Longtemps, je n’ai eu comme bijou qu’une montre au poignet. J’aime bien l’idée du bijou éternel, qu’on enlève pas et qui est comme un tatouage.

Le contraire de la fantaisie, quoi.

Plus jeune, seules avaient grâce à mes yeux les parures Comètes de chez Chanel. Mon trip Elizabeth Teissier envolé avec mon adolescence fantasque, ce furent les pubs Chaumet avec Stella Tennant qui maintinrent le faible intérêt que j’avais pour les diamants.

J’ai fini par placer toute ma bijoux libido sur une bague Pomellato toute simple dont je me suis dit “un jour elle sera à moi”. Par un coup d’amour et certainement d’Elizabeth Teissier, ce jour est arrivé plus vite que prévu.

Je porte donc aujourd’hui une montre et une bague, exceptionnellement une longue chaîne en argent, j’en suis très heureuse, mais je me sens au grand complet.

Aucun bijou fantaisie ne tient sur moi plus d’une demi-heure. Il finissent tous au fond de mon sac. Je les aime, mais ils me gênent. Par contre, sans ma montre ou ma bague, je me sens toute bizarre, nue, et pas rassurée. Ca vous fait ça à vous?

————

PS : Oh et j’oubliais, j’ai été citée dans un article du Nouvel Observateur autour du buzz. J’ai failli rebondir là-dessus et vous faire un petit billet mais je me suis dit que j’allais vous soûler avec mes histoires. Ca vous intéresse, ma position sur le buzz marketing? L’article est ici.