C’est toujours la même chose. Quand viennent les beaux jours, je passe en mode abdos.
Oui, les abdos, c’est mon point faible, voilà.
Tout le monde me dit : pffff, c’est nul comme point faible les abdos! Trop facile : 5mn d’exercice le matin et un mois après ton ventre est aussi plat que Nicole Richie!

Ca ne loupe jamais : présenté comme ça, la chose me semble tomber sous le sens. Mon visage s’éclaire. Mais oui! Un peu d’exercice le matin! Mais bien sur!
Sauf que c’est comme acheter un Elle spécial minceur. Une fois qu’on l’a lu, on est pleine de bonne volonté, mais pas plus avancée.

Alors mettons que l’illusion de toutouyouter ai tenu plus d’une demi-heure, et me voilà le matin, assise sur mon lit telle le penseur de Rodin en train d’essayer d’apporter une réponse à l’épineuse question : les abdos, avant ou après le café?

Après avoir pris racine dans mon lit, et que mon chéri ait fini par répondre à ma question en se levant et en faisant le café, je n’ai plus d’autre alternative que de me lancer : je ne peux pas décemment imaginer de faire mes abdos après la douche.

Et un, et deux, et cinq abdos, je suis Davina, je demande à mon chéri de m’amener un bandeau en éponge pour absorber les toxines dont je suis en train de libérer mon corps. Pfffffu pfffu, pfffu, 10! Ahhhh ben alors, je me suis donnée à fond ce matin dis donc, j’avais oublié quelle sportive j’étais! Allez, demain, j’en fais 15!

Et ça ne loupe pas, c’est comme le régime, le lendemain j’oublie. Mon cerveau se charge tout seul de m’éviter les choses désagréables, même pas besoin de passer par la phase démotivation, rien du tout. Mes neurones sont très sélectifs. Oui, je sais, je pourrais mettre une photo de Davina sur mon frigo.
Mais j’aurais trop peur de faire fuir les muffins de mon petit dèj!

————-