Wednesday, February 5th.  It’s an early morning and I’m walking through icy Paris streets.  For a few days now, I’ve been a little nervous.  And here I am, only a few steps separate me from my shoot for Elle.

I remember the first meeting we had at the Elle office back in January…  We all take our seats around a big table in a brightly lit room.  The entire creative team is there.  Ideas are coming from everywhere.  There’s a lot of energy in the room, almost overly excited.  I take a sip of my coffee to curb the urge to pinch myself just to be sure. Getting to go to a shoot for a fashion editorial: a dream come true.  I never would have thought that my first would be with Elle.  And that I would be the photographer.

Mercredi 5 février. Il est très tôt et je marche dans les rues glaciales de Paris. Depuis quelques jours, je me sens nerveuse. Plus que quelques pas me séparent de mon shooting pour le Elle.

Je me souviens de la réunion, chez Elle au mois de janvier. On est assis autour d’une grande table dans une pièce lumineuse. Toute l’équipe créative est là, et ça fait du monde. Les idées fusent. L’ambiance est gaie et survoltée. Je bois mon café pour ne pas me pincer. Assister à la naissance d’une série de mode : un rêve éveillé. J’aurais jamais cru que ma première soit chez Elle. Et que je sois la photographe.

Mercredi 5 février. Il est très tôt et je marche dans les rues glaciales de Paris. Depuis quelques jours, je me sens nerveuse. Plus que quelques pas me séparent de mon shooting pour le Elle.

Je me souviens de la réunion, chez Elle au mois de janvier. On est assis autour d’une grande table dans une pièce lumineuse. Toute l’équipe créative est là, et ça fait du monde. Les idées fusent. L’ambiance est gaie et survoltée. Je bois mon café pour ne pas me pincer. Assister à la naissance d’une série de mode : un rêve éveillé. J’aurais jamais cru que ma première soit chez Elle. Et que je sois la photographe.

It stresses me out and at the same time, makes me smile.  It’s my first real shoot.  That is to say, for three days, I’ll be working with a stylist, the stylist’s assistant, a hair dresser, the makeup artist, and I’ll have my own assistant.  And our whole little microcosm of style is going to pile into a trailer, outfits included, and do a tour of Paris to take a whole bunch of photos.

And through it all, I’ll have to be on my game.

But they told me to just do what I always do, what I’m used to.  It’s for the Spécial Hommes.  The casting is all real guys, no models, my favorite places in Paris, my camera.  My light.

Wednesday morning rolls around, I get to Place de la République and I see a yellow house trailer.  Oh mon dieu.  It’s huge!  I take a deep breath.  It’s the middle of February, -12° and I’m about to do a spring shoot, so everything’s normal, it’s all good.

Hello Garance, welcome to our parallel universe of fashion!

I get into the trailer and right then, everything’s all better.  It’s nice and warm inside.  The woodwork makes it homey.  There’s a basket full of pastries in the middle of a big table.  Jamel, in charge of production and the trailer, offers me a coffee.  The scent fills our little home.  You don’t need much more than that to calm me down.  I scarf down a chocolate croissant and joke around with Julia, a great photographer, who is going to help me out with the shoot.

I am going to notice more and more during the three days to come that the way I deal with the stress is to talk about really random subjects and to try to laugh as much as possible.

Little by little, the team is complete.  Alix, the assistant stylist, and then Nanou, the makeup artist.  And then finally, Jeanne, the stylist gets there on a scooter.  We’re all a little hyped up.  A model cancelled, we gotta find a replacement.  And on top of that, no but seriously, it’s -12° outside.

The first models arrive.  They go into the dressing room of the trailer, clothes and makeup.  I take a step outside to take a look at the sky.  And there, I feel something wet on my face.

Merde.  It’s raining.

And what’s just great on top of all this, is that the first models are Benjamin and Costa, a dad and his kid, the cutest little thing you’ve ever seen, the beautiful little Costa.  I have them step out of the trailer to take a few shots, Costa there in his little shirt in the cold, I get the impression that I’m Cruella de Ville.  I gotta shoot them fast so that they don’t freeze.

Are my hands chilled to the bone?  No idea.  Can’t feel them.  What’s important isn’t me.  What’s important is them, the photo, the atmosphere, the synergy I want to feel between us as they aren’t used to getting their photos taken, and they certainly have something better to do than be outside in a tiny little shirt at 8:30 in the morning under…

The snow.

But yes, bien sûr.  It snowed.  What else do you think would happen?

So we spend most of the day battling the elements.  The shoots go on, one right after another, everything goes by extremely fast.  Each time I get a few minutes to find a rapport with the model, see what the camera picks up and then off to shoot.  Between each sesion, Julia and I make sure all the photos turned out in the trailer, I’m not even going to tell you about how stressful it all is.  Tim, my beloved translator, joins us to give me a hand.  We have some coffee, chat it up… and the laughing continues giving everyone a deep breath.

Around 5:00 p.m. it gets darker.  That’s a wrap for day one.  I get back home… And I crawl under the covers.

Three days of this same rhythm. Three days it snowed, rained, and my camera broke.  Three days we had a great time, and I found again the pleasure of working with a team, and with each passing hour, our bond got stronger and our jokes more ridiculous.  Three days of meeting lots of men, each more charming than the others.  Three days where Jeanne, full of humor and resourcefulness, finished by casting directly on the street.  And at the end of the third day, a ray of sunlight finally appeared.  I thought I was going to cry with joy.

Three days where I stressed more than I needed to, and learned more than I could have imagined.

Last day, last minutes, Jamel gives me a ride home.  Oui oui, with the giant house trailer.  We’re all alone talking it up.  Fashion shoots– he’s seen quite a few.  He speaks to me with passion.  He loves his job and he tells me about all the adventures he’s seen, shares with me little details, and I’m just eating it up.

And with a sigh of exhaustion I tell him, “…And for me, this was my first time!”

He stops the trailer and turns to me, “No.”

“Yeah!” I say to him.  “It’s the first time I’ve taken photos with a whole team behind me.  First time I’ve seen a trailer like this.  First time I’ve felt so responsible… I was so nervous when I said hello to you for the first time three days back!”

He looks at me and says, “Okay, with that, really, bravo.  I never thought for a second that this was your first, and I’ve seen a good amount of photographers, big names too.  A lot of people would have been shittin’ bricks with weather like this.  You stayed calm, still nice with everyone, and adapted.  It’s a sign that just doesn’t lie : we’ll be seeing more of you.”

I don’t need to tell you how much joy I got hearing that.  I still feel it now, writing this.

The result of it all is in Elle this week.  I want to thank the entire team from the bottom of my heart, and all the girls and guys over at Elle.  Believe me, all of them are the true image of their magazine : adorable, open, funny, not pretentious one bit and all a little crazy.  I really am lucky.

Translation : Tim Padraic Sullivan

Ça me stresse, et ça me fait rire. C’est mon premier vrai shooting. C’est à dire que pendant trois jours, je vais bosser avec une styliste, son assistante, un coiffeur, un maquilleur, que je vais avoir ma propre assistante. Que tout ce petit monde va s’empiler dans un camion, fringues comprises, faire le tour de Paris pour prendre des photos.

Et qu’il va falloir que j’assure.

Pourtant, on me demande juste de faire ce que je fais d’habitude. C’est pour le Spécial Hommes. Un casting de vrais mecs, pas de mannequins, mes endroits préférés à Paris, mon appareil photo. Ma lumière.

Mercredi matin donc, j’arrive place de la République, et je vois un camion loge jaune. Oh mon dieu. Il est énorme ! Je respire un grand coup. On est en février, il fait -12, je vais shooter de la mode printemps, tout est donc normal…

Hello Garance, bienvenue dans le monde parallèle de la mode !

Je rentre dans le camion, et soudain tout va mieux. Il y fait chaud et les boiseries donnent un petit côté cosy. Sur la grande table, un panier de viennoiseries. Jamel, qui s’occupe de la production et du camion, m’offre un café. L’odeur se répand dans la loge. Il ne m’en faut pas plus pour me calmer. J’engloutis un pain au chocolat et je commence à blaguer avec Julia, super photographe, qui va m’assister sur le shooting.

Je vais m’en rendre compte pendant les jours à venir. Mon moyen à moi de gérer le stress, c’est de raconter n’importe quoi et de rigoler.

Petit à petit, l’équipe se complète. Alix, l’assitante styliste, puis Nanou, la maquilleuse. Et enfin Jeanne, la styliste, arrive en scooter. On est tous un peu survoltés. Un modèle a annulé, il faut trouver un remplaçant. Et puis, non mais quand même. Il fait -12°.

Les premiers modèles arrivent. Ils passent dans la pièce à côté, à l’habillage puis au maquillage. Je sors regarder le ciel. Et là, je sens comme un truc mouillé sur mon visage…

Merde. Il pleut.

Ce qui est bien en plus, c’est que les premiers modèles sont Benjamin et Costa, un papa et son fils, un bout de chou adorable comme tout, à croquer Costa. Quand je les fait sortir du camion pour les prendre en photo en petite chemise dans le froid, j’ai l’impression d’être Cruella. Il va falloir que je shoote vite pour ne pas qu’ils congèlent.

Mes mains transies de froid ? Je ne les sens pas. L’important c’est pas moi. L’important c’est eux, la photo, l’atmosphère, le courant que je veux faire passer entre nous même s’ils n’ont pas l’habitude de poser pour des photos, et qu’ils auraient certainement mieux à faire que que d’être en petite chemise à 8h30 du mat sous…

La neige.

Mais, si bien sûr. Il a neigé. Qu’est ce que vous croyez.

On passe donc la journée à se battre contre les éléments. Les séances s’enchaînent, tout va super vite. À chaque fois, créer le contact en quelques minutes avec le modèle, trouver sa photogénie, shooter. Entre chaque séance de photos, on fait les contrôles sur l’ordinateur avec Julia. Toute l’équipe regarde, je vous raconte pas le stress. Tim, mon traducteur adoré, nous rejoint pour me donner un coup de main. On boit des cafés, on bavarde… Et on commence à rigoler beaucoup.

Vers 17h, la lumière décline. Fin du premier jour. Je rentre chez moi… Et je m’écroule de fatigue.

Trois jours  ce rythme. Trois jours pendant lesquels il a donc neigé, plu, mon appareil photo s’est cassé. Trois jours aussi où l’on s’est marrés, où j’ai retrouvé le bonheur de travailler en équipe, où chaque heure renforçait la complicité et la force des conneries qu’on racontait. Trois jours de super rencontres avec plein d’hommes plus charmants les uns que les autres. Trois jour où Jeanne, pleine d’humour et pleine de ressources, a fini par caster directement dans la rue. Quand au bout du troisième jour un rayon de soleil est enfin apparu, j’ai cru que j’allais pleurer de joie.

Trois jours où j’ai tant stressé, et tant appris.

Dernier jour, dernières minutes, Jamel me ramène chez moi. Oui oui, avec l’énorme camion loge. Je suis toute seule, on bavarde. Des shootings de mode, il en a vu. Il m’en parle avec passion. Il adore son boulot, il me raconte plein de détails, toutes les aventures qu’ils a vécu, je me régale.

Dans un souffle d’épuisement, je lui dis : “Et bien pour moi, c’était la première fois !”

Il arrête le camion et se retourne : “non.”

“Mais si ! je lui dis. C’est la première fois que fais des photos en équipe, c’est la première fois que je vois un camion comme ça, c’est la première fois que je me sens aussi responsable… J’étais tétanisée quand je t’ai dis bonjour pour la première fois il y a trois jours !”

Il me regarde et me dit : “Alors là, vraiment, bravo. Je ne m’en suis pas rendu compte une seconde. Pourtant, j’en ai vu des photographes, et des grands. Beaucoup de gens auraient pété les plombs avec des conditions météo pareilles. Tu as su rester calme, sympa avec tout le monde et t’adapter. C’est un signe qui ne trompe pas : on se reverra.”

Pas besoin de vous décrire ma joie d’entendre ça. Je la ressens encore en l’écrivant aujourd’hui.

Le résultat est dans le Elle de cette semaine. Je voudrais remercier du fond du coeur toute l’équipe et les filles et les garçons du Elle. Croyez-moi, ces gens là sont à l’image de leur magazine. Adorables, ouverts, drôles, pas prétentieux pour un sou et un peu fous. J’ai vraiment de la chance.

Ça me stresse, et ça me fait rire. C’est mon premier vrai shooting. C’est à dire que pendant trois jours, je vais bosser avec une styliste, son assistante, un coiffeur, un maquilleur, que je vais avoir ma propre assistante. Que tout ce petit monde va s’empiler dans un camion, fringues comprises, faire le tour de Paris pour prendre des photos.

Et qu’il va falloir que j’assure.

Pourtant, on me demande juste de faire ce que je fais d’habitude. C’est pour le Spécial Hommes. Un casting de vrais mecs, pas de mannequins, mes endroits préférés à Paris, mon appareil photo. Ma lumière.

Mercredi matin donc, j’arrive place de la République, et je vois un camion loge jaune. Oh mon dieu. Il est énorme ! Je respire un grand coup. On est en février, il fait -12, je vais shooter de la mode printemps, tout est donc normal…

Hello Garance, bienvenue dans le monde parallèle de la mode !

Je rentre dans le camion, et soudain tout va mieux. Il y fait chaud et les boiseries donnent un petit côté cosy. Sur la grande table, un panier de viennoiseries. Jamel, qui s’occupe de la production et du camion, m’offre un café. L’odeur se répand dans la loge. Il ne m’en faut pas plus pour me calmer. J’engloutis un pain au chocolat et je commence à blaguer avec Julia, super photographe, qui va m’assister sur le shooting.

Je vais m’en rendre compte pendant les jours à venir. Mon moyen à moi de gérer le stress, c’est de raconter n’importe quoi et de rigoler.

Petit à petit, l’équipe se complète. Alix, l’assitante styliste, puis Nanou, la maquilleuse. Et enfin Jeanne, la styliste, arrive en scooter. On est tous un peu survoltés. Un modèle a annulé, il faut trouver un remplaçant. Et puis, non mais quand même. Il fait -12°.

Les premiers modèles arrivent. Ils passent dans la pièce à côté, à l’habillage puis au maquillage. Je sors regarder le ciel. Et là, je sens comme un truc mouillé sur mon visage…

Merde. Il pleut.

Ce qui est bien en plus, c’est que les premiers modèles sont Benjamin et Costa, un papa et son fils, un bout de chou adorable comme tout, à croquer Costa. Quand je les fait sortir du camion pour les prendre en photo en petite chemise dans le froid, j’ai l’impression d’être Cruella. Il va falloir que je shoote vite pour ne pas qu’ils congèlent.

Mes mains transies de froid ? Je ne les sens pas. L’important c’est pas moi. L’important c’est eux, la photo, l’atmosphère, le courant que je veux faire passer entre nous même s’ils n’ont pas l’habitude de poser pour des photos, et qu’ils auraient certainement mieux à faire que que d’être en petite chemise à 8h30 du mat sous…

La neige.

Mais, si bien sûr. Il a neigé. Qu’est ce que vous croyez.

On passe donc la journée à se battre contre les éléments. Les séances s’enchaînent, tout va super vite. À chaque fois, créer le contact en quelques minutes avec le modèle, trouver sa photogénie, shooter. Entre chaque séance de photos, on fait les contrôles sur l’ordinateur avec Julia. Toute l’équipe regarde, je vous raconte pas le stress. Tim, mon traducteur adoré, nous rejoint pour me donner un coup de main. On boit des cafés, on bavarde… Et on commence à rigoler beaucoup.

Vers 17h, la lumière décline. Fin du premier jour. Je rentre chez moi… Et je m’écroule de fatigue.

Trois jours  ce rythme. Trois jours pendant lesquels il a donc neigé, plu, mon appareil photo s’est cassé. Trois jours aussi où l’on s’est marrés, où j’ai retrouvé le bonheur de travailler en équipe, où chaque heure renforçait la complicité et la force des conneries qu’on racontait. Trois jours de super rencontres avec plein d’hommes plus charmants les uns que les autres. Trois jour où Jeanne, pleine d’humour et pleine de ressources, a fini par caster directement dans la rue. Quand au bout du troisième jour un rayon de soleil est enfin apparu, j’ai cru que j’allais pleurer de joie.

Trois jours où j’ai tant stressé, et tant appris.

Dernier jour, dernières minutes, Jamel me ramène chez moi. Oui oui, avec l’énorme camion loge. Je suis toute seule, on bavarde. Des shootings de mode, il en a vu. Il m’en parle avec passion. Il adore son boulot, il me raconte plein de détails, toutes les aventures qu’ils a vécu, je me régale.

Dans un souffle d’épuisement, je lui dis : “Et bien pour moi, c’était la première fois !”

Il arrête le camion et se retourne : “non.”

“Mais si ! je lui dis. C’est la première fois que fais des photos en équipe, c’est la première fois que je vois un camion comme ça, c’est la première fois que je me sens aussi responsable… J’étais tétanisée quand je t’ai dis bonjour pour la première fois il y a trois jours !”

Il me regarde et me dit : “Alors là, vraiment, bravo. Je ne m’en suis pas rendu compte une seconde. Pourtant, j’en ai vu des photographes, et des grands. Beaucoup de gens auraient pété les plombs avec des conditions météo pareilles. Tu as su rester calme, sympa avec tout le monde et t’adapter. C’est un signe qui ne trompe pas : on se reverra.”

Pas besoin de vous décrire ma joie d’entendre ça. Je la ressens encore en l’écrivant aujourd’hui.

Le résultat est dans le Elle de cette semaine. Je voudrais remercier du fond du coeur toute l’équipe et les filles et les garçons du Elle. Croyez-moi, ces gens là sont à l’image de leur magazine. Adorables, ouverts, drôles, pas prétentieux pour un sou et un peu fous. J’ai vraiment de la chance.