Alors… J’en étais où ? Ah oui, lors de mon dernier “Insta Update”, je vous avais laissés, pantelants, au moment où Chris m’envoyait une photo de lui nu derrière le sapin.
Et ensuite, beeeeen les vacances ont commencé et je ne vous ai plus updatés.

Pour remédier à ce manque de discipline typique de votre [comment on dit quand un auteur s’auto-désigne ? Serviteur ? Il y a un terme mieux que ça je crois], voici un résumé de mon activité Instagram de ces trois dernières semaines (merde, le temps passe vite) la fin est graphique, âmes sensibles d’abstenir. Je vous aurai prévenus !

the-update-2_garance-dore_9

C’est la fin de ma tournée, je suis épuisée et je dois repartir à Londres direct et donc je décide qu’il est temps que Chris et moi on se fasse faire le massage du siècle, vu qu’on n’en peut plus tous les deux.
Rendez-vous est pris au Peninsula, l’un de mes spas préférés à New York.

Vous avez déjà fait un massage en couple ?

C’EST TROP BIZARRE. C’est bien, mais c’est bizarre. C’est un peu comme si ça ne servait à rien, en fait. On est dans la même pièce mais bon, c’est pas comme si on allait se tenir la main pendant le massage, s’embrasser, ou communiquer, quoi. Les seuls moments qui restent sont celui, un peu étrange, où l’on se met tout nu avant de s’allonger sur la table, et celui d’après le massage, où on a la tête à l’envers et où on est encore tout nus. Et pourtant, c’est quand même bien. Je ne comprendrai jamais ce concept.

C’est vraiment le massage du siècle, avec salle avec vue panoramique sur New York, piscine sur le toit avec vue panoramique sur New York, sauna merveilleux, tout. Je suis fan de spas et je pense qu’il est de mon devoir de vous faire un guide des spas du monde…

the-update-2_garance-dore_10

… Et il est temps de reprendre la route pour aller à Londres, la dernière date de ma tournée.

the-update-2_garance-dore_7

… Je suis dans un hôtel de dingue, le London Edition, hyper méga design, et je donne mes interviews dans cette chambre sublime qui donne l’impression que la vie est une chose simple, belle, organisée et luxueuse et que je suis une star simple, belle, organisée et luxueuse.

the-update-2_garance-dore_3

… Bon, en même temps, j’aimerais votre avis sur cette idée qu’on a besoin de 200 coussins pour être heureux dans la vie. C’est quoi ces lits bourrés de coussins ? D’où ça vient ? Pourquoi ? Comprends pas.

the-update-2_garance-dore_2

Ok, retour à New York après une séance de dédicaces mémorable à Londres, et retour à la réalité absolument pas simple, belle, organisée et luxueuse de notre appart, qui est loin d’être fini, tellement sa taille est démesurée par rapport à mon micro “appart de transition” que j’avais décoré en trois semaines. Là, c’est le work in progress continuel. Promis, un jour, quand je n’aurai plus honte de ce chantier je vous ferai faire une petite visite !

the-update-2_garance-dore_6

Ça, c’est ma vue depuis notre chambre dans la maison des parents de Chris. C’EST PAS FOU ? Trop beau, non ? Tous les matins, je me lève aux chants des canards. La famille est adorable. Le temps passe à deux à l’heure en Caroline du Sud, et c’est exactement ce dont j’ai besoin. Je ne fais rien, à part manger, bien sûr.

On prétend faire du jogging avec Chris, mais ça ne va pas être assez pour contrebalancer le nombre de calories que j’ingère à la minute.
Et je vous rappelle que le Mexique se rapproche, très dangereusement.

the-update-2_garance-dore_4

Malheureusement, j’ai un goût très prononcé pour tout ce qui est Southern Food et je ne veux pas en manquer une miette. Je fais semblant de faire attention et je lis avec le plus grand sérieux un livre sur la nutrition qu’une amie bien intentionnée m’a offert, mais la vérité, c’est que je passe ma journée à grignoter avec un sourire gourmand. Chuis heureuse, quoi !

Il fait très humide en Caroline du Sud, donc je mets mon embonpoint sur le compte de l’humidité. Je m’entends même demander à Doug, le père de Chris, à un moment “Est-ce que l’humidité fait gonfler ? Parce que ce matin, je n’arrivais pas à rentrer dans mon jean.” Chris est mort de rire devant mon air hyper sérieux et mes joues pleines et Doug essaye de répondre que oui, peut-être, c’est possible, enfin bon, dans une autre planète, peut-être…

On rentre à New York, je me pèse, et là, c’est le drame. J’ai pris trois kilos, en plus des kilos d’avant, qui s’additionnent aux kilos d’avant avant avant, qui, par la racine carrée de 12, font que je ne rentre plus dans aucun de mes jeans, même pas mon baggy. JE NE RIGOLE PAS.
Et je pars au Mexique…

Demain.

the-update-2_garance-dore_5

Bah, on s’en fout que les coutures de notre maillot explosent quand le coucher de soleil est si beau.

the-update-2_garance-dore_8

Et puis, on va se remettre au surf et tout va rentrer dans l’ordre, on va redevenir canon !

La vérité c’est que je n’arrive pas à dépasser une étape, niveau surf, là. Je suis coincée, j’ai peur. C’est le moment de me lancer comme une grande toute seule dans les vagues et je suis terrorisée de tout. De me prendre ma planche dans la tronche, de couper la route à un surfeur, de me casser la gueule, de me noyer sous une vague trop grosse…
Je crois que c’est un moment décisif par lequel tout le monde passe, et le moment où on décide de se dire soit : “Oui, le surf, finalement, bof” ou “Oui, je persévère, parce que ça vaut vraiment le coup”. J’ai penché plutôt vers “Oui, le surf, finalement, bof” pendant ces vacances et je m’en veux un peu. C’est tellement facile d’abandonner !!! Non ?

the update 2 instagram garance dore christ norton photos

Apparemment, c’est toujours au moment où l’on s’y attend le moins que ce genre de choses arrive mais un matin, Chris m’a demandée en mariage.
Je garde cette histoire pour plus tard, mais je peux vous dire que ça a été un choc total, pour tous les deux (oui, même pour lui).
C’était fou et très émouvant.

Et ce n’est pas arrivé au moment où mes cheveux étaient sublimes et ma peau radieuse et où je portais la tenue parfaite mais au moment où j’explosais mes jeans et j’avais le teint blafard (j’étais même un peu de mauvaise humeur, ce matin-là). Je ne sais pas si c’est une leçon sur la vie, mais ça mérite d’être souligné, quand même.

La semaine au Mexique s’est ensuite déroulée comme sur un petit nuage rose et merveilleux. Chris et moi virevoltant dans les airs, buvant des margaritas à la fraise fraîche devant des couchers de soleil inoubliables, parlant d’amour du matin au soir et s’éventant avec des palmes, plongeant dans une mer chaude aux dauphins accueillants, goûtant des mets délicieux venus de pays où il ne pleut pas, etc.

N’EN CROYEZ PAS UN MOT.

La semaine s’est super bien passée, oui. Et c’est étrangement merveilleux de se dire que cet homme qu’on aime va être notre famille, oui. On a bu des margaritas au soleil couchant, oui. Mais ça n’empêche pas que, et excusez le fait que je n’ai pas de photo pour ça, mais au terme de notre lune de fiançailles, le pire a frappé, et c’est à se tordre de rire, mais avant de se tordre de rire, c’est à se tordre de douleur.

Nous avons tous les deux été frappés par une revanche de Montezuma du feu de dieu. La tourista, quoi. Vous connaissez ? Vous avez déjà eu ? Vous vous rappelez de Charlotte dans Sex & The City au Mexique ? Et on était où ?

VOILÀ.

On a fini la semaine tordus de douleur, sur les toilettes à tour de rôle, à perdre progressivement les dernières onces de mystère que nous avions l’un pour l’autre. À être à moitié morts de rire, à moitié inquiets à moitié “bon allez je m’en fous de ce qu’il pense là il faut vraiment que je me tape un sprint jusqu’aux toilettes FAIS PLAAAAAAACE AUUU SECOOOOURS” et à se relayer pour se forcer à boire de l’eau. Au fond de notre lit sous la couette dans la jungle au milieu du paradis sur terre, à regarder des vidéos de chats sur You Tube, les seuls trucs accessibles avec notre connexion Internet misérable. LA CLASSE.

Finalement, le test ultime du couple, là, rien que pour nous.

Voilà ce que je vous ne verrez jamais sur Instagram.

Et voilà pourquoi mes Updates existent. Parce que la vraie vie, aussi cruelle soit-elle, est vachement plus drôle que sa version perfection photo. On a survécu, on a vaincu, et vraiment, c’est con mais je pense qu’on est rentrés plus forts.

Ah ouais, j’ai perdu mes trois kilos, tiens, d’ailleurs.

N’allez pas chercher une leçon là-dedans, par contre, hein.

Allez, bisou !!!

white