Suite et fin de mes incroyables aventures fashion weekesques. A ce stade là, ce n’est pas de la mode, c’est un saccage !

15h : Sophie Fontanel ressort du show, avec mon autre idole, l’illustratrice Marie Perron. Je me dirige vers elle pour lui demander une photo vu que je l’aime. Avec mes oreilles qui sont à moi, j’entends SF dire : “Ahhhhh Garance!!! Marie, je te présente Garance!”. Je m’évanouis, où sont mes sels, je souris, on bavarde, photo :

16h : C’est bientôt l’heure du show Céline, et ce qui est cool, c’est qu’Hélène est là. Nous arrivons, Géraldine, mon pantalon à carreaux et moi. Hélène ne dit rien, elle est trop absorbée par l’atmosphère. Enfin, c’est ce que je préfère imaginer, vu comment je suis pas sûre de tenir à mes carreaux. On se marre en matant la précieuse ridicule effervescence tout autour.

17h : On est backstage! Le temps qu’on y arrive, les mannequins sont déjà partis. J’essaie de voir si je peux emporter une paire de ces sublimes chaussures, mais un vigile me regarde avec un air pas fashion, voire fâché. Puis je vois l’une des plus adorables actrices françaises. Je lui tombe dessus, on ne bavarde pas, photo :

18h : Nous sommes attaquées par une fièvre shopping avec Géraldine. Nous avons pourtant pris soin de faire des achats préventifs avant la FW, mais la maladie s’est quand même abattue sur nous, elle est terriblement contagieuse. Parfois, un regard suffit. Nous filons en version marche rapide aux Galeries.

19h : Le Face Hunter vient me voir pour faire une photo. Ce qui pour moi, tient quasiment de la contre-validation de mon pantalon, vu comme nos goûts son éloignés, et surtout à voir sa grimace quand il regarde les photos. Qui, heureusement pour moi, ne seront jamais publiées. Je me dis toutefois qu’Yvan peut, à présent, me faire chanter. (tant que c’est du Madonna, ça va.)

20h : A la maison, mes plantes font la gueule, mes plantes de pied aussi. Je me balade dans la mode sur talons hauts depuis des jours, mes orteils ont pris un coup de vieux direct, faut que je m’achète des Arche si je veux pas finir comme Virginie Mouzat. Oui mais ce soir je vais chez Colette avec Géraldine. Je remets mes talons en pensant à mes oignons.

21h : Mais c’est quoi ce truc? Comment peut-on faire rentrer 34 000 personnes dans cet espace? On rentre avec un chausse-pied, et on a hyper chaud. On boit du champagne dans des coupes noires pour oublier. Je déteste boire du champagne dans des coupes noires mais si c’est Colette qui le dit, moi j’obéis.

22h : My God, c’est Cory! Avec son Cobrasnake!!! Brrrr, ils ont l’air aussi effrénés que sur les photos. Ca small talk de tous les côtés, c’est sympa, je sens que je pourrais faire de chouettes rencontres si l’envie m’en prenait. Puis je me souviens de la dernière fois que j’ai voulu networker avec ma pochette et mes cartes de visite, et du coup je préfère passer directement à la phase picole.

23h : Il y a comme un point de non-retour au niveau du vécu. 7h, c’est loin et trop de crypto-people tue le people. Tout le monde est connu ici ou quoi ? En tout cas tout le monde fait comme si. J’essaie toutefois d’aller rouler une pelle à Ellen Von Unwerth, mais Géraldine me tire par l’épaule. On a de la fash’ sur la planche, demain.

—————