Self deprecation…

« Plutôt mourir que devenir membre d’un club qui accepte les gens comme moi. »
- Woody Allen citant Groucho Marx dans Annie Hall

…C’est certainement l’un des traits d’humour que je trouve le plus charmant chez les gens.

L’art de l’autodérision, c’est non seulement une preuve d’humilité et d’une forme d’objectivité sur soi-même, mais en plus, c’est un excellent moyen de mettre les gens à l’aise.

Oh, et puis… C’est aussi l’un des meilleurs moyens de survivre dans la mode.

«Est-ce qu’il existe un groupe de soutien pour les femmes qui ont une sale coupe de cheveux ? Parce que j’aimerais en faire partie.»
- Lauren Santo Domingo

C’est pour ça que mes héros sont des gens comme Woody Allen, Françoise Sagan ou Nora Ephron. Ils me font rire et me touchent énormément, parce que pour moi, l’autodérision c’est aussi admettre qu’on n’est pas mieux que les autres, autrement dit, la vérité.

« Une fois que vos enfants sont ados, surtout, prenez un chien : il y aura au moins quelqu’un qui sera content de vous voir. » – Nora Ephron, I Feel Bad About My Neck

Ça a commencé pour moi le jour où, moyennement jeune (Vers 18 ans. Avant 18 ans, je n’étais qu’intensité et passion et fausse profondeur, dans la lignée de Dana Brody. Puis j’ai réalisé qu’il fallait apprendre à rire de soi et des galères que la vie nous jette à la figure), j’ai compris qu’on passait tous par les mêmes moments embarrassants, et qu’il serait dommage de se priver d’en parler.

«[…]Cela ne désarma pas cette sorte de condescendance qui, Dieu merci, règne dans toutes les familles à l’égard de ses membres les plus jeunes, surtout quand ils sont un peu bègues et qu’ils invoquent Nietzsche comme on invoque le journal du jour et qu’ils prennent des airs penchés à la moindre rime, ce qui était mon cas.» – Françoise Sagan. «La petite robe noire.»

C’est aussi l’un des trucs que j’ai adoré chez Scott. Il a un sens de l’autodérision hyper surprenant, il faudrait qu’un jour il vous fasse une vidéo de lui en train de s’auto-imiter en mode “chasseur de looks dans les rues”. Ça vaut le détour. John Hamm aussi dans le style, est pas mal :

« Avec Amy Poehler, on a décidé qu’on avait perdu suffisamment d’Emmys comme ça pour avoir le droit d’organiser une fête de la loose. » – John Hamm au Jimmy Kimmel show

Rien ne plus craquant qu’un homme qui admet et rit de ses failles.

Mais la limite entre auto-dérision et l’autoflagellation est parfois assez floue.

« J’ai l’air aussi jeune que possible étant donné mon âge. » – Nora Ephron, I Remember Nothing: and Other Reflections

Je m’en rends bien compte quand je vous parle de moi (c’est à dire la plupart du temps) que je vous raconte mes soucis (Mes petits soucis. Je garde mes grands soucis pour moi, ou du moins, j’essaye de vous les épargner, le temps de les digérer et de vous les ressortir une fois que je suis prête à en rire)(douleur + temps = humour, paraît-il) et qu’à certains moments, certains d’entre-vous me disent d’arrêter de m’auto-flageller et de commencer à m’aimer, un peu, maintenant, quand même, voyons. Allez, je m’auto-cite, tiens :

«Mais là, ça faisait trop longtemps que ça durait, ma vie de femme qui ne s’entretient pas. Ma vie de mec en fait. Ah non mon mec s’entretient, mieux que moi. Ma vie de, euuuuuuh, téléphone portable (???) (C’est juste que telle que je vous écris, je cherchais un truc qui ne s’entretient pas, et mon téléphone portable est en face de moi), ah non.
Même mon téléphone portable a des updates plus souvent que moi.»

Quand je lis ces commentaires, je me dis “Mais bien sûr que je m’aime, ça m’empêche pas de me moquer de mes défauts !” – mais en même temps, je comprends certains de ces commentaires, parce qu’autodérision et autoflagellation ont des frontières floues dont les seuls gardiens sont l’humour.

Et l’humour des uns n’est pas forcément celui des autres.

« Ma faculté à transformer une bonne nouvelle en crise d’angoisse n’a d’égale que ma faculté à transformer une crise d’angoisse en éruption cutanée. » – Tina Fey

Depuis quelques mois, l’un des comptes qui me fait le plus rire sur Twitter, c’est lui de Fat Amy, une adolescente mal dans sa peau, qui déteste l’école, adore glander et déploie des trésors d’auto-ironie à chaque Tweet.

« Si seulement mes cuisses étaient aussi minces que ma confiance en moi » – Fat Amy

C’est un faux-vrai compte inspiré de Fat Amy du film Pitch Perfect, qui s’appelle elle-même Fat Amy parce que “I call myself that so twig bitches like you don’t do it behind my back.” (Ce qui veut dire que Fat Amy n’est pas Rebel Wilson mais que son compte est tellement bien qu’il a été “approved”, ce qui est à peu près comme recevoir un Oscar dans le monde moderne), donc pour tout ce que j’en sais c’est peut-être un homme de 80 ans qui le tient, mais on s’en fout – l’important c’est que ça me fait hurler de rire.

« 2014 est tellement proche que j’entends déjà le bruit des râteaux que je me prendrai le soir du Nouvel an” – Fat Amy

Le truc, c’est que parfois, elle va un peu loin, et j’ai envie de la prendre dans mes bras et de la réconforter. Parce qu’au fond, si elle parle de tous ces petits moments universels où l’on se sent nuls, ou moche, ou indésirables – c’est aussi parce que ces moments, on le sait tous, ils arrivent vraiment et ils ne sont pas toujours drôles. Parfois j’ai envie de lui dire : et tu peux nous parler un peu de ce qui te plaît chez toi ?

Est-ce que ça va, Fat Amy ? Tu veux qu’on aille boire un café ?
(oui, je parle vraiment à un faux-vrai compte comme si c’était ma pote)

Et même si je sais que le compte n’est qu’une blague, parfois je me dis c’est peut-être vraiment une ado en souffrance qui essaye de nous faire passer un message… Puis je me ressaisis. Non, c’est juste quelqu’un avec un humour ravageur.

Et d’ailleurs, pour finir avec une citation de Nora : « Quand vous glissez sur une peau de banane, les gens se moquent de vous. Mais quand vous racontez à quelqu’un que vous avez glissé sur une peau de banane, là, c’est à vous le rire appartient. »

Alors, qu’est ce que vous en pensez ? Est-ce que vous savez vous moquer de vous-mêmes ? Est-ce que vous trouvez qu’il y a des limites à l’autodérision, ou est-ce qu’on peut rire de tout ?