Noël, pour moi, c’était 24 heures passées en famille… On habitait tous à trois rues les uns des autres. 

Avec mon frère Bryan, on passait le 24 au soir chez ma grand-mère, on se réveillait tôt le matin de Noël pour ouvrir nos cadeaux (merci pour tous les billets de loterie illégaux, maman !) (« Jouez de manière responsable ! »), on passait l’après-midi à s’énerver sur le jeu vidéo Mario du moment, (je regardais mon frère pendant qu’il m’aidait à passer les niveaux) et on terminait la journée chez notre autre grand-mère.

C’est en regardant ces photos que je me suis aperçu à quel point je me forçais à aimer le sport, parce que mon frère était fan et comme c’était mon grand frère, je le détestais mais en même temps, je voulais tout faire comme lui, bien sûr. Il était pour les Dallas Cowboys et moi, je jouais au (faux) fan des Steelers (… je trouvais leur maillot plus sympa).

On n’est pas croyants dans ma famille, donc oui, Noël restait assez superficiel. Mais c’était une bonne occasion de passer une journée avec ma famille proche, des gens qui ne se moquaient jamais de ma médiocre culture footballistique.

(…Attendez, je sais ce que c’est qu’une red zone, je maîtrise quand même les bases du football américain !)