C’est un peu comme si notre séjour à Los Angeles avait remis ma vie en perspective. “On n’a plus de vie !” me disait Eva Chen tout à l’heure au défilé Phillip Lim. Je suis tellement d’accord. Je ne sais pas comment vous faites, vous. Mais j’ai parfois l’impression de me faire absorber par mon téléphone…

Et à New York, on a presque l’impression que c’est normal, de faire tout à deux mille à l’heure. On ne voit pas les jours passer tellement on en fait, et ça ne nous empêche pas de nous coucher en se disant qu’on n’en a pas fait assez.
Los Angeles m’a vraiment calmée, m’a fait me poser plein de questions sur le sens de ma vie, et ça s’est traduit par… vachement moins de posts sur Instagram.

C’est comme ça. À chaque fois qu’un truc vraiment intéressant se passe, mes médias sociaux deviennent muets.

N’empêche ! Il y a eu quelques instants où j’ai réussi à me sortir de mon Insta léthargie. Comme par exemple pendant ces longues heures passées à bosser au Butcher’s Daughter de Venice, “a highly Instagrammable place!!!” qui est exactement mon genre, niveau déco.

Butchers Daughter Venice Photo Garance Dore

C’est-à-dire le genre de tout le monde, je sais, ça va. Le côté blanc-maison-de-vacances-légèrement-hippie-avec-plantes-et-hamac. Mais comme c’est mon genre depuis toujours et que ça restera mon genre même quand ça ne sera plus à la mode, je ne lâche pas le morceau.

The Line Los Angeles photo Garance Dore

Il faut que je vous le dise, à Los Angeles, j’ai eu l’impression de renouer un petit peu avec mes racines du Sud. Ça doit être dû à la douceur de vivre qui y règne (les New Yorkais disent : Les Angelenos sont des glandeurs ! Personne ne travaille !) le fait qu’on y conduit, ce qui rend la vie facile (les New Yorkais disent : on passe sa VIE dans les embouteillages !!!) ou la météo (les New Yorkais disent : ouais en fait là non pour le coup, ils n’ont rien à dire, ahah)(IL A FAIT -17 À NEW YORK HIER) mais je me suis sentie chez moi. Et c’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles les seules photos que j’ai postées sur Instagram ont été des photos de déco. J’ai commencé à avoir des rêves de grande maison ouverte, décorée comme j’aime, j’ai pensé à créer des racines, j’ai été un peu bouleversée.

The Line Los Angeles Floor photo Garance Dore

Et j’ai pensé au fait que je n’arrive pas à vraiment me sentir posée à New York. J’aime bien l’appart dans lequel je vis en ce moment, mais… Il y a toujours un mais.

Donc, je rêve d’une déco qui me ressemble enfin.

Irene Neuewirth Kitchen photo garance more

J’étais donc là, dans ma petite bulle ensoleillée, quand j’ai fini par prendre l’avion pour New York. Quand l’avion a traversé les nuages et que j’ai atterri sous un ciel lourd et gris, il faut que je vous avoue, j’ai versé une larme.

Et je n’ai pas atterri qu’à New York, mais aussi en pleine Fashion Week.

Evidemment, la fashion week n’est plus ce qu’elle était, pour moi. J’ai commencé par prendre des photos dans la rue et maintenant, je ne vais plus qu’à une très petite sélection de défilés, que je choisis. Tout à l’heure, juste avant d’arriver à un défilé, il neigeait, et je voyais mes copains photographes, en parka et le visage enfoncé dans leurs écharpes, courir après les filles aux tenues colorées (printemps/été, quoi, normal !) pour attraper leur photo.

Ça m’a rappelé des moments géniaux (vous vous rappelez de cette vidéo ? Je suis là, en train de courir sous la neige pour prendre des photos, EN TALONS, la meuf) et aussi, à quel point tout ça, c’est du travail. Du travail éprouvant, inconfortable, et souvent pas très fructueux. On plante une photo sur deux, on est dehors par tous les temps, et, pour ceux qui n’ont pas un site comme le mien (la plupart des photographes de streestyle aujourd’hui travaillent à la commission et vendent leurs images à des banques d’images ou à des magazines, payent eux-mêmes leurs billets d’avion, leurs hôtels, ou partagent des apparts – on est loin de la vie glamour qui est présentée de l’autre côté de l’objectif), on n’est même pas sûr que nos images préférées vont trouver preneur.

Bref, je suis allée faire un tour à la présentation J.Crew dimanche, et c’était un peu the place to be. Dizaines de photographes à l’extérieur, tout le monde de la mode à l’intérieur, et Jenna, toujours cool, à passer son dimanche à dire bonjour à tout le monde.

Jenna Lyons photo garance dore

Habillée tout en rose, l’une de mes couleurs préférées (vert kaki clair, rose et or, si vous voulez savoir), Jenna, comme toujours, on adore.

Ce jour là, c’était la Saint-Valentin, et mon Valentin et moi, on a décidé de passer une nuit à l’hôtel, et ça a été génial. Même si, je vous jure, une seconde avant de partir de chez nous, on s’est dit tous les deux : “On ne serait pas mieux à la maison ?” On s’est quand même bougés et on s’est retrouvés parachutés au Soho Grand, et je ne sais pas comment expliquer, mais ça fait vraiment du bien de sortir son couple de chez soi, tout en étant dans la même ville.

Bref, je ne vais pas rentrer trop dans les détails, ça a été le cliché total de la nuit romantique, et à un moment, on était tous les deux assis sur le lit, et il y avait un miroir en face de nous, et c’était vachement joli, et comme à chaque fois que je vois des trucs jolis, j’ai pris une photo.

Garance Dore Chris Norton photo

Chris m’a dit “Tu vas la poster sur Instagram ?”
J’ai répondu “Mais non ça va pas ?”

Et puis j’ai réfléchi deux secondes, et je me suis dit pourquoi pas. Cette photo, elle est jolie, et c’est nous, et, ben… Des fois on peut se montrer sous un angle différent, non ?
J’ai donc fait ce que je fais dans ces cas-là et j’ai texté ma congrégation d’amies pour leur demander ce qu’elles en pensaient (oh, vous ne saviez pas ? Je suis connue par mon entourage comme “G qui ne sait pas prendre une décision”), et à part une amie qui m’a dit “ça ne ressemble pas à ton fil Instagram de d’habitude !” elles m’ont toutes dit “ouais mais trop cute vas-y poste”.

À ce moment-là on n’en était donc à peu près une demi-heure sur mon téléphone à répondre à mes copines (mon Valentin, lui aussi, était sur son téléphone, QUAND JE VOUS DISAIS QUE C’ÉTAIT UNE NUIT PARFAITE ET ROMANTIQUE) quand soudain j’ai commencé à penser au texte que je pourrais ajouter à cette photo un peu sexy et suggestive pour montrer que j’avais quand même de l’humour et que je ne me prenais pas du tout au sérieux comme tous ces autres gens sur Instagram. Aucune idée, je suis nulle en textes courts, je suis spécialisée dans les posts fleuve. J’ai donc re-texté mon groupe d’amies, qui m’ont offert ces quelques suggestions textuelles :

“Moi et mon Valentin tout sexy bien au chaud dans un NYC qui gèle” *emoji* *emoji*”
Oui bon ok mais ne montre pas assez que j’ai du recul sur la situation et de l’humour, j’ai répondu. Et proposé :

“Moi et mon Valentin juste avant…
De regarder la télé toute la nuit”.
Pas mal non ? Ouais bof, ok. Quand soudain j’ai reçu celle-ci, de ma copine Marcela, que j’ai adoré :

“Vous ne trouvez pas que Chris a des jambes sublimes ?”
Ce qui m’a fait mourir de rire, mais Chris n’a pas trop aimé, je ne sais pas pouquoi…

À ce moment là, on en était à peu près à 1h de débats pour une photo. Bon, ok, c’était assez hilarant de lire toutes les suggestions de mes copines mais quand même il ne faut pas perdre de vue l’aspect ridicule et la mise en abîme de la situation. Surtout vu ce que je vous ai raconté au début de ce post. C’était quand même LE SOIR DE LA SAINT-VALENTIN.

J’ai fini par la poster avec le commentaire (fait maison, quand même):
“On a pris une chambre!!!” (Aux US, on dit “get a room” quand deux personnes sont trop démonstratives en public).

Ensuite, j’en ai eu marre, j’ai posté, j’ai jeté mon téléphone, je n’y ai plus pensé, et j’ai pu retourner à ma soirée romantique, non mais bon sang quelle victime d’Instagram je fais quand même.

Conclusion : Aucune idée !!!

Je vous embrasse !!!