu’il faudra refaire ton traitement tous les deux mois, à peu près. Maintenant, si on commence un tout petit peu plus raides, tu es tranquille jusqu’en septembre.”

“Ok, ça marche. Disons…tranquille jusqu’en septembre.”

Il a commencé à appliquer le produit, on a bavardé, j’ai lu tous les magazines de la terre, et quelques heures après (entre la coupe et le traitement, il a fallu compter environ quatre heures)(comprenez l’envie d’être tranquille jusqu’en septembre) j’avais les cheveux raides comme une Japonaise, et j’étais terrorisée.

C’est que pendant deux jours, il faut laisser le traitement agir. Donc pendant deux jours, Japon. Et il faut éviter de se tripoter les cheveux, car le traitement à la kératine est très chimique**, donc il faut éviter de l’ingérer. Difficile, quoi.

Et un matin, j’ai enfin pu me laver les cheveux. Et là, franchement, BONHEUR, nouvelle femme, nouvelle vie, victoire.

Alex avait tenu ses promesses. Mes cheveux était souples mais pas raides. Hyper doux, hyper brillants (l’un des effets secondaires GÉNIAUX du traitement) et j’avais envie de danser de bonheur dans la rue, d’ailleurs je dansais dans la rue de bonheur.

Je n’ai plus RIEN À FAIRE pour que mes cheveux tombent nickel (et quand je dis nickel, ça veut dire pas nickel, je n’aimerais pas qu’ils soient trop parfaits, je veux juste qu’ils soient “naturels”). Par exemple, ce que vous voyez sur la photo, c’est juste un shampooing, un après-shampoing***, et séchés à l’air libre sans les calculer, même pas besoin de conditionneur ou de quoi que ce soit d’autre, le bonheur, quoi.

Ce qui est génial, c’est que j’ai l’impression de retrouver mes vrais cheveux, ceux d’avant qu’ils se mettent à friser dans tous les sens. Donnez-moi encore deux semaines et j’aurai complètement oublié que j’ai un traitement à la kératine, tellement ça me semble naturel et tellement ça ne demande pas d’entretien.

J’ai 12 copines qui m’ont demandé l’adresse de mon coiffeur, le truc qui ne m’était jamais arrivé avant, ahah.
Je commence même à avoir des envies de couper plus court, vu qu’un nouveau monde, le monde des filles aux cheveux gérables, s’ouvre à moi.

Mais je vais garder mon carré encore quelques temps, je crois. C’est trop bon de danser dans les rues !

Dites-moi que ça vous plaît !!???

——–

* Le salon : Trouvé sur Internet par Alex (l’ange de la beauté du studio), il est à Soho et s’appelle The Drawing Room.
Ma coiffeuse m’a fait halluciner par sa technique. D’abord j’ai eu une pré-consultation où j’ai montré ces photos. On a décidé de commencer avec le mi-long et on a adapté la coupe à mon visage.
Ensuite elle a coupé au millimètre près, c’était assez fascinant. Quant à Alex, le coloriste qui s’occupe aussi des traitements à la kératine, pffff, je vous en ai déjà parlé, il tient ses promesses.
Les prix ne sont pas exorbitants, j’avais payé beaucoup plus lors de mon premier traitement, mais soyons clairs, la kératine, c’est cher.

** Je ne suis pas chimiste et je ne vais pas vous faire une thèse là-dessus, mais le traitement à la kératine contient de la formaldéhyde, un produit très toxique. Aux États-Unis, les produits sont régulés mais évidemment, je ne peux pas vous dire “Wouaaaah, c’est formidable !!!” sans mentionner cela. On en a parlé longuement avec Alex (mon coiffeur) qui a l’air d’être très au courant de la composition de ses produits.
En tout cas, à faire absolument chez un coiffeur formé, précautionneux, et je pense que ce n’est pas un luxe d’espacer au maximum les traitements.

*** Mieux vaut utiliser un shampooing spécial traitement à la kératine, paraît-il.

Photo prise par Scott, c’est quand même cool d’avoir un photographe à la maison.