I barely had set foot in my home in Corsica, taking a deep breath of the maquis perfumed air, hugging my family, when I decided that paradise is this, it’s right here. I forgot everything.

I forgot to open my suitcase. Forgot my telephone. Forgot to cook, forgot my bag, my computer, forgot to wake up, and then, at times, would forget to sleep.

I think it’s what you call vacation.

I took advantage a little of the fact that my mother was so happy to see me that she was completely willing to make my stay as magical (spoiled) as a pretty pretty princess…. Like for example, I’d get up, my breakfast would be all ready for me. And then I wouldn’t even have to clean it up.

But all good things must come to an end, and so here I am, back in Paris, tan, psychoanalyzed*, well rested, and with clean laundry with the amazing smell that my mother, and only my mother, holds the secret to, folded well into my suitcase.

Yep. An ocean of love. Gross!

Lucky my sisters were there to spice things up a bit. I’ll tell you all about it tomorrow? And then after that I promise that I’ll never waste your time with my family ever again.** Big hugs!

À peine posé le pied chez moi, en Corse, respiré un grand coup l’air du maquis, fait un câlin à ma famille et décidé que le paradis, c’était ici, j’ai absolument tout oublié.

J’ai oublié d’ouvrir ma valise. Oublié mon téléphone. Oublié de faire la cuisine, oublié mon sac, mon ordi, oublié de me réveiller, et aussi parfois de m’endormir d’ailleurs.

Je crois que c’est ce qu’on appelle les vacances.

J’ai aussi un peu profité du fait que ma mère était tellement ravie de me voir qu’elle était parfaitement disposée à faire de mon séjour un enchantement de glandage intersidéral. Genre, je me lève, mon petit dèj est prêt. Et j’ai même pas besoin de le débarrasser.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et me voilà de retour, bronzée, psychanalysée*, reposée, avec du linge tout frais de cette bonne odeur dont seule ma mère a le secret, plié bien serré dans ma valise.

Ouais. Un océan d’amour. Écoeurant !

Heureusement que pour pimenter tout ça, mes soeurs étaient là. Je vous raconte demain ? Après promis je vous saoule plus jamais** avec ma famille. Bisou !

À peine posé le pied chez moi, en Corse, respiré un grand coup l’air du maquis, fait un câlin à ma famille et décidé que le paradis, c’était ici, j’ai absolument tout oublié.

J’ai oublié d’ouvrir ma valise. Oublié mon téléphone. Oublié de faire la cuisine, oublié mon sac, mon ordi, oublié de me réveiller, et aussi parfois de m’endormir d’ailleurs.

Je crois que c’est ce qu’on appelle les vacances.

J’ai aussi un peu profité du fait que ma mère était tellement ravie de me voir qu’elle était parfaitement disposée à faire de mon séjour un enchantement de glandage intersidéral. Genre, je me lève, mon petit dèj est prêt. Et j’ai même pas besoin de le débarrasser.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et me voilà de retour, bronzée, psychanalysée*, reposée, avec du linge tout frais de cette bonne odeur dont seule ma mère a le secret, plié bien serré dans ma valise.

Ouais. Un océan d’amour. Écoeurant !

Heureusement que pour pimenter tout ça, mes soeurs étaient là. Je vous raconte demain ? Après promis je vous saoule plus jamais** avec ma famille. Bisou !

*My mom is a therapist: she gets everything. And I’ll tell you that when you get that ominous, “But how ever are you, my dear?” you can expect to have four hours with her dissecting every last existential crisis in your life. On top of that, unlike my actual therapist, she makes coffee!  Haha!

**Liar

***The awesome little girl in the photos is named Nola, and when I saw her playing and dancing around in her little princess skirt on the beach Capo di Feno (Aaaaaahhhh… Capo di Feno = happiness in a name) (Okay, even if it’s a little weird), I totally melted. I think this was the only time during the entire vacation that I dared reach for my camera. Sometimes you need to know that there are moments that just never can be forgotten… Cheese!

****Not so fast, I am TOTALLY excited to be back with you.

*****And I want a little white skirt to wear with a blazer like what Stella McCartney does. Nola, when you finished playing with your skirt, you’ll hand it over, right? C’mon! Give it to me now!  Giiiiiiiiiiiiive it!  Oops. Here in Paris, gotta get back quick to adult life!!!

Big hugs!

Translation : Tim Sullivan

—-

*Ma mère est psy : elle comprend tout. Et je peux vous dire que quand elle envoie le fatidique “Alors, comment ça va ma chérie ?” elle a intérêt à avoir quatre heures devant elle pour disséquer avec moi tous les problèmes existentiels de ma vie. Et en plus, contrairement à ma vraie psy, elle fait le café. Héhé !

**Menteuse.

***La géniale petite fille sur les photos s’appelle Nola, et quand je l’ai vue jouer et danser avec sa jupe de princesse sur la plage de Capo di Feno (Aaaaaahh… Capo di Feno = le bonheur a un nom)(Ok, même s’il est étrange), j’ai complètement fondu. Cet instant est à peu près le seul de toutes les vacances où j’ai daigné lever mon appareil photo. Comme quoi quand on craque vraiment il y a des gestes qui ne s’oublient pas… Cheese !

****N’empêche, je suis TROP contente de vous retrouver.

***** Et je veux une petite jupe blanche en mousseline pour la porter avec un blazer comme chez Stella McCartney. Nola, quand t’as fini de jouer avec ta jupe, tu me la donnes ? Allez !!! Non mais viens ici tout de suite. Doooonneeeeeeeuh je te dis !!! Oups ! Allez, ici Paris, retour immédiat à la vie d’adulte !!!

Bisou !

—-

*Ma mère est psy : elle comprend tout. Et je peux vous dire que quand elle envoie le fatidique “Alors, comment ça va ma chérie ?” elle a intérêt à avoir quatre heures devant elle pour disséquer avec moi tous les problèmes existentiels de ma vie. Et en plus, contrairement à ma vraie psy, elle fait le café. Héhé !

**Menteuse.

***La géniale petite fille sur les photos s’appelle Nola, et quand je l’ai vue jouer et danser avec sa jupe de princesse sur la plage de Capo di Feno (Aaaaaahh… Capo di Feno = le bonheur a un nom)(Ok, même s’il est étrange), j’ai complètement fondu. Cet instant est à peu près le seul de toutes les vacances où j’ai daigné lever mon appareil photo. Comme quoi quand on craque vraiment il y a des gestes qui ne s’oublient pas… Cheese !

****N’empêche, je suis TROP contente de vous retrouver.

***** Et je veux une petite jupe blanche en mousseline pour la porter avec un blazer comme chez Stella McCartney. Nola, quand t’as fini de jouer avec ta jupe, tu me la donnes ? Allez !!! Non mais viens ici tout de suite. Doooonneeeeeeeuh je te dis !!! Oups ! Allez, ici Paris, retour immédiat à la vie d’adulte !!!

Bisou !