Et vive 2014 !!!

Il est cinq heures du mat, je viens juste de rentrer à New York où il fait -12 degrés celsius (I mean, literally) et j’ai un jet-lag de dingue (autrement dit une bonne excuse pour passer le week-end à traîner et prendre des petits dèj à 4h du mat toute seule comme une hystéro) et je suis épuisée par mes vacances alors que je n’ai rien fait d’autre que passer des heures en famille à boire du thé Mariage édition spéciale Coup de Soleil.

Pendant cinq minutes, j’ai même regardé les Kardashian en portant des Ugg Boots, Han han, honey!

C’est dans cette ambiance studieuse que j’ai décidé de ne pas être débile (il n’est pas impossible que j’ai épuisé mes réserves de débilité sur trois générations avec mes Holiday Randoms, hein) et de ne faire aucune résolution.

2014, année irrésolue donc – Moi je dis, ça commence bien.

Au menu cette année, donc :

Pas de régime.
Pas de sport.
Pas de “plus de travail” ou de “moins de stress”, pas de bla bla, RIEN.

Non parce que, rendons-nous à l’évidence, je ne serai jamais cette fille-là.

Celle qui tient ses résolutions, qui décide de faire de la gym tous les jours et s’y tient, qui envoie ses voeux de bonne année en temps et en heure (et pas en mars), qui se fait un mois sans alcool (ça va pas la tête ?) ou qui a toujours les ongles frais et nickel, et, enfin, vous voyez ce que je veux dire.

Nan, moi ce que j’aime, c’est la progression lente, voyez-vous.
Presque imperceptible, un peu comme, euuuuuh… Le mouvement de la Terre autour du Soleil. Du paresseux sur sa branche. De la moule se déplaçant sur son rocher.
Si. Elles se déplacent.

Parce que même si je ne tiens jamais, jamais JAMAIS mes résolutions, je me suis rendue compte qu’en quelques années j’ai quand même :
Quasiment arrêté de fumer sans forcer (Vive les regards désapprobateurs des New-Yorkais !)
Réussi à plus ou moins me mettre au sport et même si je n’en fais pas tous les jours, il ne se passe plus jamais une semaine sans que je me fasse un ou deux yogas ou jog (de la loose, le jog, mais bon, jog quand même) ou, au pire, une danse folle jusqu’à totale transpiration dans mon salon.
Appris à gérer le stress et la pression à tel point que ma soeur m’appelle maintenant Happy G.
Et plein d’autres choses qui se sont faites sans que je m’en rende compte. Il m’arrive même de ranger ma chambre !!! Hier, j’ai trié les placards de ma cuisine, les gars !!!

À ce rythme-là, je vous promets qu’à 90 ans, j’aurais le corps d’une Victoria’s Secret Angel, l’esprit du Dalaï Lama et l’art de vivre de Martha Stewart. Cool, non ?

Voilà, tout ça pour vous dire que cette année, j’ai décidé de m’auto-kiffer, de me dire c’est-bien-bravo-oui-tu-t’en-es-bien-sortie, de me trouver super jolie comme je suis, de ne pas me prendre la tête, d’avancer tranquille en prenant le temps de regarder le paysage, et, comme me l’a si bien dit ma copine Laura l’autre jour alors que je lui posais une question super alambiquée sur “la manière de se comporter quand une personne semble vouloir être votre amie mais envoie des signaux bizarres qu’en penser que faire comment réagir ?”

Elle m’a regardée pendant deux secondes avec ses yeux bleus perçants et m’a dit :

Darling, you know what I do? : “I underthink it”

Elle m’a scotchée de bon sens.

Et du coup, j’en fais mon maître mot pour 2014, et je vous souhaite plein d’underthinking, de refus de la prise de chou, de choses faites juste parce qu’on “le sentait comme ça”, d’amitiés profondes ou superficielles du moment qu’on s’amuse, de danse toute seule dans son salon et de millions de choses qui disent à la vie qu’on la prend comme elle vient et qu’elle nous le rend bien.

Je vous embrasse hyper fort, une année merveilleuse à vous !!!!