Vous connaissez mon amie Cisco, que j’avais rencontrée en Australie. Depuis, elle s’est installée à New York, mais comme beaucoup d’Australiens, Bali est un endroit où elle est allée souvent et qu’elle adore – et d’ailleurs, elle l’aime tellement qu’elle et George, son mari, y ont fait construire une maison.

Voici son city guide ultra perso de Bali – et toutes les bonnes adresses que je vais essayer de visiter pendant mon séjour !!!

Je suis en train de faire mes bagages, qu’est-ce que j’emporte ?
Des bikinis, des tongs, des hauts en soie et des kaftans légers, une bonne crème solaire, de l’antimoustique, de la wax pour le surf, quelques bons bouquins, des chaussons en néoprène (moi j’en porte pour surfer parce qu’à Bali, il y a pas mal de récifs le long du littoral) et peut-être de l’Imodium (on ne sait jamais).

Quel est ton spot préféré à Bali (en ville) :
Bali, on n’y va pas pour être en ville. Bali, c’est la plage, les vagues, les massages et le soleil.

Où est-ce qu’on trouve les meilleurs trucs à manger ?
À Bali, tout dépend de ce dont on a envie parce qu’on trouve de tout : depuis la spécialité locale à base de riz, le Nasi Goreng, qu’on trouve un peu partout jusqu’aux délicieux plats de raw food élaborés par le chef Daniel Moran au Como Shambhala Estate d’Ubud. Toujours à Ubud, on trouve d’autres super endroits comme Alchemy, Mozaic et le Clear Cafe (il faut absolument essayer leurs smoothies).Et pour les meilleures spécialités indonésiennes, allez au Batan Warung.

À Canggu, j’adore la salade « gado-gado » du Betelnut Cafe, la délicieuse « pizza végétarienne bio » du Desa Seni (servie sur un pain pita ultra-fin nappé de pesto), le « larb » du Green Ginger (qui ne sert que des produits bio et des plats végétariens ultra-sains).

À Seminyak, j’adore le Kaizan, un restaurant de BBQ coréen qui sert un bœuf de Kobe vraiment bon. Pour grignoter et boire un verre dans un cadre décontracté, je recommande le Motel Mexicola. Pour un dîner un peu plus sophistiqué, on aime bien aller au Ku De Ta siroter des cocktails au soleil couchant et déguster les plats sublimes préparés par notre ami Phil ou alors se prendre un curry de crevettes indien au Sarong.

Où trouver un bon cours de yoga ?
Le Desa Seni, c’est vraiment mon endroit préféré pour faire du yoga. C’est un super resort éco-responsable à l’atmosphère unique. Les jardins mettent tout de suite dans l’ambiance, on se croirait un peu dans un vieux village d’artistes balinais. Là-bas, on peut faire du yoga en plein air et suivre une multitude de cours. C’est un endroit très connu, alors il vaut mieux arriver à l’heure. Moi, je recommande tout particulièrement les cours de Hatha Yoga avec Octavio ou le cours de son amie, Angela. Elle enseigne l’Ashtanga, qui peut être un sacré défi quand il fait chaud. Qu’on soit débutant ou de niveau avancé, il y a des cours pour tout le monde.

Après le cours, je vous conseille d’aller prendre un smoothie rafraîchissant ou un jus de fruits au restaurant. Il est niché au beau milieu d’un jardin dément et sert à 80 % des produits cultivés sur place.

À Ubud, je recommande le cours du Como Shambhala, Radiantly Alive, avec Daniel Aaron et bien sûr, The Yoga Barn.

Où tomber amoureux à Bali ?
À peu près partout, du moment qu’on est hors des sentiers battus. Eloignez-vous des hordes de touristes pour découvrir le véritable Bali. Posez des questions aux habitants, intéressez-vous à eux, et laissez-vous gagner par leur incroyable énergie.

Les endroits inratables, à voir absolument ?
Parmi les spots incontournables, il y a les rizières en terrasse d’Ubud, le sommet du mont Agung, Balangen Beach, le temple de Gunung Kawi (toujours à Ubud) et les bateaux de pêche colorés sur la baie de Jimbaran.

Le meilleur spot pour surfer (et rencontrer des surfeurs mignons !) (Scott, je te jure, c’est Alex qui a posé la question) :
Pour le surf, ça dépend vraiment de ton niveau. Sur la péninsule de Bukit, au sud, on trouve certaines des plus grosses vagues qui viennent se briser sur les récifs. Lorsqu’elles font plus d’un mètre de haut, je préfère rester sur la plage, c’est plutôt un spot de surfeurs confirmés. The Bukit est aussi la région la plus magique de l’île, avec des plages de sable blanc, une eau limpide et des récifs tropicaux de dingue. Pour les surfeurs confirmés, il y a aussi Nico Nico, Nusa Dua, Sanur et Keramas, des spots situés sur la côte est.

Si vous êtes plutôt à la recherche de vagues tranquilles ou que vous avez un Malibu (longboard) comme moi, vous pouvez essayer Old Man’s, Balian ou Tugu Beach. On peut louer des planches de surf un peu partout, et si vous allez à Tugu, mon spot préféré, demandez Billy. Il vous filera exactement la planche qu’il vous faut pour vous amuser. Si vous voulez, il pourra même vous donner un cours. C’est l’un des nombreux personnages de l’île.

Pour voir des surfeurs du cru ou repérer des mecs mignons, j’irais à Echo Beach. Il y a quatre types de vagues différentes et surtout, on y trouve des endroits sympas pour manger ou boire une bière tout en admirant le spectacle.

Un lieu très touristique qui vaut carrément le détour ?
La réserve naturelle Monkey Forest d’Ubud (qui abrite des centaines de macaques !), le mont Agung, à gravir de nuit (n’oubliez pas de prendre des vêtements chauds, il peut faire vraiment frais là-haut), les chutes de Git-Git pour du canyoning, et Jimbaran Bay pour un dîner de fruits de mer.

Un endroit à éviter…
Kuta, qui n’a rien à voir avec le vrai Bali. C’est ultra-touristique, à fuir absolument.

Les plus belles plages :
Si on aime les plages de sable blanc et les beaux récifs, je recommanderais Balangan Beach et Padang Padang.

Trois choses à savoir sur la nourriture balinaise :
Epicée, fraîche et exotique.

L’aspect le plus important de la culture balinaise…
Le truc à ne pas oublier, c’est que la culture de l’île se nourrit principalement de la religion hindoue et de ses traditions. C’est ce qui explique que les Balinais aient cette approche si spirituelle de la vie, qu’ils soient toujours très positifs et ouverts aux autres. C’est pour ça que les étrangers se sentent si bien à Bali. Il existe des cérémonies pour célébrer tous les moments de la vie. Tous les matins et tout au long de la journée, les habitants préparent des petites offrandes pour les dieux. Les Balinais étant très superstitieux, ces offrandes sont censées favoriser la bienveillance des dieux à leur égard et les protéger des mauvais esprits.

Et pour faire la fête ?
Pour commencer, on va boire un verre au soleil couchant. Moi, je choisirais Echo Beach ou pour quelque chose d’un peu plus sophistiqué, le Ku De Ta à Seminyak. Ensuite, direction La Plancha, un bar de plage d’inspiration espagnole. Sinon, on peut s’arrêter au Mantra tenu par ma grande amie Phoebe et Tipi, son mari. C’est un bar à vin super sympa, à mi-chemin entre New York et Bali qui sert des super margaritas. Après ça, on peut sortir au Potato Head pour écouter du bon son. C’est là que les plus grands musiciens viennent jouer.

Bon j’avoue qu’en général à Bali, je ne suis pas du genre grosse fêtarde, je préfère profiter de la journée. Mais je comprends qu’on ait parfois besoin de se lâcher, et pour ça, il y a La Favela, le WooBar (W Hotel), Mint et le bar Hu’u.

Le truc à ne surtout pas oublier…
Toujours bien noter son adresse quelque part pour pouvoir rentrer en taxi sans encombre.

À ne jamais faire…
Ne jamais oublier qu’on est un visiteur sur l’île. Il est important de respecter les Balinais, tous adorables. Ils aiment faire plaisir, sont généreux et très authentiques. Si l’île est aussi unique, c’est grâce à leur énergie et leur sourire.

Le meilleur moment pour aller à Bali :
Les saisons ont tendance à changer un peu, mais en général, la saison sèche – qui est censée être idéale – dure d’avril à octobre. La saison des pluies va de novembre à mars, et pour les plus grosses vagues, on y va entre juillet et septembre.

Où est-ce que je peux séjourner ?
L’Amankila Hotel de Chandi Dasa est vraiment génial. Sinon, l’Alila Hotels d’Uluwatu.

À Canggu, pour vivre une expérience balinaise originale, je choisirais le Tugu Hotel, ou pour les fans de yoga, le Desa Seni. Ma villa de luxe préférée à Bali, c’est bien sûr Reddoor, toujours à Canggu. C’est une magnifique maison qu’on a construite avec mon mari et qu’on peut louer toute l’année.

À Seminyak, je recommanderais les villas du W Hotel ou du Elysian Hotel.

À Ubud, Como Shambhala Estate, Uma Ubud, Wapa di Ume et Ubud Hanging Gardens.

La meilleure façon de se déplacer ?
A moto ou en scooter, sans hésiter. Ça fait partie de l’expérience. Sur cette île, on se sent plus libre qu’ailleurs, et avoir les cheveux dans le vent sur un scooter, ça le fait carrément. Il faut être prudent, beaucoup de gens ont tendance à croire qu’ils sont invisibles et du coup, il y a pas mal d’accidents, surtout quand on va trop vite ou qu’on a bu. Le mieux c’est de rouler tranquille. Respectez les quartiers dans lesquels vous passez et essayez de ne pas trop faire de bruit. Sinon, on peut aussi se déplacer en taxi, c’est bon marché et facile.

Pour louer un scooter/une moto :
On en trouve à presque tous les coins de rue pour 6 à 8 dollars par jour. On peut demander au gérant de sa villa ou au personnel de l’hôtel d’en réserver à l’avance.

C’est vrai, ce qu’on dit au sujet du docteur de Eat, Pray, Love (le film Mange, Prie, Aime avec Julia Roberts, tiré d’un best-seller) ? Il serait toujours sur place ? Tu as un guérisseur, ici ?
Oui, c’est vrai. Il s’appelle Wayan. C’était un peu le guérisseur local, il avait de nombreux patients balinais. Après le succès de Mange, Prie, Aime, c’est devenu un guérisseur superstar qui soigne pas mal de touristes.

Je n’ai pas de guérisseur attitré à Bali. Le yoga, le surf et les massages, ça me suffit pour rester en forme.

Le meilleur spot de shopping à Bali ?
Si la foule ne vous dérange pas, on peut aller sur Oberoi Road à Seminyak. On y trouve pas mal de boutiques, dont ma préférée, Kalyan. C’est une boutique indienne qui vend des kaftans et des foulards en soie sublimes (c’est assez cher), située sur Jalan Legian. L’artisanat local est souvent un peu répétitif et très touristique. Il n’y a pas beaucoup de vraies bonnes boutiques d’objets anciens, mais on peut trouver des choses chez Metis à Seminyak. Ils ont aussi de très beaux bijoux, mais attention, c’est souvent cher. Sinon, je trouve souvent de beaux sarongs sur la plage, juste en face du Ku De Ta.

Qu’est-ce que je dois rapporter de Bali ?
Moi, je conseille de rapporter un sarong en batik traditionnel. Le batik est une vieille technique d’impression sur tissu à l’aide de cire et de teinture, c’est un travail passionné, on peut d’ailleurs admirer des artisans à l’œuvre dans le village de Tohpati. C’est une super façon de soutenir l’économie locale.

Des secrets de beauté balinais ? Des produits incontournables qu’on trouve à Bali ?
Moi, j’adore tout ce qui est à la fleur de frangipanier. A Bali, on en trouve partout, dans des nuances blanches et roses sublimes. Les Balinais en tirent une huile divine qu’on peut appliquer sur la peau, le visage et les cheveux. Moi, je m’en ramène toujours une bouteille. C’est vraiment agréable quand on l’applique chez soi, après une douche… Rien que l’odeur me transporte immédiatement sur cette île paradisiaque.

Je suis complètement accro aux spas, où est-ce qu’on trouve des massages géniaux ?
À Seminyak, je recommanderais le Prana Spa. Il propose un super massage à quatre mains (un peu cher). Pour une expérience plus traditionnelle, mon adresse préférée, c’est le Devira, sur Jalan Batubelig, demandez Putu. À Ubud, je me répète, mais le Como Shambhala Estate est le lieu incontournable pour faire une retraite remise en forme sur l’île.

Des conseils de lecture ?
Fragrant Rice de Janet de Neefe, qui permet de comprendre la culture locale. Sinon, Bali, L’interprétation d’une culture de Clifford Geertz et bien sûr, le Lonely Planet Bali.

Cliquez ici pour retrouver d’autres city guides.