Alors si à un moment tranquille, au café, au soleil, avec votre blog-idole, l’idée de faire équipe pour réaliser une “p’tite vidéo” vous effleure l’esprit sachez qu’il vous faudra :- Trouver du matériel, éventuellement soudoyer vos proches pour vous procurer au moins une caméra, un micro, un casque, et du câblage. Facile.

- Trouver un truc à filmer : trop facile, un super petit festival de mode fera l’affaire.

- Tomber sur l’une de vos actrices françaises chouchoutes. Lui courir après pour lui demander une interview. Lorsqu’elle vous demande pour quelle chaîne, lui demander où elle a acheté ses sabots.

- Si par mégarde elle dit oui, se soucier enfin de l’aspect technique, c’est à dire de mettre la caméra en route. Comme vous ne l’avez jamais fait, ne pas trouver le bouton.

- Présenter des excuses pendant que vous cherchez à allumer ce maudit bouton rouge. Ne pas comprendre pourquoi ça ne marche pas.

- Se rendre compte que vous n’avez pas soulevé le clapet. Se répéter 100 fois que le ridicule ne tue pas. Sourire un grand coup et se faire plaisir : “Silence, on tourne!”

- Hurler : Stooooooop! Parce que vous n’avez pas branché le micro. Brancher le micro. Ressembler au présentateur de France 3 Poitou-Charentes avec votre micro. Devoir rajouter un casque à votre débâcle stylistique.

- Grâce au casque, se rendre compte que vous êtes en train de tourner un remake de “Comme un Ouragan” tellement le vent souffle. Hurler : Stoooooop!! et rapatrier l’interview dans un endroit accueillant, un endroit ou plein de gens ont trouvé refuge.

- Plein de gens qui parlent. Rattraper de justesse votre actrice chouchou qui tente de s’échapper en losedé. Dire : milles excuses. 250 fois. Finir par y arriver, se sentir supertropfort. Savourer cet instant, il y en aura peu.

Passer trois jours comme ça à essuyer TOUS les plâtres. COURIR après les gens pour les interviewer, se faire IGNORER, se CASSER le dos à porter du matériel, CASSER du matériel, refaire des itv parce que le son a DISPARU, se faire ENGUEULER parce qu’on demande son nom à une star de la profession (très autoritaire, parfois, la star de la profession, un peu frustrée de ne pas être une star tout court, en gros), EFFACER vos plus beau rushs et beaucoup RIGOLER aussi.

- Puis rentrer, et se mettre au montage. Chercher un logiciel. Se dire que Imovie ce sera très bien. Faire exploser la mémoire de votre ordi parce qu’un film, ça prend beaucoup trop de place dans un disque dur. Vider votre ordi en mangeant des Fingers.

- Passer un temps fou sur votre film, revoir les mêmes rushs 250 fois, puis couper, couper, couper pour ne garder que l’essentiel. Finir par pouvoir réciter votre film comme une poésie en CE2. Se rappeler qu’en CE2 vous adoriez les Haribo. Célébrer ce souvenir en explosant un paquet de “Polka”. Même les oursons jaunes.

- Une fois atteintes les limites physiques du cent fois sur le métier remet ton ouvrage, manger du Lindor, puis manger des Stakers, puis manger les croquettes du chat, puis décider que votre film est ok pour être mis en ligne.

- Se rappeler qu’il faut mettre des sous-titres. Soudoyer un chanteur anglais pour corriger vos tics de langage. Remettre votre ouvrage sur le métier et votre tablette de Milka sur le bureau. Quatre heures après, chercher la tablette de Milka sous le bureau. Accuser le chat.

- Vouloir le mettre en ligne. Se rendre compte qu’en ligne, votre film chéri ressemble à trois gros pixels qui font un tennis. Pleurer un coup, puis manger des Côte d’or pour oublier. Harceler Dailymotion pour réussir à avoir un truc présentable.

- Être prêt à tout pour avoir un truc présentable. Harceler Thomas Clément, le pape du podcast, harceler la première personne qui passe juste parce qu’elle est là au mauvais moment, fouiller les entrailles du net pour trouver l’adresse IRL de Dailymotion en fouillant les entrailles de vos placards pour vous si personne n’y aurait oublié des Mikado.

- Décider d’aller intimider Mr Dailymotion qui n’habite pas loin. Penser à prendre un cake au citron au passage. Se raviser, se dire qu’il ne faut pas perdre le nord non plus. Descendre prendre un cake aux fruits.

Finir par être moins exigeant, commencer à se dire que trois gros pixels, c’est mieux que rien. Se demander ce que vos lecteurs chéris vont penser de tout ça. Se demander si il y a des monteurs minces. Se demander et si c’était à refaire. Se dire qu’on le referait et même, qu’on va bientôt le refaire.

————-

Un grand merci : à ma géniale co-équipière Géraldine bien sur, et puis à Punky b, à Mark, à David, à Jim, à Matthieu, et à Thomas.