frenchism

On pourra parler tant qu’on voudra du style de la Parisienne mais moi, ce qui m’a toujours profondément influencée, c’est plutôt son esprit. L’un ne va pas sans l’autre, après tout.

L’esprit de la Parisienne, c’est une sorte insolence très bourgeoise, sans complexe (ou alors bien cachés) et une franchise légèrement provocatrice. Un sens de l’auto-dérision qui découle d’une profonde confiance en soi et en sa condition, et qui donne un répondant à toute épreuve.

Je me trompe peut-être, n’étant moi-même ni parisienne ni bourgeoise, mais c’est en lisant l’incroyable interview de Betty Catroux dans le dernier Vogue Paris, elle qui est connue surtout pour être la muse d’Yves Saint Laurent, que l’esprit de la Parisienne s’est rappelé à moi.

Ça m’a rappelé des interviews de Deneuve, de Chanel et aussi bien sûr, Françoise Sagan.

La franchise et l’audace, ça me touche – je trouve ça séduisant. Pas forcément en tant qu’exemple à suivre, plutôt comme un exemple de liberté de ton. Tant de femmes croient que pour plaire il faut absolument coller à l’idéal, absolument vouloir des enfants, absolument travailler, absolument aimer la mode, absolument être en couple, que ça nettoie le palais d’entendre les mots de Betty Catroux :

“Je n’aime rien de ce qu’une femme est censée aimer. La famille, les maisons, les boutiques, la popote, les jardins, les vêtements… tout ça m’ennuie profondément. Je suis habillée comme un prêtre depuis toujours, pratiquement de la même façon tous les jours : c’est strict, noir, cuir. Pas de foulard, jamais de sac. Quand je sors, je prends une housse à chaussures et je glisse mes affaires dedans.”

“C’est honteux, mais je ne sais pas ce qu’est la vraie vie : je n’ai jamais rien acheté, je n’ai jamais travaillé, jamais rien payé. Un de mes voeux dans la vie, c’était de ne pas travailler.”

Quand on me demande qui est mon idole, je réponds invariablement Françoise Sagan. Je ne sais pas si elle est très connue aux États-Unis, je sais qu’elle le fut – et c’est toujours vers elle que je reviens pour son humour et son sens de l’auto-dérision qui m’inspire et me fait mourir de rire. Elle a eu une vie épique, faite de livres, de jeux, d’amis, d’alcool, de bolides et d’histoires d’amour compliquées et ne s’en est jamais excusée.
Et elle a (presque) toujours gardé son sens de l’humour, comme quand elle admet son aversion pour les voyages.

Bah oui, il y a des gens qui n’aiment pas voyager. Et alors ?

“Les voyages me rendent sourde, aveugle et quasiment terrorisée.

Les quelques hebdomadaires qui, comptant sur la fraîcheur d’un jeune œil, m’expédièrent à leurs frais dans des pays lointains s’en repentirent vite. Je devais, pour combler les quelques pages blanches promises, me lancer dans des anecdotes historiques que leurs abonnés dénonçaient vite comme farfelues.

J’ai renoncé aux reportages, je ne sais pas voyager, je ne sais pas voir, je tournerai éternellement sans doute dans ce même vilain petit milieu que l’on me reproche et où je me sens au chaud. À cette idée, à cette nouvelle révélation d’impuissance, le cœur me fend. Cet aimable pivot parisien, où j’ai mon quartier, avec quelques ramifications vers la mer, l’été, ou la bonne Normandie, et l’hiver cette escalade de la Suisse, voilà probablement le décor de ma vie à venir.

Encore quarante ans, peut-être. C’est mesquin et tout à fait réconfortant.”

Coco Chanel qui parlait de l’amour et de la vie de couple, et qui n’avait que faire d’être comprise ou conventionnelle :

“Ce n’est certainement pas par hasard si je suis seule. Ce serait très dur pour un homme de vivre avec moi, sauf s’il est vraiment quelqu’un de fort.

Et s’il est plus fort que moi, alors c’est moi qui ne pourrais le supporter… Je ne suis ni intelligente ni stupide, mais je ne crois pas être ordinaire. J’ai fait des affaires sans être femme d’affaires ; j’ai aimé sans être faite uniquement pour l’amour.
Je crois que les deux hommes que j’ai aimé se souviendront de moi, que ce soit ici-bas ou là-haut…les hommes se souviennent toujours des femmes qui leur ont causé du tracas, des inquiétudes. J’ai fait de mon mieux vis-à-vis des gens, dans la vie…sans préceptes, mais avec un goût pour la justice”.

Quant à Catherine Deneuve, c’est sa franchise et son refus de s’engager dans le mélodrame quand elle parle d’elle-même qui m’a toujours plu. Elle fait ça très simplement… Et très directement :

“Question du journaliste (ambitieux) : Il y a longtemps que nous voulions aller à la rencontre de la femme qui se cache derrière le mythe Deneuve, Catherine Dorléac…

Catherine Deneuve (cassage d’ambiance): Je vous préviens, je ne suis pas du tout partante pour parler de choses personnelles ! Je suis là uniquement parce que j’ai un film en actualité.”

Elle admet aussi des choses comme…

“Si la personne qui est en face de moi ne m’intéresse pas, je ne fais pas d’efforts démesurés. Et comme je suis réservée de nature, je peux sembler carrément froide. Tant pis, je ne vais pas changer maintenant. Je n’ai jamais été capable de faire semblant. C’est comme ça.”

Il y en a tant d’autres, des parisiennes de cette trempe. Chics, vraies, anticonformistes, ne s’excusant ni de leurs goûts ni de leurs choix. Pour moi c’est aussi ça le style – une manière de penser bien à soi, profondément personnelle et indémodable.


Vous devriez également aimer

  • Easy Layers
    Style
    Easy Layers
  • Transition
    Style
    Transition
  • Crazy for Coco
    Contributeurs
    Crazy for Coco
  • Weekend Inspiration #147
    Lifestyle
    Weekend Inspiration...

95 comments

Ajouter le votre
  • susan hutchinson (@fleurishing) 20 mars 2014, 9:14 / Répondre

    chic, nonconformist, unapologetic…cheers to that! xo

  • andreea 20 mars 2014, 9:14

    thank you for the research :)

    http://littleaesthete.com

  • L 20 mars 2014, 9:29 / Répondre

    Ah oui là je suis d’accord mais je que j’aime le plus dans ce post: ” [...] Pas forcément en tant qu’exemple à suivre, plutôt comme un exemple de liberté de ton.” Très important à rappeler!

  • Mafalda 20 mars 2014, 9:34 / Répondre

    Pour moi, la parisienne est une femme libre qui ne soucie pas de ce que les autres pensent et ne sort jamais si elle n’est pas impeccable…
    Mafalda
    http://mafaldadotzero.blogspot

  • AnnaQS 20 mars 2014, 9:35 / Répondre

    But first, you have to know who you are and what you want.

  • Suze 20 mars 2014, 9:35

    Very much! And then come to terms with that, whether it’s unconventional (which is quite hyped nowadays, especially when you’re in your twenties) or not.

  • veronica 20 mars 2014, 9:36 / Répondre

    I love the people of Paris, I also have relatives there!!!
    Passa a trovarmi VeryFP

  • Caroline 20 mars 2014, 9:40 / Répondre

    Des femmes inspirantes par leur anti-conformisme et leur liberté de ton, merci Garance de les avoir citées dans le texte!

  • Zazie 20 mars 2014, 9:43 / Répondre

    chic, nonconformist, unapologetic…and, from these excerpts, also quite a bit bitchy!
    Personally I don’t like the bitchy part too much.

    I think many people manage to be nonconformist in a very, very conformist way.
    You know the tone of their voice as they pretentiously (and seemingly carelessly) go on to throw a “butade” even before they open their mouth.
    This supposedly parisian state of mind 8too bad it is not that local, alas!), for me is a pass.
    However, when it comes to clothes, I totally stand by the “(apparently) I don’t care too much” (supposedly) parisian attitude.
    You made me curious about reading something from Sagan – I am always open to try new things to read, and will trust your judgement and be proved, once again, that interviews never give their subject justice!!
    Thanks for the tip!

  • Lucia 20 mars 2014, 9:43

    The same for me,
    I see nothing interesting in the ‘insolence’. More than that, the kind of attitude you write about today seems to hide a lot of unhappiness and dissatisfaction with life. Nothing to envy.
    But yes to the style, of course!

  • MRuth 20 mars 2014, 9:43

    I agree as well. The “insolence” thing is pretty annoying to be around. Which comes down to the maxim of “You can do whatever you want, as long as you’re willing to pay the price.” However, if you don’t want to work, want to tell everyone to f*** off, and always do it your way no matter what, well, you may end up paying the price of not having a job, not having money, not having a girlfriend who can stand being around you, and being alone. If that’s okay with you, why not?? Or, you could be the utterly fascinating Parisian with attitude and talent and you are incredibly successful and men and women adore you — part of the mystery of life.

  • Kathy 20 mars 2014, 9:43

    I agree too. I don’t find insolnece to be the same as interesting or admirable.

    This is a handful of people who were thought and style leaders. To break away from the pack and set a new course or have the ability to see the world in a different way and then to express that — it may help to have disregard for what others think of the way you live or act. I can admire the independence, but not so much the rudeness — maybe a fine line.

  • Zohra 20 mars 2014, 9:43

    Completely agree with you. I think a lot of people mistake insolence and arrogance for wit. And I know what I’m talking about as a Parisienne born and bred ….

  • izzy 20 mars 2014, 9:43

    being insouciant, fuck-em-all, live life on my own terms, wear what I want sounds pretty damn good to me.
    looking like Denueve or Francoise sounds satisfying also – so I could get away with it, and be paid for it handsomely!

    (really, not being sarcastic – why would anyone be drop-dead gorgeous and NOT insist on never being bored, or kowtowing to idiocy? Men act like bigger derrieres when buttressed by a bug bank account. Why shouldn’t women insist on being themselves, doing what’s best for them, when backed by beauty, a windfall from heaven? Someone’s got to set the precedent for the rest of us…)

  • Cris 20 mars 2014, 9:47 / Répondre

    I love the stylish people from París and this illustration is so beautiful!!! I love how it captures the parisian allure so well!
    http://heelsandpeplum.wordpress.com/

  • L§F 20 mars 2014, 9:57 / Répondre

    Alors là, je ne crois pas que l’on vive dans le même monde,ou plutôt que tu parles d’une micro frange de la population des femmes parisiennes, qui ne sont pas représentatives de sa globalité.Un stéréotype, qui fait plutôt l’exception que la règle.Du moins, c’est ce que j’en perçois lorsque je travaille avec ces dames, occasionnellement.
    Belle journée de printemps à l’équipe!
    F de http://luckasetmoi.blogspot.fr/

  • Bozar 20 mars 2014, 10:11 / Répondre

    Je trouve ça très juste ce que tu dis même si je ne pense pas que cela soit l’apanage des Parisiennes. Tu décris des femmes qui ont de la trempe et un anticonformisme assumé. Elles pourraient habiter partout. A partir du moment o? tu assumes tes choix et ce que tu es, tu rayonnes et tu dégages un charisme fou. Ces femmes sont inspirantes parce qu’elles sont libres et vraies avec elles mêmes. Elles se connaissent. Ce qui les rend redoutablement attirantes. Même leurs failles deviennent des atouts…
    Oser être soi…. L’histoire d’une vie ;-))

  • Jeanne 20 mars 2014, 10:17 / Répondre

    Article émouvant, c’est la première fois que je rit ouvertement et pleure ouvertement en lisant ici… Très inspirant d’aller au-delà du paraître en observant les femmes qu’on idole parfois pour les mauvaises raison en tapant leur nom sur google image au lieu de lire ce qu’elles ont pensé…

    Quelles sont les sources de tes citations, Garance, por favor ?

  • Caroline Mt 20 mars 2014, 10:25 / Répondre

    Tu as raison de dissocier “liberté de ton” et “exemple à suivre”.
    La liberté de ton des trois femmes citées est bluffante et comme tu dis, fais l’effet d’une bourrasque de vent frais.
    Mais quand au réfléchit au contenu, on peut être bien sûr en désaccord :
    J’ai lu comme toi l’interview de Betty Catroux, et ma première réaction a été un rejet complet de la personne. Au final, on sent quelqu’un de très…faible. Quelqu’un qui se pose là et fume une clope. L’image est tentante sauf qu’elle est d’un vide terrible. Au final dans cette interview, elle ne s’est définie que par ce qu’elle n’a PAS fait. Pas travaillé, pas élevé ses enfants, pas payé, pas leader…Les gens la portent à bout de bras, et on peut juste être bluffée qu’elle l’admette aussi volontiers. Pas très fatal tout ça.

    Même si je cultive ma parisianité, je m’interdis d’avoir cette absence d’enthousiasme pour quoi que ce soit qu’ont trop souvent des parisiennes de souche.

    Bref je préfère côtoyer des gens qui me racontent ce qu’ils FONT plutôt que ce qu’ils ne font PAS.

  • Ruby 20 mars 2014, 10:25

    Caroline, l’interview de Bety m’a fait hurler de rire! En effet, elle ne FAIT rien, sauf dancer, elle EST.
    C’est sure qu’aujourd’hui l’existence toute seule ne compte pour rien, il faut FAIRE. Mais quel bonheur, je trouve, de pouvoir ETRE tout simplement.

  • Caroline Mt 20 mars 2014, 10:26 / Répondre

    Ah et j’oubliais : Catherine Deneuve doit être mise à part. Elle n’est pas parisienne, elle est au-delà de tout, elle est LA FEMME ULTIME.

  • Flo 20 mars 2014, 10:26

    Je plussoie tout ce que tu dis !

  • anne 20 mars 2014, 10:31 / Répondre

    c’est un état d’esprit qui n’est pas que réservé à la parisienne.
    c’est un caractère ou un état d’esprit qui dépend de chacune sans avoir de rapport avec le lieu ou elle habite . paris , province, europe ou ailleurs . pourquoi parisienne?

  • Olivia 20 mars 2014, 10:31

    Je me demande aussi pourquoi tout ramener à la Parisienne?

  • Theresa 20 mars 2014, 10:33 / Répondre

    Bravo to these ladies and their “fuck it” attitudes–we could use more of that in this culture.

  • misspimpin 20 mars 2014, 10:34 / Répondre

    Il y a cette phrase d’Yvonne Printemps que j’aime vraiment beaucoup : “Les femmes préfèrent être belles, plutôt qu’intelligentes parce que, chez les hommes, il y a plus d’idiots que d’aveugles”. A part une Parisienne, qui peut dire un truc comme ça ?

  • Sevan 20 mars 2014, 10:34

    J’adore !!!

  • Charlotte G. 20 mars 2014, 10:39 / Répondre

    Bel article et bel hommage, mais effectivement comme disait Caroline , moi aussi j’ai du mal à m’extasier devant des femmes comme Betty Catroux, c’est un petit peu vide de sens ce je m’en foutisme..!
    (quoique très parisien finalement ce coté blasé…)

    PS: La parisienne n’as pas le monopole de l’anticonformisme et du style… Dieu merci!

    On pourrait parler des Femmes en général , ce serait moins sectorisé et plus juste…mais je me doute que pour les américaines qui te lisent la petite Française et forcément Parisienne alors…

  • Anthony 20 mars 2014, 10:46 / Répondre

    The Parisian state of mind is so Fascinating!

    http://www.tonytowear.com

  • Elizaveta 20 mars 2014, 10:50 / Répondre

    Super cool illustration! Loved reading about Betty Catroux and Françoise Sagan. Thank you for enlightening!!

  • Cecilia 20 mars 2014, 11:01 / Répondre

    Vrai! Beaucoup de style, mais pas seulement Parisien!

    Cecilia
    http://www.modeskine.com/en

  • Clotilde 20 mars 2014, 11:02 / Répondre

    Et Duras elle était très “parisienne”? Elle correspond exactement à tout ce que tu dis pourtant;
    Mais Sagan, Duras, voire Deneuve, elles ont laissé quelque chose, tout de même. Betty Catroux, je ne savais même pas qui c’était, ça me fait un peu sourire de voir quelqu’un prendre un air détaché sur la vie alors que visiblement, elle s’est débrouillée pour être toujours la muse de quelqu’un ou de quelqu’un d’autre, et toujours là où il fallait…Bon, je lui laisse le bénéfice du doute, puisque je ne la connais pas.

    Il y a eu un monsieur qui fut très parisien comme une femme pourrait donc être parisienne, même s’il n’était pas parisien d’origine, qui n’a rien fait de ce qu’on attendait d’un homme convenable et responsable, qui se faisait entretenir, qui n’en foutait pas une rame, qui n’avait pas du tout peur de déplaire ou d’être démodée, mais qui était, léger détail, un genre de génie qui a laissé des livres magnifiques. Cette attitude désinvolte devait être encore beaucoup plus difficile à imposer en tant qu’homme. Je parle d’Albert Cossery. Du coup, le contexte change pas mal de choses, si la posture n’est pas juste une posture, ok. Sinon, bof.

  • Aliya 20 mars 2014, 11:06 / Répondre

    If the Parisian state of mind is to be frank and nonconformist, what offends them then? I know American women would really be put off by frankness so would Parisian women be put off by people pleasing?

  • Sarah 20 mars 2014, 11:06

    Ha! What offends us is conformity and normalcy.
    And then that sounds so uppity and superior, and thats offensicve too!
    You know what offends a French girl? EVERY THING! Depending on her mood of the day she might chose, politicians, dog poop on the side walk, people who chew with their mouths open…tourist, bad service, hypocrisy…. Other French people!

  • Sira 20 mars 2014, 11:11 / Répondre

    Les grands esprits se rencontrent où bien la planète mode a décrété que cette semaine serait celle de la Parisienne… Avec de surcroit, l’exquise Jeanne ! J’ai découvert par hasard le 1er court métrage de &Other Stories avec Jeanne Damas dans un appartement parisien… tiens donc ! Cette vidéo me rappelle un peu des portraits de Brigitte Bardot, Anna Karina : la femme enfant française.Un peu nouvelle vague. C’est exquis !

    http://www.youtube.com/watch?v=RhGBkNiRVU0#action=share

  • Bénédicte 20 mars 2014, 11:17 / Répondre

    Assumer, voilà la clé! Ces femmes que tu cites, comédienne, muse de styliste et écrivain sont étonnantes et intéressantes parce qu’elles assument.
    Assumer, c’est oser être soi en toute circonstance, dans tout contexte, et cela suppose effectivement de s’être trouve(e). S’accepter, s’aimer telle que l’on est avec ses failles, ses doutes et… ses certitudes ! Etre certaine, sans s’excuser ni agresser c’est très important ! Ces femmes sont bluffantes aussi par cette assurance tranquille, sans agressivité. Vive les femmes qui aiment, qui osent, qui sont.

  • jessica 20 mars 2014, 11:21 / Répondre

    I started learning French on Duolingo to get ready for my next Parisian escapade, but I think I get more excited when I’m learning about French culture and style.
    Your Friend, Jess

  • Marcela 20 mars 2014, 11:38 / Répondre

    Excellent! Je m’attendais à un autre manuel de comment il faut s’acheter des marinières et d’autres vêtements conseillés par Inès de la Fressange pour faire semblant d’être une Parisienne, mais j’ai trouvé cet article absolument génial! Vive le fait d’être soi-même et de ne pas devoir s’excuser!

  • Sevan 20 mars 2014, 11:42 / Répondre

    Je me retrouve dans ces textes. L’anti-conformisme n’a pas de frontieres.

  • Liliana 20 mars 2014, 11:42 / Répondre

    It’s so funny because I lived in Paris for almost 7 years (I arrived when I was 18, I left at 24), and I must say this city built me, I guess wherever I go now I feel a parisian at heart. And it’s true, I never felt freer than in Paris, it’s almost as if you arrived there and you could be whoever you wanted to be.

    But for me, the ultimate parisian is definitely Simone de Beauvoir. I read her memories as a teenager, her descriptions of bourgeois parisian life, and of the way she managed to free herself from all the boundaries that her sex and her class would impose on her is the biggest inspiration I ever had. This is one of my favorite quotes from her, where she talks about her best friend Zaza at the end of Mémoires d’une jeune fille rangée: “ensemble nous avons lutté contre le destin fangueux qui nous guettait, et j’ai pensé pendant longtemps que j’avais payé ma liberté de sa mort” (“we had fought together against the revolting fate that had lain ahead of us, and for a long time I believed that I had paid for my own freedom with her death”).

    I think in the end, being a parisian is much more about a lifestyle, it’s the way you express your inner self and it has to do with the clothes you wear, the food you eat, your small rituals that make you happy. Of course, there isn’t just one sort of parisian, but the ones I admire the most are the girls that stay true to their style, that buy the basic and everlasting clothes, that don’t follow the trends blindly but aways catch the “air du temps”, and I guess the most important is that they are beautiful inside and out, they are smart, funny, ironic and also the best friends ever. I love parisian girls!

    http://www.sweetandtenderfashionista.blogspot.com

  • Kristi 20 mars 2014, 11:45 / Répondre

    Fascinating quotes from such stylish ladies!

    xx,
    Kristi

  • marc 20 mars 2014, 11:45 / Répondre

    C’est bien de parler de Françoise Sagan tombant malheureusement dans l’oubli

  • Leslie 20 mars 2014, 11:48 / Répondre

    Unapologetic frankness, forwardness and audacity… all these descriptors you use for a Parisian are something we all need to have in some measure… I LOVE this way of being!! They (French girls) come across strong, clear and honest… I see this in my French friends, although not from Paris, but rather Chateaunuf de Pape in the south. IT IS A CONFIDENCE I FIND INSPIRING, VERY INSPIRING.

    xoxo

    Leslie

  • 40andsowhat 20 mars 2014, 11:57 / Répondre

    Ce que j’aime chez les parisiennes, c’est leur Liberté ! Libre de penser, libre de travailler, libre d’avoir des enfants, libre de divorcer, mais elle le fait toujours avec une certaine touche très française ! Et je sais de quoi je parle… parisienne que je suis :-)

  • Kat 20 mars 2014, 12:25 / Répondre

    Very interesting!
    What Francoise Sagan books would you recommend, apart from of course Bonjour Tristesse?

  • Dea 20 mars 2014, 12:25 / Répondre

    What you wrote above I find in strong, confident women and not all of them are Parisian or even French. Anyway, I love Betty Catroux the most and I absolutely loved her interview in Vogue – unapologetic, indeed! xx

    http://www.timelessdifference.com

  • kate 20 mars 2014, 12:32 / Répondre

    I too am fascinated by the union of the Parisan spirit and the Parisian style that harmoniously create the enviable “je ne sais quoi” air of a Parisian woman. I look to these women as not only fashion inspiration but soul inspiration as well.

    thenouvelliste.com

  • Sunny Side 20 mars 2014, 1:15 / Répondre

    L’esprit de la Parisienne c’est Melle Agnès hurlant sur son balcon “je suis une femme Lanvin”, c’est son tandem avec LoIc Prigent, c’est cet humour décapant, ce sont surtout des femmes qui “bossent” !!! Des provinciales venues de partout qui aiguisent leur liberté, affrontent leurs peurs et donnent chacune à leur façon ce petit je ne sais quoi irrésistible, c’est le chic avec trois rien d’Inès (qui bosse aussi) c’est l’insolence de Balibulle, c’est une forme d’indépendance de pensée et de savoir dire non à un certain conformisme.

  • mareme 20 mars 2014, 1:23 / Répondre

    La parisienne …a-t-elle encre autant de singularité aujourd’hui???
    Quand Paris était une fourmilière isolée dans un hexagone peuplé de paysans, la parisienne existait peut-être, et encore, dans les beaux quartiers. Elle faisait rêver via les catalogues et les premiers films qui parvenaient aux petites provinciales . Je pense qu’avec le développement des métropoles, l’élévation du niveau de vie, les bouleversement sociétaux, l’explosion des communications..;la province (celle qui commençait ds qu’on avait quitté Paris) a eu accès à tout ce qui faisait l’exception parisienne. Depuis, des “parisiennes” , il y en a autant à Paris qu’en province… (et il y a d’ailleurs plus de provinciales à Paris que de vraies parisiennes…).

  • Liz 20 mars 2014, 1:26 / Répondre

    I love how natural they are

    http://hashtagliz.com

  • mareme 20 mars 2014, 1:40 / Répondre

    La parisienne est un cliché vendeur: Jeanne Damas dans le film réalisé par And other stories en est le parfait exemple…On se croirait dans un film nouvelle vague (forcément, on est en France…on fait des films nouvelle vague…), mais dans une version publicitaire , avec une fille qui joue faux.
    Je n’ai pas aimé du tout, mais je pense qu’un étranger sera séduit -d’une part parce que le fait qu’il ne maîtrise pas le français fera que le jeu sans subtilité de Jeanne (qui peut être du second degré mais j’en doute fortement) lui échappera peut-être, et d’autre part parce qu’elle correspond à ce que l’on attend de la parisienne : une copie de Jeanne Birkin avec la moue et les formes de Bardot dans un appartement lumineux, en tenue simple et cheveux dérangés, un peu plus bourgeoise que bohème…
    J’aurai préféré qu’ils se contentent de la filmer (silencieuse) déambulant dans ses tenues, cette mise en scène était vraiment inutile…

  • Caroline 20 mars 2014, 1:40

    Mareme, je suis d’accord, ce film est très bizarre, cliché Nouvelle Vague à fond… To the English-speaking readers, just note that we don’t all live like Jeanne Damas!

  • virginie/mode9 20 mars 2014, 2:35 / Répondre

    L’autodérision est selon moi, le point commun de toutes ces femmes, parisiennes ou pas ! C’est cette même autodérision qui permet de se sentir libre et heureuse…
    http://www.mode9.fr

  • Aline.a 20 mars 2014, 3:10 / Répondre

    Vive la parisienne de KIRAZ ( que j’aimais il y a longtemps dans jours de France )

  • Sophie 20 mars 2014, 3:12 / Répondre

    Si je respecte totalement les femmes que vous avez cités dans votre article, je ne peux rester silencieuse face à certaines citations. Notamment celle de Betty Catroux. Comme est-ce possible qu’une femme comme vous Garance, si indépendante, si ambitieuse, si talentueuse, si active et pleine de volonté, puisse faire l’apologie d’un tel mode de vie ? “Je n’ai jamais rien acheté, je n’ai jamais travaillé, jamais rien payé. Un de mes voeux dans la vie, c’était de ne pas travailler”… Comme l’a si justement souligné Caroline MT, dans les précédents commentaires, cette femme se définit simplement par ce qu’elle ne fait pas. Cela me semble assez étrange d’en faire l’apologie… D’autant qu’il y a tant de femmes qui mettent leur liberté au service de causes plus intéressantes que celle de revendiquer le droit de ne rien faire.

    De même, la Parisienne n’a pas le monopole de la liberté de ton. Un bon nombre de françaises l’ont, fort heureusement. Il me semble que le cliché de la Parisienne, si il reste extrêmement présent à l’étranger, est à relativiser, quand bien même il fait rêver beaucoup de monde. Oui les Parisiennes sont belles et élégantes, mais les Bordelaises, les Lyonnaises, les Rennaises aussi. Peut être est-ce parce que les lumières sont le plus souvent braquées sur la capitale que cette vision perdure… Mais attention à ne pas trop tomber dans la caricature “Inès”.

    Je vais conclure sur une note positive quand même : votre blog est une perle, un véritable bijou. Je ne m’en lasse pas, et je vous remercie le plus sincèrement du monde pour cet incroyable don de soi ! Vous êtes une magnifique personne, du moins de ce que vous laissez entrevoir de votre personnalité. Ne changez rien ;)

  • Soniachocolat 20 mars 2014, 3:25 / Répondre

    J’aime beaucoup cet article: Je me reconnais un peu dans tout ça, et j’admire cette liberté!

  • Teresa 20 mars 2014, 3:39 / Répondre

    I love your article, Garance. It is so intelligent and important. I think it is very close minded to attribute women qualities that are “feminine”. I admire bold, assertive women who speak their mind. Unfortunately, some people are not prepared for that yet so time is on your side.

  • Sarah 20 mars 2014, 3:40 / Répondre

    La parisienne, c’est ma mère.
    La même coupe au carre pendant 50 ans, les mêmes jeans 501, les mêmes chemises d’hommes, les mêmes basket plates. Des clopes, du vin, du pain, dire merde a tout. Engagée politique, curiosité intellectuelle, séductrice sans être charmeuse… Une femme entière, simple, et compliquée.
    C’est l’opposé du hype, l’opposé du trendy.
    Maintenant j’ai l’impression que tout le monde voudrait être elle. Ma mère, elle est morte il y a deux ans, elle s’appelait Anne-Victoire, et c’était LA parisienne.

  • Florence 20 mars 2014, 3:56 / Répondre

    Très beau post Garance! Cela a ému la féministe en moi! ;) Parce que parisiennes ou pas, ce sont toutes de sacrées Femmes ave un grand “F”

  • Isaure 20 mars 2014, 3:57 / Répondre

    Bonsoir !

    Merci pour cet article et cette réflexion qui dépasse la mode, c’est toujours aussi agréable de te lire ! Cependant, je me demande si on peut réduire ces caractères à “la Parisienne”, je sais que c’est une façon de parler et qu’on sait tous que ce genre de caractère s’étend en dehors de Paris, mais justement, je me demande quel apport cela peut avoir de perpétuer des clichés, “la française”, “la parisienne”… Soit, il est indégnable que d’une ville à l’autre, les modes de vie et donc les attitudes changent, mais de là à faire des généralités… je ne sais pas. Est-ce un mythe ou une réalité, ces histoires de parisiennes, et a fortiori lorsque l’on parle de mentalités ? Je pense que les trois femmes que tu cites sont des femmes singulières, des femmes cultivées, émancipées, ce sont des femmes complexes aussi, et résumer leur attitude à “parisienne” est assez réducteur. Bien que te suivant, je comprends vraiment l’à propos de cet article qui s’inscrit dans la ligné d’autres etc…Bref, je m’arrête là (sinon je suis partie pour disserter sur des lignes et des lignes…), bonne continuation !! ( Je viens de lire en fait le commentaire de Sevan, qui résume bien tout cela : “Je me retrouve dans ces textes. L’anti-conformisme n’a pas de frontieres.”)

  • Ruby 20 mars 2014, 4:02 / Répondre

    Moi aussi j’adore ces femmes là. Intéressant à remarquer qu’elle appartienne à la génération née dans les années 40 ou 50. En a t-il des générations plus récentes que tu pourrais citer? Je n’en suis pas sure. Je trouve, personnellement, que ce ton libéré n’existe plus beaucoup. Qui parle comme ça aujourd’hui où toute parole doit être PC? Autrement dit, avoir une pensée unique qui ne dérange pas le statu quo. Dommage, parce que c’est quand même la créativité de pensée qui fait et fera avancer le monde non?

    Bises de Palma xxxx

  • sharon 20 mars 2014, 4:22 / Répondre

    Merci for this article – Frenchism!!!! Catherine Deneuve is my idol!! I was looking for your last article – What Parisians Do! I found it (Dec 4, 2013) thru this posting! Yay. I wanted it for reference to my trip to Paris in June. I know who Françoise Sagan is. She wrote the novel that the movie La Chamade (1968) was based on and Catherine Deneuve starred in it!!!! But I’m older than your typical reader!! haha

  • Nanie 20 mars 2014, 4:37 / Répondre

    J’adore le dessin ! On dirait Emmanuelle Alt. (Plus Parisienne, tu meurs !)
    Moi aussi, j’admire Françoise Sagan : elle est mon modèle incontournable (avec Emmanuelle Alt, of course !)

  • A.. 20 mars 2014, 5:14 / Répondre

    Quand j’ai lu le post, au départ ca ma un peu enervé… je me suis dis pourquoi n’avoir qu’en exemple des personnes qui n’ont pas le sens du voyage ? qui ne veulent pas connaître les gens ? que ne font aucun effort ?
    on est pourtant toutes et tous ici pour du partage, connaître les passions de chacun et discuter. C’est un peu le contraire non ?

    Et après, j’ai réfléchi avec mon âme de parisienne (je le suis pas vraiment j’habite à 10 min de paris mais c’est comme ci) et je me suis dit que j’étais un peu pareille : On snobe un peu tout le monde, on n’aime que notre chez nous et on ne fait pas d’effort pour aller vers les autres.

    Alors ca me fait un peu réfléchir sur notre statut de “parisienne”: Paris serait tellement plus convivial si on été nous même plus convivial.
    ou alors c’est peut être ce côté “snob” que les non parisiens adorent
    affaire à suivre…

  • Benedicte 20 mars 2014, 6:00 / Répondre

    J’adore ! Il existe encore de vraies personnalités (femmes ou pas, parisiennes ou pas d’ailleurs) qui osent ne pas penser comme tout le monde et le dire tout haut. Et cette expression “ça nettoie le palais”, c’est tellement ça ; c’est rafraichissant !

  • naszpy 20 mars 2014, 6:10 / Répondre

    Magnifique l’interview de Betty dans Vogue, et dans le sens de celle qu’elle y avait déjà faite il y a maintenant quelques années.
    Sagan éternelle

  • Manon 20 mars 2014, 6:29 / Répondre

    Ah… c’est français d’avoir du caractère et d’être simplement sincère?? Super, j’ai bien fait de rester en France :-)

  • Marina 20 mars 2014, 7:25 / Répondre

    Oh, I love love love Françoise Sagan!!!! Her books make me feel a bitter sweet melancholy longing for something I can’t really grasp… maybe this “something” is Frenchism? I’ve always wanted to be like her heroines – so free-minded, nonconformist, nonchalant…

    Thank you for sharing your thoughts! Bisous!

  • Nadine 20 mars 2014, 8:04 / Répondre

    Quand je lis un post comme ceci, je me rappelle pourquoi je reviens si souvent! Merci!

  • MoniqueMonica 20 mars 2014, 9:22 / Répondre

    Totally agree with what you are saying. I lived in Paris for a few months and I have always felt extremely connected with the city and its people because most European are like that, or at least I am!
    I am from Spain and live in New York right now, but Paris is always in my heart because I truly felt home. Women are just independent there, they have their own opinions and views and do not care much about what other people might think of them…. there is some kind of unique freedom on the “Frenchiness” that I love.

    http://moniquemonica.wordpress.com

  • cyy 20 mars 2014, 10:12 / Répondre

    Little by little and bit by bit, just believe yourself!
    http://www.francevvip.com

  • Michelle 20 mars 2014, 11:56 / Répondre

    Bonjour Tristesse is one of my favourite short novels! I had to read it in English, though, as my knowledge of French is pretty basic. What other works by Sagan would you recommend?

  • Lola 21 mars 2014, 12:18 / Répondre

    Vraiment, après tout cet éloge du Frenchism ( tout à fait approuvé !), comme pouvez-vous dire, en guise d’introduction “La franchise et l’audace, ça me touche – je trouve ça séduisant. Pas forcément en tant qu’exemple à suivre” !! Mais alors ? Pourquoi ne pas “à suivre” ? Mais si, justement. À bas le politiquement correct…

  • Carine 21 mars 2014, 4:44 / Répondre

    Chic and nonconformist…what can be better than that? I wish I were more of a nonconformist
    http://fashion-soup.com/

  • Ambre 21 mars 2014, 5:33 / Répondre

    Ahaha je me reconnais tellement dans la dernière phrase de Catherine Deneuve. C’est réconfortant de voir que quelqu’un d’autre peut être comme ça, sans pour autant rater sa vie. (mais je ne l’assume pas autant qu’elle par contre )

  • Hajni 21 mars 2014, 5:36 / Répondre

    Well this is just really an article straight to my heart! (If this makes any sense..)

    I have been frank for all my life and at times it made my life so much harder. People don’t like you to tell the truth and be honest about what you think and they will make you feel inappropriate for doing so… But by now (and I’m only 22) I realized I really don’t give a rat’s ass (Pardon my French!) about what people think of my honesty. If someone is bothering me I “won’t go out of my way”. This is just how it is…

    I also often get a lil’ bit jealous of those women who just smile through their way of life and everyone is smiling back to them and makes small talk with them – the cashier at the groceries store, the sales people, the waiters. I am at no means rude to these people, I’m just not that “smiling sunshine” type of girl….

    But actually I feel really comfortable now that I accept and don’t want to change how I am. And my inner Parisian – well she is very proud right now! (:

  • Bb de la Branche 21 mars 2014, 5:52 / Répondre

    “Pour moi c’est aussi ça le style – une manière de penser bien à soi, profondément personnelle et indémodable.”
    Merci merci merci merci, c’est si vrai !

  • Harley Quinn 21 mars 2014, 6:15 / Répondre

    “…c’est aussi ça le style !”

    Des femmes fortes, qui savent ce qu’elles veulent et qui elles sont !
    Des femmes tellement inspirantes, parisiennes ou pas.

    Françoise Sagan, quelle femme ! Je la citerais toujours comme celle
    qui m’a souvent ouvert les yeux sur moi-même.

    Très bel article ! Merci.

  • fee 21 mars 2014, 6:37 / Répondre

    merci, Garance, pour nous mettre à nu la source de la vraie beauté.

  • A 21 mars 2014, 7:12 / Répondre

    Garance, I love your blog. I admire you…but I have to say that since moving to France and falling in love with this country this is the one thing that has annoyed me the most. That certain ‘unapologetic’ Parisian way of thinking.
    I actually know a Parisian who says this kind of thing everyday. What Betty Catroux says “It’s embarrassing, but I don’t really know what real life is like. I’ve never bought anything, never worked, never paid for anything. One of my wishes in life was to not work.”

    When she says this, most of her Parisian friends think she is clever….I just think she is insane, and insulting to every person who actually has to work for a living.

    But there are other aspects of the general Parisian personality that I do enjoy , like the unbelievable frankness.
    Keep writing. I enjoy your blog so much!

  • Sarah M 21 mars 2014, 7:12

    Maybe it’s because I’m American, but I’m having a difficult time wrapping my head around the idea of not wanting to work at all. I mean, if I suddenly had a big pile of money dropped in my lap I might not keep my current job, but I’d still want to do something. I don’t understand aspiring to be idle.

    And I agree with you about the quote sounding insulting to people who have to work for a living. My reaction is to want to roll my eyes and say something like “Must be nice to have that option, then.’ I genuinely don’t get why that is supposed to be clever.

  • a 21 mars 2014, 7:12

    i agree with you 100%

  • Little Parisienne 21 mars 2014, 7:12

    Don’t worry, I am French, Parisian and I can tell you I cannot even imagine thinking this way.
    Sorry but this Parisian woman thing is b*****.
    I work hard everyday to pay my rent, I love travelling and meeting new people, so surely I am not snobby enough to be la vraie parisienne.. but I am glad to be this way!!
    Please, people, do not believe we are all like this, that would be a real nightmare.
    (Are all New-Yorkers Park Avenue princesses? Of course not).
    I love your blog Garance but all these clichés about the Parisian woman (who obvioulsy is strictly confined to the 8th, 16th and 7th districts) are so annoying and untrue. Please come visit the 12th or 13th districts next time (and the suburbs too.. There is a tremendous creative energy overthere).

  • Ana 21 mars 2014, 8:46 / Répondre

    Mais alors, “frenchism” = Parisiennes? C’est pas juste pour le reste des françaises…

  • johanne 21 mars 2014, 8:49 / Répondre

    Intéressant…mais tu ne parles que de parisiennes mythiques au destin extraordinaire.
    Un peu snobes tout de meme non ?
    et les vraies parisiennes ? et les parisiennes qui doivent assumer d’etre une femme de Paris mais aussi éventuellement une maman, qui doit aussi travailler car toutes les femmes n’ont pas la chance de ne rien avoir à acheter, ou à payer. Et qui doivent s’offrir leurs voyages :)
    ce sont des parisiennes privilégiées tout de meme celles dont tu parles.
    et la grande majorité des parisiennes ne sont pas comme cela ! ce sont des femmes normales quoi…. qui ne peuvent pas se permettre d’etre hautaines.
    comme on dit ici à Rome, elles ont “la puzza sotto il naso”.
    Je n’adhère pas entièrement donc à ta description. Mais j’adore tout ce que tu fais quand meme :) Bises à tous

  • Vish 21 mars 2014, 8:57 / Répondre

    I read a book by Sagan and still remember how she was describing high class living. Seems easy to settle down with that chic lifestyle she is talking about: Paris, Normandy and Switzerland.

  • Rachel Kaplan 21 mars 2014, 9:04 / Répondre

    Garance, I am truly surprised that you “idolize” Françoise Sagan!! While I think “Bonjour Tristesse” is a fine work of literature, she is no Colette, or Edith Wharton by a long shot–both of whom did their best work in Paris. I came to Paris 20 years ago and apart from one or two women, who are outspoken, like myself, I have found it extremely hard to make friends. I think Parisian women have been “mythifiées” to a point of ridiculousness. I have read about the lives of Sagan and Chanel, but certainly would never idolize either one; ditto for Catherine Deneuve;
    As for Betty Catroux, there are no words to express my dismay regarding her outlook on life. Madame “je sais tout” wouldn’t even be in the pages of Vogue if she hadn’t been close to Yves Saint Laurent.

    Personally, I hope you and your friends take some time this year to learn a bit about a far more admirable Parisienne–Rose Valland–who saved thousands of works of art from destruction by the Nazis. Her life has been fictionlized in “Monuments Men” and her plaque is on the front of the Jeu de Paume.
    A far cry from the woman who is written up in the book “Sleeping with the Enemy.”

    While I love beauty and fashion, there is so much more to being a woman and a Parisienne! And putting other down is a trait that I particularly think is neither chic or intelligent.

  • Mariam 21 mars 2014, 9:56 / Répondre

    Rien a voir avec le poste mais : Merci pour ta conference a la FIAF hier soir. C’etait genial de rencontrer en vrai quelqu’un qu’on a l’impression de connaitre au quotidien, et de n’y trouver aucun contraste. Simplicite et authenticite, merci, ne changes rien.

  • Natalia 21 mars 2014, 11:57 / Répondre

    Great post. Thank you for it!

  • May 21 mars 2014, 7:18 / Répondre

    I am so surprised that some of you find the tone of these quotes from Sagan, Chanel and Deneuve ‘bitchy’.
    Wow! I can really relate to what they’re expressing, such as not wanting to pretend for a person, who you are not interested in. As I see it, it is more ‘bitchy’ to pretend than to be honest by acting how you feel – uninterested.

    Or having the goal not to work. That doesn’t necessarily mean not doing anything of value. You can still choose to contribute positively to the world without working. Maybe you choose buyin less stuff and living inexpensively. I would love to make just enough money to pay rent and food, have loads of time for the people in my life and contributing to the world in all the other ways. Honestly, most of our ‘jobs’ don’t really contribute positively anyway.

    /May

  • petrichore 22 mars 2014, 2:20 / Répondre

    An attitude of privilege – the rest of us have to smile and bow and scrape and otherwise work for our living, and can’t afford to turn down an opportunity.

  • AndreaZ 22 mars 2014, 3:30 / Répondre

    Deneuve, oui. Catroux, non. Lazy & indifferent = boring.

  • Fanélie 24 mars 2014, 6:19 / Répondre

    Merci pour ces cadeaux et braveau pour la plume.
    Bises, f

In The Spotlight