Note de l’auteur : Maman, s’il te plaît, ne lis pas ça.

Sur le papier, ce mec était idéal : il montrait un intérêt sincère pour le moindre détail de ma vie, il avait un travail, et se brossait les dents tous les jours.
Enfin. Ça, c’était jusqu’à ce qu’on couche ensemble.

Avec lui le sexe était pile l’inverse d’un article dans Cosmo : silencieux (même pas un petit grognement ? allez quoi !), rapide (mais du genre « Tu as pensé à consulter ? » – rapide), chiant (euh, il y a d’autres positions, tu sais) et gênant (de tous les mots à prononcer après l’amour, « Je – suis – désolé » sont certainement les pires).

Bon, j’ai donné quelques semaines à notre vie sexuelle défaillante. Peut-être qu’il était stressé. Peut-être que c’était moi. Peut-être qu’il fallait que je lui montre. Que j’exprime davantage mes envies, mes désirs, mes « un peu plus à droite ». Ça allait peut-être s’améliorer. On avait peut-être pas encore trouvé notre rythme. J‘ai cherché des explications et fait preuve d’empathie aussi longtemps que j’ai pu.

Mais ça ne s’est pas amélioré, et plus on couchait ensemble, moins ça m’intéressait.
Un mois plus tard, ma libido avait complètement disparu (Mais reviens ! Où es-tu ?) et une certaine torpeur, accompagnée d’une pointe de frustration et d’angoisse, a commencé à me gagner. J’en venais à prétexter un soudain épuisement, des migraines, et des “Oh la la je sens que je suis en train d’attraper un rhume.!”… Plus on parlait de ce qui n’allait pas, moins j’avais envie de m’investir dans ce problème, et donc en lui.

Ce qui nous amène à un sujet tabou : Est-ce qu’un mauvais coup est forcément rédhibitoire ? Dit comme ça, ça semble un peu superficiel. Et son super job ? Et son charme irrésistible ? me direz-vous.

Le truc c’est qu’en fin de compte, j’en revenais toujours à la même question : « Est-ce que je peux me contenter de sexe médiocre toute ma vie ? » Et la réponse, après une demi-seconde d’introspection s’est révélée être un non, jamais de la vie, ça va pas la tête !!!, nonononononn retentissant.

Il faut dire que malheureusement pour lui, quand on a commencé à sortir ensemble, je pansais encore mes blessures après une rupture particulièrement difficile : une rupture après une longue relation avec un mec qui était le meilleur coup du monde. C’est sûr que là, c’est hyper dur de rivaliser, même quand on maîtrise tout le kama-sutra.

Mais j’espère que tout ça l’amènera à réfléchir sur la façon de s’épanouir, à deux – lui et la fille qui partage sa vie – dans une relation. Parce que franchement, ses dents sont vraiment trop nickel pour qu’il finisse célibataire.

La Montre, Chanel; Pochette, Vianel; Bowl, Alexander Wang; Baume à lèvres, Diptyque; Huile pour le corps, NARS; Lunettes, Stella McCartney; Soutien-gorge, Agent Provocateur.