En fait, ma robe Sonia qui tue, j’en avais besoin pour une très étincelante soirée au Crillon. Mais je n’écris pas ce billet pour vous raconter à quel point j’assurais trop dans ma robe. Non. J’écris ce billet pour qu’on fasse le point sur Penélope Cruz.

Parce que moi, Penélope Cruz, j’aime bien, mais je n’ai jamais hurlé à la mort que la vie est injuste en la voyant. Ce que j’ai fait avec Natalie Portman par exemple. Pour moi, Penélope Cruz est pas-mal-mais-bon-pas-de-quoi-en faire-tout-un-plat. Or, L’Oréal m’a permis d’aller vérifier mes théories en live. On m’a proposé d’aller rencontrer Penélope. En moins de temps qu’il ne faut pour manger mon clavier, j’ai dis oui.

Forte de ma conviction, j’ai mené l’enquête. Qu’est ce qui différencie une fille jolie d’une STB (startropbelle)? Tout réside dans la startropbellitude :

# Le sourire “Joconde” : Sourire tout en cultivant le regard “Joconde” c’est à dire sourire à tout le monde en ne regardant personne. Le but c’est qu’on pense : En plus, elle est trop sympa, elle m’a souri. Par exemple, je suis sûre que Penélope m’a souri. Elle a même eu un choc en voyant que j’avais oublié d’enlever ma montre, ce qui ne se fait pas dans le monde parfait des STB.

# La perfection. C’est le minimum vital érigé par le SISTB*. Dans notre monde à nous, c’est comme quand on fait les magasins. Il y a toujours un moment où il faut choisir. Mettre des talons super hauts ou avoir une démarche dansante, arborer une coiffure originale ou sublime, être très maquillée ou avoir l’air naturelle, avoir l’heure ou avoir l’air cruche. Et bien chez les STB, c’est simple. Elle prennent tout. Et elles ont quelqu’un pour leur donner l’heure.

# Oui, parce que la STB est en permanence entourée de 15 personnes. Impossible d’arriver à déterminer vraiment ce à quoi elles servent si ce n’est à cacher la STB. C’est une sorte de voilette du 21è siècle. Cet effet de voilée/dévoilée augmente son quotient de désirabilité** et de mystère. On ne la voit pas bien, on la désire mieux.

# Puis, en vrac : Comme Marilyn Monroe, avoir l’air d’un oiseau un peu perdu, comme Liz Taylor, ne se montrer que dans des écrins somptueux, et comme Anna Nicole Smith, disparaître en plein milieu de la fête. Se comporter avec soi-même comme un dealer et savoir créer le manque. Qu’on se dise : sans la STB, la fête est moins wow.

Ah oui, et pour finir, la STB ne se rencontre pas. Alors si un jour on vous propose de rencontrer une STB, n’imaginez pas une seconde que vous allez pouvoir lui parler (et je vous prie de ne pas imaginer aussi une seconde que j’aie pu imaginer que j’allais lui parler. Pour lui dire quoi, d’abord?). Non, ce qu’on vous propose, c’est de vous placer dans un périmètre de moins de 10 m de la STB. Ne mangez pas votre clavier, mais dites oui. Dès fois que la startropbellitude soit contagieuse.

———————

* SISTB : syndicat international des stars trop belles.
** Quotient de désirabilité : nouveau concept qui sert à désigner l’état de désir dans lequel nous met un produit marketing. Par exemple, je suis sûre que depuis l’annonce de son homosexualité, les curseurs s’affolent : Où en est le quotient de désirabilité de Wentworth Miller?
Dans un autre style, nous pouvons aisément imaginer le quotient de désirabilité du Muse en se penchant sur ce post de Nadia.