Stories

…et les 17 nains

Donc tout le monde est invité. Ce qui ne veut pas dire que l’appart est immense, non non, mais juste que mon chéri est très sympa et que moi je vais faire la cuisine.

Enfin voyons, vous connaissez ma mauvaise foi. Moi, faire la cuisine? Le petit dèj j’ai dit, et encore ça se négocie. L’important quand on vit avec avec une quinzaine de sauvages, c’est de prendre sa douche avant que la salle de bains ne ressemble au Radeau de la Méduse. Puis, de se précipiter pour étendre sa serviette au dessus d’un radiateur. Inutile de le dire, passé 9h15 (et oui les sauvages se lèvent tôt, le chamois n’attends pas), pas de douche.

9h15 donc. Là, c’est le moment ou tout le monde à quelque chose d’excessivement important à faire. Un raz-de-marée armé jusqu’aux dents (boots, boards, esprit de meute) traverse l’appartement dans un grand fracas pour aller chercher ses forfaits, faire farter son snow, téléphoner à l’horloge parlante.

Soudain le silence. Mon écran total dans une main, une chaussette dans l’autre, j’aperçois S. de l’autre côté de la pièce. S. est la seule amie qui accepte et aime ces vacances en conditions extrêmes. Entre nous, sur la table, les vestiges d’un petit dèj avalé à la hâte.

Bon bon. Heureusement, il y a des bons moments. L’après-ski, n’est ce pas ce qu’on a inventé de mieux au ski? Se faire couler un bain chaud, puis boire un bon thé et pourquoi pas enchaîner sur l’apéro en se racontant les aventures de la journée.

Damned!!! Qui s’est servi de ma serviette comme tapis de bain? Qui s’est servi de mon shampooing comme liquide vaisselle? Qui a fini ma crème de jour?
Heureusement, S. est là. Nous prenons un petit thé accompagné de… ah non de rien il n’y a déjà plus de douceurs. Avec un peu de chance l’un d’entre eux a déclenché une avalanche, ils sont en retard, tout est calme.

Ce soir, pour se faire pardonner du coup du petit dèj, les garçons font le dîner. Je les vois se ramener avec un quintal de pommes de terre et un sourire jovial et rougeaud. Rien que pour vous les filles, tartiflette!!!
Je sens que ce soir encore nous allons atteindre des sommets de raffinement.

11h30, la chose est prête. À cette heure avancée, on ne peut plus vraiment dire si c’est une tartiflette ou euh… non là vraiment je vois pas. De toute façon l’apéro est passé par là, tout le monde est éméché et se jette là dessus comme si sa vie en dépendait. La cuisine, faut-il le préciser, ressemble à peu près à ce que nous avons dans notre assiette. Il y en a jusqu’au plafond.

Et c’est là qu’il faut être fin stratège. Pas pour ne pas nettoyer la pagaille, ceci étant un moindre dommage, mais pour avoir une chance de dormir ce soir. Pour cela, il faut parvenir à pousser les 17 nains en dehors de la chaumière, qu’ils aillent au bar, faire une descente aux chandelles ou du parachute ascencionnel ne nous regarde pas. L’important est de pouvoir dormir avant 5h du matin, pour se lever fraîche et dispose, prête au combat.


You may also like

  • Travel Beauty
    Beauty
    Travel Beauty
  • Bonjour from Corsica
    Stories
    Bonjour from Corsica
  • Beach Wear
    Style
    Beach Wear
  • Les Vacances
    Contributors
    Les Vacances

2 comments

Add yours
  • caro July, 22 2007, 5:33 / Reply

    … trop terrible; c’est fou ce que mes vacances ressemblent aux tiennes Garance, je m’y croirai. M’a également frappé le nuage de fumée qui s’échappe de l’appartement dès que la porte s’ouvre, comme si c’était la fumée elle même qui avait besoin d’air et de s’étirer un peu :))

  • Marylou December, 30 2008, 9:36 / Reply

    Je hais le ski, la neige et le froid en général (l’air niçois sans doute) tous les pretextes sont bons pour eviter ca

In The Spotlight