Je ne sais pas à partir de quel moment dans l’histoire du monde le shopping est devenu une activité à part entière – hier j’ai essayé de regarder The Paradise*, qui se déroule pendant l’ère victorienne à Londres, et déjà on y voit des jeunes femmes tomber en pâmoison devant des dentelles et se ruiner en parfums, et d’autres changer de statut social grâce à leur vêtements.

Ça ne m’étonne pas. C’est un plaisir particulier, le shopping, quelque chose d’intime et de public à la fois. Une manière de se faire plaisir et de communiquer. C’est encore plus vrai aujourd’hui, et ça va même beaucoup plus loin…
Aujourd’hui, on peut construire de vraies carrières basées sur le shopping.

Ne me prenez pas au mot hein. Les carrières sont rares. Mais observons quelques phénomènes récents…

Les personal style bloggers.

Elles sont de plus en plus nombreuses, de plus en plus canon et leurs gardes-robes sont de plus en plus débordantes. Comme le disait Alexia dans les commentaires lundi, certaines ne portent jamais deux fois la même chose.
Elles ont l’air d’avoir des vies de rêve*** à courir entre deux avions et trois photos de petit déjeuners gargantuesques avec chaussures Valentino Studs en premier plan et la Tour Eiffel en fond.

Et pourtant, à la base – elles ne sont ni stylistes ni mannequins. Il n’est même pas certain qu’elles pourraient habiller n’importe qui d’autres qu’elles mêmes.
Elles sont juste… des shoppeuses expérimentées.

Et ça marche ! La plupart du temps, elles savent très bien mixer les marques, promeuvent de jeunes designers de leur pays dont on n’aurait jamais entendu parler avant, ce qui est chouette… Certaines en font de vraies carrières. Pourquoi pas ?

Après, est-ce que cette hystérisation du shopping renvoie à une quelconque réalité, la réponse est claire, c’est non. Moi j’ai le tournis rien qu’à imaginer les changements et le nombres de fringues qu’elles doivent avoir à gérer (recevoir, trier, plier, pendre, repasser, essayer, renvoyer****) chaque jour.

Mais c’est un super eye candy, et tant qu’on ne se retrouve pas devant ces blogs à flipper “mais pourquoi moi j’ai pas une paire de pompes différentes chaque jour et la Tour Eiffel en fond !!!” moi je suis carrément ok.

Victoria Beckham

J’adore ce que fait Victoria Beckham et elle-même l’explique sans problème : après tant d’années de shopping, elle sait exactement ce qu’elle a envie de trouver dans un magasin.

Donc elle a créé sa marque, basée sur cette expérience. Et elle fait ça parfaitement bien et met toute sa science du shopping au service de sa carrière. Quand elle lance sa ligne de sacs, ils sont parfaits. Il faut dire qu’elle a de l’expérience niveau perfection avec ses 100 Birkins.

J’ai hâte de voir ses boutiques, tiens.

Kim Kardashian.

Je ne sais pas si on peut à proprement parler de shopping (En même temps, elle shoppe vraiment – rappelez-vous le jour où je l’ai croisée chez Isabel Marant ? Elle était en train d’essayer des fringues et montrait tout à Kanye… Pas de styliste en vue), mais ça vaut le coup d’en parler parce que c’est le plus récent exemple de réhabilitation par la fringue et que par la fringue (okay un peu par le Kanye) – et rien que ça, ça peut mener une star de la téléréalité (“Boooh !!!”) à la couverture du Vogue (“Aaaaah !!!”).

Parce qu’au fond, contrairement à certaines célébrités qui changent d’image à un changement de carrière, Kim n’a rien changé d’autre que ses vêtements. Qu’on l’aime ou pas, elle met toujours autant sa vie privée au service de son empire et se sert toujours de son nom pour vendre tous types de choses, chic ou moins chics, à son public.

Mais maintenant elle sait où s’habiller, et notre point de vue sur elle, que vous le vouliez ou non (oh la la comme vous vous étiez énervés contre moi quand je vous avais dit que j’aimais beaucoup son nouveau look !) va changer.
Dans un an, elle sera sur la Vanity Fair best dressed list et un jour, on aura complètement oublié que Kim Kardashian avait l’habitude de mouler son booty dans du Hervé Léger. On va la trouver chic. On va commencer à parler d’elle sans ironie. Sans s’en excuser ou avoir à expliquer comme tout le monde le fait aujourd’hui, pourquoi-en-fait-au-fond-elle-est-cool.
On va commencer à la décrire comme une femme d’affaires chevronnée au style sans faute.
Si si, vous verrez !

Et tout ça aura été réalisé, tout simplement, par un bon shopping intelligent.

C’est drôle, non ?

Ok les gars je vous laisse, je vais faire du shopping.

————

Sur Netflix, pas extra génial pour le moment, vous l’avez regardé ?

**Enfin ruiner leur famille, quoi. C’est pas comme si elles travaillaient, à l’époque*.

*Non, elles intriguaient. Ou du moins c’est ce que veulent nous faire croire tous les films. Les hommes étaient à la guerre, et les femmes intriguaient. Pfffff.

*** Oui enfin, c’est la vie rêvée d’Internet, hein. Ne nous laissons pas duper !

**** Non, elles ne sont pas toutes riches, certaines savent juste très bien se démerder et, euuuuh, renvoyer des fringues qu’elles ont commandées ? Hyper déconseillé. C’est toujours quand on fait ça qu’un café décide de se renverser sur (oups!) votre robe à 10000$.