Mon amie mytho, c’est comme qui dirait, plus vraiment mon amie, parce qu’une amie mytho, et bien c’est pas de tout repos.

Au début, je ne savais pas qu’elle était mytho, je pensais juste qu’elle avait une vie incroyable. Je ne suis pas le moins du monde impressionnable, je m’intéresse, c’est différent. Et puis voilà, entre deux de ses voyages en Concorde (mais si il existe, enfin, c’est une nouvelle version, il va pas aussi vite mais il est encore plus classe) je me suis laissée aller à devenir sa copine.

Nous sommes alors passées à un autre stade, celui que mon pote Sigmund aurait appelé “le principe de réalité”. Plus on est proches, plus ses histoires deviennent possibles, elle redescend sur terre. En parachute bien évidemment, le concorde ayant été détourné par un certain Delarue. Là, je m’amuse de ses extravagances, je mets ça sur le dos de son enfance à Disneyland (si si, son père est le pilote du Space Mountains).

Forcément, je m’attache. Je décide même d’aller passer un petit week-end avec des amis dans la propriété de sa mère. Sauf que la gardienne n’est pas là pour nous donner les clés et qu’il va falloir passer la nuit à l’hôtel. Alors, je commence à lui dire que c’est pas grave, qu’on l’aimerait quand même, qu’elle était pas obligée de nous raconter des salades. C’est le moment que choisit la gardienne pour arriver, la bouche en coeur, en agitant les clés de la propriété.

Déstabilisée, je me dis que j’ai été injuste. On se fait un petit resto pour s’expliquer. C’est là que fonce sur elle un jeune homme avec un grand sourire : “hey Karine!! Mais ça fait super longtemps qu’on s’est pas vus!” “trop cool!!!”. Je vois donc Karine se lancer dans une discussion enjouée avec cette personne qu’elle a l’air de très bien connaître. Sauf que mon amie ne s’appelle pas Karine.
Quoique…

Prise de d’un vertige et sans attendre d’explications, je ramasse mes affaires et je les plante là. C’est ce qu’on appelle la goutte d’eau…