Ça fait quasiment quatre mois que j’ai coupé mes cheveux, le temps et sa course effrenée, non mais vraiment.

Vu que vous n’arrêtez pas de me demander des news, j’ai décidé de briser ma promesse de ne plus jamais vous soûler avec ma coupe courte, et donc voici les quelques points d’importance capitale que j’ai à vous rapporter, en total vrac, parce que je le vaux bien.

1 – Avoir les cheveux courts m’a vraiment changé la vie, c’est genre, il y Avant CC et Après CC.

2 – J’utilise le premier shampoing qui me tombe sous la main. Ou du savon même ; ça marche.

3 – Oui, c’est sûr, je vais chez mon coiffeur plus souvent – mais pas si souvent, tous les deux mois – à peu près. C’est un tout petit peu trop court au début, un tout petit peu trop long à la fin, mais totalement gérable.

4 – Traitement à la kératine ?
Non, pas besoin pour moi à cette longueur là, grâce à la longue mèche que je peux coincer derrière l’oreille au moment de les sécher.
Ce qui me fait dire que c’est la longueur idéale pour mes cheveux, vu que c’est naturel.

5 – Une fois lavés, je rajoute un peu de crème Moroccan Oil Hydrating Styling Cream (depuis que Pamela Love m’a dit qu’elle utilisait Moroccan Oil, je me suis convertie, vous avez vu ses cheveux sublimes ?), puis je les plaque avec un peigne jusqu’à ce qu’ils soient secs.
Ensuite je les ébouriffe et voilà.

6 – Nouvel instrument dans ma salle de bain : un peigne. Il ne me reste plus qu’à en trouver un beau, because I’m snob.

7 – Instruments que je n’ai plus dans ma salle de bain :
Sèche-cheveux (Je l’avais utilisé 3 fois)
Curler (Je l’avais utilisé une fois, brûlé le front, fait tomber au sol, puis m’étais retrouvée comme une présentatrice de télé italienne, avait abandonné.)
Plaques (Je ne les avais jamais utilisées, mais comme tous les instruments ci-dessus, je les gardais pour un-jour-au-cas-où-on-ne-sait-jamais.)
Brosse.
Filtre pour ne pas boucher la douche et la baignoire (aka drame domestique dans ma vie passée)
Shampooings élaborés.
Crèmes capillaires nombreuses, variées, et toutes à moitié entamées mais pas finies parce qu’aucune n’avait réussi à me donner la crinière fabuleuse dont je rêvais..

8 – J’ai très rarement des bad-hair days.
En gros, je lave mes cheveux tous les deux jours et ça donne :
Jour 1/ Ils sont un peu trop mous mais ça va
Jour 2/ Ils sont nickel.

9 – Jour 3/ ?
J’ai essayé le shampoing sec, mais ça les fait gonfler à mort, c’est juste pas possible, alors shampooing.

10 – L’équivalent du bad hair day pour moi s’appelle L’ÉPI, et m’énerve beaucoup, mais ça n’est arrivé que deux fois, une fois une mèche devant, une fois l’entièreté de mes cheveux derrière qui avaient séché à l’envers.

11 – On m’a demandé :
Si j’étais la petite soeur d’Isabella Rossellini, deux fois.
De ne plus jamais les laisser pousser, 45 fois.
L’adresse de mon coiffeur, incalculable.

12 – Une nouvelle peur est entrée dans ma vie : celle que l’on m’appelle monsieur.
Ça n’est jamais arrivé, mais je crois que toutes les filles à cheveux courts ont cette peur archaïque, sourde et complètement déplacée.

13 – Mes nouveaux meilleurs amis pour les jours où la peur sourde m’attaque :
Rouge à lèvre rose ou rose flashy pour envoyer des signaux bien clairs (non mais n’importe quoi)
Boucles d’oreilles.
Vernis à ongles.
Talons hauts.

14 – Ai jeté direct…
- Lunettes de vue épaisses.

15 – Ai encore du mal à me faire à l’idée…
- De porter un chapeau.

16 – Ai renoncé à l’envie…
- De me faire un blond.
Je n’ai pas quitté une galère (les cheveux longs) pour sauter à pieds joints dans un autres (les racines).

17 – TROP FACILE !!!
Me faire une couleur. Après la couleur trop noire de la dernière fois, on ne m’y reprendra plus, je fais mes couleurs toute seule à la maison et avec les cheveux courts, c’est presque aussi facile que de se faire un shampooing.

J’ai dit presque, hein.

18 – À NE JAMAIS FAIRE !!!
Me laver les cheveux avant d’aller me coucher. Ne pas les sécher plaqués fait que leur vraie nature bouclée revient au galop, et là, c’est la crise de rire assurée au réveil. Un boule sur la tête, littéralement.

Voilà c’est tout ! Si vous avez plus de questions je serais ravie d’y répondre – et on a préparé une petite interview avec Clyde, mon cher coiffeur, qu’on publiera tout à l’heure…

Mais pour conclure, je pense que les cheveux courts vont à tout le monde, le tout c’est d’avoir une bonne coupe adaptée à son visage et à sa nature de cheveux.
Et après, franchement, il n’y a pas photo, c’est le bonheur.