wm-j-p-delhomme-8
Stories

Career / Jean Philippe

The day Jean-Philippe Delhomme put up a portrait of Scott and me on his blog, I really thought I was going to faint.
After that, we met and became friends.

That said, I don’t think he realizes just how intimidated I am when I’m around him.

He’s one of a few artists that I put way up there, and one of those who I admire even more after I meet them. It’s a rare thing.

Le jour où Jean-Philippe Delhomme a fait un portrait de Scott et moi sur son blog, j’ai vraiment cru que j’allais m’évanouir.

Depuis, on s’est rencontrés, et on est devenus copains. Je ne crois pas qu’il se rende compte à quel point je suis intimidée quand je suis avec lui…

Il fait partie des artistes que je place très haut et que j’admire encore plus après les avoir rencontrés. C’est rare.

I loved his Polaroids of Jeunes Filles (Polaroids of Young Girls that he did for Glamour in the 90s. I loved his campaigns for Barney’s. I love his blog and his “Unknown Hipster” alter egocracks me up every day

So now The Unknown Hipster has a book coming out and you should do whatever you can to get your hands on a copy.

To mark the occasion, I asked Jean-Philippe if he’d be game for some shop talk at his studio in Buschwick.

We were so lucky… He said yes!

Would you consider yourself an illustrator? How do you define what you do?

That’s the most difficult question. I write, I also do paintings. So I’m an illustrator most of the time, but I also do other things. I think it’s not so important in the end. You draw and you paint, you live like an artist. That’s it. And sometimes it’s for clients, sometimes it’s for yourself.

How did you start?

I was at Les Arts Déco [a famous art school] in Paris. I went to a dinner once where somebody showed me some illustrations in magazines–I had never realized there were illustrations in magazines. I thought that was what I’d like to do, in magazines and posters.

So I was at Les Arts Déco, and I was doing paintings. But, what I was really going for, was to have work outside in the street.

So street art?

Not street art, but posters. Like the advertising posters of the 60s, when they were still painted. Raymond Savignac was one of the most famous poster artists, and I admire his work.

So it was work for people, sometimes for clients, but at the same time things everyone could see. To me it was important to be part of everyday life. People could see my work or not. It could be out for a while then gone. I just loved the fact that it was refreshed constantly. It’s what I love with magazines too. You do something and you never know who’s going to see it.

So how did you go there? Did you decide? Because me, I didn’t know anything. I didn’t go to Les Arts Déco, my parents didn’t want me to be an artist so they were like, “No no, you don’t study that.” So I taught myself. I was terrible. But someone had told me I had to go see art directors, so I did. I But I didn’t even really know what was an art director. So I made a portfolio and I went knocking at the doors without appointments or anything. And some art directors said, “No I don’t want to see you.” Some art directors said, “It’s not for our magazine but maybe you could do that or see that person.” So that’s how I started. How did you get your first job?

The very very first thing I did was little black and white drawings for Rock & Folk magazine because I was very much into music. There was a girl in the same atelier as me and she said, “My dad is an art director for Rock & Folk. You should go and see him.” So I went to Rock & Folk and met with this man. I was 22 or something like that. I was so excited to go to Rock & Folk magazine because I thought it was people you would never approach in your life. I thought these musicians would see my drawings, all of these naive things.

After that, I started working with colors and painting, and I did the same as you–I did a portfolio. I made hundreds of phone calls trying to see people.

Did you get depressed at some moment?

It sounds crazy, but I was excited by the whole thing. I did the same thing in London. Sitting on your hotel bed and at the end of the day while it’s getting dark, just making phone calls. They give you a hard time. But somehow people see you.

How do you deal, as an artist, with the highs and lows?

You know I don’t know, I just don’t think about it. You don’t want to think about it. I’m constantly looking for new things, getting some inspiration. I’ll start working on a book or start doing paintings, portraits, or I was doing the blog for a long time.

One thing is for sure, you should never wait. If you wait, it’s like you’re stuck somewhere, it’s very bad. So it’s just always trying to keep yourself moving, even if you think you should go in a different direction.

What about the money? Do you always succeed in making it work or is it something that’s not so important to you?

The first years it was quite uncertain, but after a couple of years I was lucky to have enough work. But also, I think if I had been staying in France it would not have been this way. I loved the idea of the life of a photographer. If you’re a photographer you’re not stuck in one place, you move you go and see what people are like. And you can travel with your work, and that’s what I was interested in. I wasn’t interested at all at being in my studio in my home in Paris.

But sometimes you have to do commercial jobs, right?

Of course. If it’s only for the money, honestly it never works. If you feel you’re doing something for the money, you shouldn’t do it. Unless you don’t have anymore money and you really need it no matter what, it’s better than to kill somebody. (laughs)
It’s not a good way to start a job really. You have to be interested by something and feel you could do something interesting. Also, because the next job depends on that.

When I started doing illustration I realized I was spending all of my life in front of my desk, but I’m a very social person! And I thought I was going to be totally depressed because of how lonely it was. That’s when I opened the blog. So how do you go about meeting people? You connect a lot with artists, you have a lot of friends who are writers and everything. And I can feel you get a lot of inspiration from the world you’re living in. And I think it’s very smart what you say, that you need to move around and go. But how do you proceed? How do you do that? It can be a very lonely job.

Yes, it can be very lonely. In fact when you work it actually has to be very lonely because if you’re painting or drawing you cannot paint while talking on the phone at the same time. So you have to accept isolation, which is hard to do but it’s the only way.

But if you’re interested in what you do, then it’s not so hard. If I’m on a project I’m very interested in I don’t mind being isolated.

But I like to meet people when I’m traveling. It’s harder to meet people in Paris. It’s more difficult because of the French people are difficult to meet with as a people. But in the end, you realize you have more friends than you thought.

Do you go out a lot? Have you ever been feeling like you’re on the scene?

No, never. I’ve never been part of something, really. I was feeling uncomfortable about it, thinking why am I not part of the fashion crowd…but I found out that I don’t really like it. I never found a family where I’d be so happy to be in. I’ve never been in a circle or part of a trade. But I think the most interesting are the people who can navigate from one sphere to another.

I think it’s good because you’re able to take a step back from that world.

I always feel slightly outside, like why don’t you let me in. But it’s not necessarily bad.
[The first phrase of The Unknown Hipster says, "Information without the invitations, which I find hilarious.]

What’s your dream project?

The dream project is working with somebody that you really get on well with. Of course if there’s some money it’s even better. It’s very hard to do something if you’re not in the same spirit or you don’t share the same sense of humor.

I think one of the very distinctive things about your work is a sense of humor, but it’s more like there’s a certain tone in your writing. Is it something that came to you very naturally? Because your first illustrations that I discovered where the ones in French Glamour. It was polaroids of young women. It’s hilarious.

The editor in chief of Glamour at the time said if you want to do something in the magazine, just have a page. And I looked for ideas for a long time, then I had this idea of the polaroid. It seems very old now, but at the time people loved to have polaroids of themselves. You could go somewhere and they’d have polaroids of themselves hanging everywhere.

It was like Facebook.

It was like Facebook, it was like Instagram. And polaroids were sort of magnifying people’s lives. It was the beginning of all of these things, branchée [connected, cool] or not.

It was the beginning of when magazines had these contributors pages. People saying, “I’m always between Paris, Tokyo, and New York,” or, “I only wear Comme des Garcons shirts or made to measure things,” or, “I only have Starck furniture in my apartment.” It was so ridiculously pretentious. And I was in a completely different world, it was something you’d never say. And of course it went bigger and bigger.

Now it’s an explosion of that.

And now you don’t even have to have a specific reason to be like that you can just do this on your Facebook page. And millions of people do it. So that gave me the idea of doing Polaroid de Jeunes Filles [Polaroids of Young Girls] and making little jokes, like portraits of the readers. Girls reading the magazine, describing themselves in a slightly kind of pretentious way or slightly naive.

How did you get into the art world? Because it’s very present in your work.

I’ve always been very much interested in art, and in culture.

I think what is interesting is your point of view about that. It’s not just: I’m interesting, it may be: I’m interested. It’s also I have a point of view on it and I’m able to make fun
of it.

That’s what I like with drawings or pairings or even illustration. It’s saying something, having a point of view, showing things in a certain way. I like the idea that some people see a drawing and you’re talking to them. They know you’re sharing the same idea about a certain aspect of life or a certain kind of people.

I think with each one of your paintings you open a door to your world, it’s great. You really say something about your time.

I think if you do things about your time you can’t get bored. Because it’s always changing, it’s not like you’re stuck in the 60s or 70s and same with photography. But some photographers don’t do that, some photographers are photographers of a certain period of time.

Yes, true! And that’s the problem for a lot of artists. I think it’s a little bit like Karl Lagerfeld says, you have to stay interesting. It’s not easy for everybody.

No, but I think it’s something you don’t have to, it’s not a good idea to think about staying interesting, you just have to stay interested.You have to stay interested and not care about being interesting.

When you started there was no internet and all this stuff. I mean, when I started there was no internet really. What did internet change in your life as an artist?

When I started it was just the fax. Not even when I started, the fax came after.

But yes, it’s true. It’s a great thing. Because usually, before it existed, you’d do a project and you would wait for 2 years before having some feedback and you feel like you’re working on your own for a long time. So it’s true that the blog is nice because it’s like sending small messages every day.

How did the idea come? Were you reading some blogs?

Yes, before that I was much inspired by magazines. I loved to do things that were sort of a parody of magazines or playing with the idea of magazines. And I thought I was going to do something with blogs. I thought I was going to do a parody of blogs.

You know I illustrate all my things on the computer. Have you ever tried to use a graphic tablet?

I do it to retouch my drawings. I have an iPad with the application for drawing but I don’t like it very much.

Because your technique mostly for the illustrations is gouache?

Yes, I think it’s so much nicer to use paper and gouache or water because it’s always different. It never works the same. I buy the same paint, the same paper, but the water is obviously not the same in New York as in Paris. Even day to day it doesn’t work the same. Sometimes it works very well, sometimes it works like shit. It’s very hard and same with the brushes. I like the idea of using those things. It’s kind of a luxury to get this beautiful paper, this beautiful gouache.

How do you know when one of your illustrations or paintings is shit and you have to toss it?

You just feel it of course! Sometimes I do it right from the start, but sometimes I do different versions and some days I don’t like it so I do it until it has the right balance.

What are your inspirations?

The painter that inspired me the most was David Hockney from the start. And I’m also very inspired by Lucien Freud. I so much love his project, not necessarily all of his paintings, but the whole thing. Painting people, doing portraits. I’m very interest by all the painters who have been painting women mostly.

And the photographers of course. Saul Leiter. Bruce Davidson was a big inspiration for me from the early 70s, especially a book called Subway. It was a book of pictures he did in the subway and to me everything was there: the graffiti, the big city, the people, the body, the faces, the landscape. To me it was a beautiful book.

Can you give advice to somebody who is looking up to you and wants to become an illustrator?

If I had any advice it would be to meet as many people as you can.

Prints from The Unknown Hipster are currently on view at Colette, through January 6th. Jean Philippe will be signing books at Colette on December 15, from 4-6pm.

J’ai adoré ses Polaroïds de Jeunes Filles dans le Glamour des 90′s. J’ai adoré ses campagnes pour Barney’s. J’adore son blog et son alter ego the Unknown Hipster me fait hurler de rire.

Et bien voilà, The Unknown Hipster vient de sortir un livre et il faut que vous le lisiez à tout prix.

À cette occasion, j’ai demandé à Jean-Philippe s’il serait d’accord pour qu’on ait une conversation autour de son travail. Et que je lui rende visite dans son studio de Bushwick.

Il a dit yes, et yes. On a trop de chance.

Te considères-tu comme un illustrateur ? Comment définis-tu ce que tu fais ?

Ce n’est pas une question facile. J’écris, je peins aussi. Je suis donc illustrateur la plupart du temps, mais je fais aussi d’autres choses. Je pense qu’au bout du compte, ce n’est pas le plus important. Tu dessines, tu peins, tu vis comme un artiste. C’est tout. Parfois tu travailles pour des clients, d’autres fois c’est pour toi-même.

Comment as-tu débuté ?

J’étais aux Arts Déco à Paris. Un jour, je suis allé à un dîner où on m’a montré des illustrations de magazines – je n’avais jamais réalisé qu’il y avait des illustrations dans les magazines. Je me suis dit que c’était ce dont j’avais envie, faire des illustrations pour les magazines et aussi des affiches.

Du street art, donc ?

Non, pas du street art, mais des affiches. Comme les affiches publicitaires des années 60, quand elles étaient encore peintes. Raymond Savignac était l’un des plus célèbres affichistes, et j’admire son travail.

Les affiches, c’était un travail pour les passants, parfois une commande pour des clients, mais à chaque fois, quelque chose que tout le monde pouvait voir. Pour moi, c’était important de faire partie de la vie quotidienne. Les gens pouvaient voir mon travail, ou pas. Ça pouvait rester dehors pendant un temps puis disparaître. J’aimais l’idée que ça se renouvelle sans cesse. C’est aussi ce que j’apprécie avec les magazines. Tu fais quelque chose et tu ne sauras jamais qui le verra.

Comment es-tu arrivé là ? L’as-tu décidé ? Parce que moi, je n’y connaissais rien. Je n’ai pas fait les Arts Déco, mes parents ne voulaient pas que je sois artiste, ils étaient du genre : « Non, non, tu n’étudieras pas ça. » Alors j’ai appris seule. J’étais nulle ! On m’a conseillé d’aller voir des directeurs artistiques, donc c’est ce que j’ai fait. Mais je savais à peine ce qu’était un directeur artistique. Alors j’ai fait un portfolio et je suis allée frapper aux portes, sans rendez-vous ni rien. Certains directeurs m’ont dit : «Non, je ne veux pas vous voir.» Et d’autres : « Ça ne convient pas à notre magazine, mais vous pourriez peut-être faire ceci ou voir cette personne-là. » C’est comme ça que j’ai commencé.
Et toi, comment as-tu décroché ton premier job ?

La toute première chose que j’ai faite, c’était de petits dessins en noir et blanc pour Rock & Folk, parce que je m’intéressais beaucoup à la musique. Une fille qui travaillait dans le même atelier que moi m’a dit : « Mon père est directeur artistique chez Rock & Folk. Tu devrais aller le rencontrer. » Alors je suis allé chez Rock & Folk. J’avais environ 22 ans. J’étais excité d’aller là-bas parce que c’était des gens que je n’aurais jamais imaginé approcher. Je pensais que ces musiciens allaient regarder mes dessins, des choses naïves, comme ça…

Après ça, j’ai commencé à travailler la couleur et la peinture, et j’ai fait comme toi, un portfolio. J’ai passé des centaines de coups de fil pour essayer d’obtenir des rendez-vous.

T’es-tu parfois senti découragé ?

Ça peut paraître fou, mais j’étais excité par tout ça. J’ai fait la même chose à Londres. Juste passer des coups de fil. C’est des moments difficiles. Mais un jour ou l’autre, les gens finissent par te voir.

Comment, en tant qu’artiste, gères-tu les hauts et les bas ?

En fait, je n’en sais rien, je n’y pense pas, c’est tout. Tu n’as pas envie de penser à ces choses-là. Je suis constamment à la recherche de nouvelles choses, en quête d’inspiration. Je commence à travailler sur un livre ou bien je vais me mettre à faire des tableaux, des portraits. Et depuis un long moment, je tiens un blog.

Une chose est sûre, il ne faut pas passer sa vie à attendre. Attendre, c’est être bloqué, c’est mauvais. Il faut essayer de rester en mouvement, même si c’est pour partir vers une direction nouvelle.

Et l’argent ? Tu réussis toujours à ce que ça fonctionne ou bien ce n’est pas important pour toi ?

Les premières années, c’était assez fragile mais après quelques temps, j’ai eu la chance d’avoir assez de travail. Par contre, je pense que si j’étais resté en France, ça ne se serait pas passé de la même façon. J’aime l’idée de vivre comme un photographe. Si tu es photographe, tu n’es pas attaché à un endroit précis, tu te déplaces, tu bouges et tu vois comment sont les gens. Et puis tu peux voyager avec ton travail, et c’est une idée qui me plaisait. Ça ne m’intéressait pas du tout de rester dans mon studio, dans ma maison à Paris.

Parfois, tu dois bien accepter de faire des jobs commerciaux, non ?

Bien sûr. Mais si c’est seulement pour l’argent, honnêtement, ça ne fonctionne jamais. Si tu sens que tu fais quelque chose pour l’argent, tu ne devrais pas le faire. A moins, bien sûr, de ne plus avoir d’argent et d’être dans le besoin, c’est quand même mieux que de tuer quelqu’un ! (rires)

 

Plus sérieusement, je ne pense pas que ce soit la meilleure façon de commencer un job. Tu dois être intéressé par ce qu’on te propose et sentir que tu pourrais en faire quelque chose d’intéressant. Et puis, il ne faut pas oublier que ton prochain job en dépend.

J’écoute beaucoup de musique et si un musicien que j’apprécie sort un disque épouvantable, je me sens mal pour lui. Tu n’as pas envie de faire un truc minable. L’essentiel, c’est d’arriver à faire des choses dont tu es satisfait et que tu peux montrer aux gens que tu apprécies.

Quand j’ai commencé à faire des illustrations, j’ai réalisé que je passais ma vie assise à mon bureau, alors que je suis une fille très sociable. Je me suis dit que j’allais finir totalement déprimée à force d’être isolée.

C’est à ce moment-là que j’ai ouvert le blog. Et toi, comment fais-tu des rencontres ? Tu fréquentes beaucoup d’artistes, tu as beaucoup d’amis qui sont écrivains. Et je devine que tu puises beaucoup d’inspiration dans le monde dans lequel tu vis. Je trouve que ce que tu dis est très intelligent, voyager, se déplacer. Mais comment procèdes-tu ? Comment réussis-tu à faire ça ? Ça peut être un job tellement solitaire.

Oui, tu peux te sentir vraiment isolé. En fait, quand tu travailles, la solitude est nécessaire parce que si tu peins ou si tu dessines, tu ne peux pas le faire en parlant au téléphone en même temps. Tu dois donc accepter cet isolement, c’est difficile mais c’est la seule façon d’y arriver.

Mais si tu t’intéresses à ce que tu fais, alors ce n’est plus si dur. Si je travaille sur un projet qui me passionne, je me moque d’être isolé.

Mais j’aime rencontrer des gens quand je voyage. C’est plus difficile de faire des rencontres à Paris. C’est plus compliqué parce que les Français ne se laissent pas approcher facilement. Mais finalement, tu réalises que tu as plus d’amis que tu ne le crois.

Tu sors beaucoup ? Est-ce que tu t’es déjà senti appartenir à une bande, à une scène ?

Non, jamais. Je n’ai jamais appartenu à quoi que ce soit, vraiment. Ça me mettait mal à l’aise au début, je me demandais pourquoi. Puis j’ai réalisé qu’en fait, ça ne me plaisait pas tant que ça. Je n’ai jamais trouvé une bande à laquelle j’aurais eu envie d’appartenir. Je n’ai jamais appartenu à un cercle ou fait partie d’un groupe. Mais je pense que les gens les plus intéressants sont ceux qui sont capables de passer d’un milieu à un autre.

C’est bien, parce que tu es capable de prendre du recul par rapport à ce monde-là.

Je me suis toujours senti un peu en marge, du genre «Pourquoi ne me laissez-vous pas entrer ?» Mais ce n’est pas forcément une mauvaise chose.

[La première phrase de The Unknown Hipster dit : « L'information sans les invitations », je trouve ça à mourir de rire.]

Quel est ton projet idéal ?

Le projet idéal, c’est travailler avec quelqu’un avec qui tu t’entends vraiment bien. Évidemment, s’il y a un peu d’argent, c’est encore mieux. C’est vraiment difficile de faire quelque chose si tu n’es pas dans le même état d’esprit ou si tu ne partages pas le même sens de l’humour.

Une des choses les plus caractéristiques de ton travail, c’est ton sens de l’humour, mais c’est surtout ce ton très particulier qu’on perçoit dans ton écriture. Est-ce quelque chose qui t’est venu très naturellement ? Parce que les premières illustrations que j’ai découvertes, c’était celles du Glamour français. C’était des polaroids de jeunes femmes. C’était à mourir de rire !

Le rédacteur en chef de Glamour, à l’époque, m’a dit : « Si tu veux faire quelque chose dans le magazine, je peux te donner une page. » J’ai cherché des idées pendant un moment, et puis j’ai eu l’idée des polaroids. C’est vieux maintenant, mais à ce moment-là, les gens adoraient avoir des polaroids d’eux-mêmes. Tu allais n’importe où et à chaque fois, les gens avaient des polaroids d’eux-mêmes accrochés partout.

C’était comme Facebook.

Oui, comme Facebook, comme Instagram. Les polaroids glorifiaient la vie des gens, en quelque sorte. C’était le début de toutes ces choses, t’étais branché ou pas branché…

Dans les magazines, c’était le début des pages réservées aux collaborateurs. Des gens disaient : « Je suis toujours entre Paris, Tokyo et New York. » ou « Je ne porte que des chemises Comme des Garçons ou du sur-mesure. » ou « Je n’ai que du mobilier Starck dans mon appartement. » C’était si ridiculement prétentieux ! J’évoluais dans un monde complètement différent, on n’aurait jamais tenu de tels propos. Et bien sûr, tout ça s’est accentué.

Et maintenant, c’est un vrai raz-de-marée !

Oui, maintenant, tu n’as même plus à avoir une raison particulière pour être comme ça, tu peux faire ça sur ta page Facebook. Des millions de personnes le font. C’est ça qui m’a donné l’idée de Polaroid de jeunes filles, des sortes de portraits de lectrices, sur un mode humoristique. Des filles qui liraient le magazine et se décriraient elles-mêmes d’une façon un peu prétentieuse ou un peu naïve.

Comment es-tu entré dans le monde de l’art ? C’est très présent dans ton travail.

J’ai toujours été très intéressé par l’art, et par la culture.

Ce qui est intéressant, c’est ton point de vue. Ce n’est pas juste, « ça m’intéresse, ça pourrait être intéressant », c’est aussi « j’ai un point de vue sur ça et je suis capable d’en rire.»

C’est ce que j’aime avec les dessins, la peinture et même les illustrations. Ça dit quelque chose, ça véhicule un point de vue, montre les choses sous un certain angle. J’aime l’idée que certaines personnes voient un dessin et qu’à travers lui, tu leur parles. Ils savent que tu partages les mêmes idées qu’eux à propos de certains aspects de la vie ou d’une certaine catégorie de personnes.

J’ai l’impression qu’avec chacun de tes tableaux, tu ouvres une porte sur le monde qui t’entoure, c’est génial. Tu dis vraiment quelque chose sur ton époque.

Je crois que si tu fais des choses sur ton époque, tu ne peux pas te lasser. Parce que c’est un changement perpétuel. Ce n’est pas comme si tu étais coincé dans les années 60 ou 70. Et c’est la même chose pour la photographie. Malheureusement, certains photographes ne font pas ça, certains photographes sont les photographes d’une seule et même période.

Absolument ! Et c’est le problème de beaucoup d’artistes. Je pense que c’est un peu ce que dit Karl Lagerfeld : tu dois juste rester intéressant. Et ce n’est pas facile pour tout le monde.

Effectivement, mais je pense que c’est quelque chose que tu ne dois pas te sentir obligé de faire, ce n’est pas une bonne idée de penser à rester intéressant, tu dois juste rester intéressé. Rester intéressé et ne pas te soucier de rester intéressant.

Quand tu as commencé, Internet n’existait pas. Quand j’ai commencé, Internet n’en était qu’à ses débuts. En quoi cela a-t-il changé ta vie, en tant qu’artiste ?

Quand j’ai commencé, il n’y avait que le fax. Non, en fait, les premiers temps, le fax n’existait même pas, il n’est arrivé qu’après.

Mais c’est vrai, c’est quelque chose de fabuleux. Parce qu’avant que ça existe, quand tu travaillais sur un projet, c’était habituel d’attendre 2 ans avant d’avoir un feedback et tu avais l’impression de travailler seul pendant de longs moments. Alors c’est vrai que ce blog, c’est agréable, parce que c’est un peu comme envoyer des petits messages tous les jours.

Comment l’idée est-elle née ? Tu lisais des blogs ?

Oui. Avant ça, j’étais plutôt inspiré par les magazines. J’aimais faire des genres de parodies de magazines, ou jouer avec l’idée-même de magazine. Et je me suis dit que j’allais faire quelque chose avec les blogs. Je pensais faire une parodie des blogs.

Je fais toutes mes illustrations sur ordinateur. As-tu déjà essayé d’utiliser une tablette graphique ?

J’utilise une tablette pour retoucher mes dessins. J’ai un iPad avec une application pour le dessin, mais ça ne me convient pas.

Parce que tu utilises principalement la gouache, dans tes illustrations ?

Oui, je pense que c’est bien plus agréable d’utiliser du papier et de la gouache ou de l’eau, parce que c’est toujours différent. Ça ne fonctionne jamais deux fois de la même façon. J’achète la même peinture, le même papier, mais l’eau n’est évidemment pas la même à New York et à Paris. Même d’un jour à l’autre, ça ne fonctionne pas de la même façon. Parfois ça marche très bien, parfois ça déconne. C’est aussi très compliqué avec les pinceaux. J’aime l’idée d’utiliser ces choses. C’est une sorte de luxe d’utiliser ce papier magnifique, cette superbe gouache.

Comment te rends-tu compte qu’une de tes illustrations ou un de tes tableaux est nul et que tu dois le jeter ?

Je le sens, c’est tout ! Parfois, je le fais dès le début, mais d’autres fois, je fais plusieurs versions et quelquefois, ça ne me convient toujours pas donc je recommence jusqu’à ce que je trouve l’équilibre.

Quelles sont tes influences majeures ?

Le peintre qui m’inspire le plus, c’est David Hockney, depuis le début. Je suis aussi très inspiré par Lucian Freud. J’admire tellement son œuvre, pas forcément tous ses tableaux, mais son œuvre dans sa globalité. Peindre des gens, faire des portraits. Je suis passionné par tous les peintres qui peignent essentiellement des femmes.

Et les photographes, bien sûr ! Saul Leiter. Bruce Davidson a aussi été une grande source d’inspiration pour moi depuis le début des années 70, surtout son livre intitulé Subway. C’est un livre de photos qu’il a prises dans le métro et pour moi, tout est là : les graffitis, la métropole, les gens, les corps, les visages, le paysage. C’est un livre magnifique.

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui admire ton parcours et veut devenir illustrateur ?

Si je n’avais qu’un conseil à donner, ce serait de faire un maximum de rencontres. Tu finiras forcément par rencontrer les gens avec qui tu pourras faire des choses intéressantes.

En décembre, Colette célèbre l’illustration avec le Unknow Hipster Diaries de Jean-Philippe Delhomme, une créature énigmatique, explorant, au gré de dérives aléatoires, les écosystèmes du New York branché.
colette vous fait la promesse d’une plongée au cœur de la branchitude, avec une sélection de silhouettes masculines inspirées du livre. Rencontre et signature le samedi 15 décembre de 16h à 18h.

Traduit de l’anglais par Frédérique Péan


You may also like

  • Chill
    Stories
    Chill
  • Career / Nicolas Ouchenir
    Stories
    Career / Nicolas...
  • Career / Tim Goodman
    Stories
    Career / Tim Goodman
  • Career Advice from Kristy
    Stories
    Career Advice from...

60 comments

Add yours
  • Elisa December, 6 2012, 9:08 / Reply

    Une interview tres intéressante, merci! J’aime le fait qu’il parle de son travail, mais aussi de la maniere dont il est inspiré, de ses difficultés, de la maniere dont il se socialise… Garance, tu es une tres bonne intervieweuse car tu réussis a degager des perles d’information et de perspectives des personnes que tu rencontres.

    Elisa – Wandering Minds fashion
    blog.ourwanderingminds.com

  • andreea December, 6 2012, 9:08

    he’s so good! thank you, garance! :)

    http://lilaesthete.wordpress.com/

  • Serdane December, 6 2012, 9:18 / Reply

    J’adore cette interview. Je suis aussi passionné par son travail et c’est une vrai source d’inspiration.

    http://www.younglington.wordpress.com

    http://www.thefashionmellow.tumblr.com

  • Laetitia December, 6 2012, 9:21 / Reply

    C’est intéressant de lire une interview de lui, je l’imaginais pas du tout comme ça ! Je l’imaginais beaucoup moins accessible en fait !

    Par contre, son ouvrage sur Amazon Fr, c’est pas possible ! Il est à 160 € alors qu’il est vendu 45 dollars sur Amazon Us ! Le vendeur doit bien se faire plaisir là ! ;)

    Belle journée ! :)

  • Martine December, 6 2012, 9:21

    Laetitia, le livre sera en vente ce weekend chez Colette, et après ça chez 0fr pour bien moins cher!

  • en-mode-parisienne December, 6 2012, 9:31 / Reply

    Une belle découverte ! J’aime beaucoup son travail à la gouache. Personnellement je pense que cette méthode donne aux illustrations un supplément d’ame. Une belle interview pour commencer la journée ! Merci Garance !

    http://en-mode-parisienne.com/

  • Claudia December, 6 2012, 9:31 / Reply

    He looks so likable! Would like to meet him and take a course with him.

    http://www.cforstyle.blogspot.com

  • Monsieur J December, 6 2012, 9:37 / Reply

    Quelle découverte! Merci.
    A la question: Tu sors beaucoup ? Est-ce que tu t’es déjà senti appartenir à une bande, à une scène ?
    Sa réponse est celle que j’ai jamais su donner.
    J’ai étudier dans la ville la plus alternative de Suisse et peut-être plus loin. Tout y fonctionne par bande si tu rentres pas dans un cercle tu n’est personne et j’entretien toujours une relation amour et haine avec cette ville. Une soirée de temps à autre mais surtout une virée dans toutes ses brocantes.

  • Clara December, 6 2012, 9:41 / Reply

    J’adore ces portraits d’artistes! Un regard enrichissant et éclairant sur sa démarche, sur ses démarches… Créer avec un sens de soi!!!! Que dire mieux! Un mantra à retenir!!! Merci Garance!

  • Clay Affair December, 6 2012, 9:46 / Reply

    Thanks Garance. I absolutely admire him.

  • Jennifer Lafontan December, 6 2012, 10:04 / Reply

    Super interview pour quelqu’un d’intimidé ;))
    j’aime particulièrement sa phrase, qui pour moi est est vraiment pertinente :
    “Tu dois rester intéressé !”
    Il a tout dit ;)
    Bises
    jennifer

  • Judith A. Ross December, 6 2012, 10:07 / Reply

    Garance, you’ve really captured the zeitgeist with this interview. I feel as though Jean Philippe is speaking directly to me. As a writer, mother, and breadwinner, so much of my past work was about the money. So now that publishing no longer pays writers the way it used to, I’ve been freed in some way to just do the writing I care about.

    And, as it happens, I love writing about artists. You can see some of my pieces at Talking Writing, an online magazine. Here’s a link to my archive: http://talkingwriting.com/category/column/talking-art/

    Thanks for this post, it really means a lot to me. If it were in print, I’d probably wear out the pages reading and re-reading it.

  • lili tebaldi December, 6 2012, 10:13 / Reply

    Superbe interview, je retrouve l atmosphere qui me plait tant sur ton blog!j avoues ces dernier temps je ne m y retrouvais plus…trop trendy pour moi
    baci
    L
    Chic ton manteau gris avec ce pull rouge!

  • Rami December, 6 2012, 10:30 / Reply

    Garance, I saw his book last weekend and was so intrigued by it and there he is, I get to meet him through your blog! Thank you!

  • Nomadic D December, 6 2012, 10:33 / Reply

    I love these interviews you do where people talk about their careers, how they got started and what their path has been like. It’s always so exciting and inspiring! As someone who is currently trying to change my path, I really appreciate hearing about roads others have taken. Keep them coming!

    http://nomadic-d.blogspot.com

  • chantal December, 6 2012, 10:35 / Reply

    this was one of the best career interview segments yet! thank you.

  • Sevan December, 6 2012, 10:52 / Reply

    “You have to be interested not being interesting…” Tout est dit dans cette super interview.
    L’essence de l’Artiste…..

  • Lilly Day December, 6 2012, 11:08 / Reply

    J’ai adoré cette interview. C’est réellement intéressant de comprendre comment un artiste travaille, vit, ressent les choses. Ou comment il a démarré, les difficultés, la passion, tout ce qui fait qu’il en est là aujourd’hui. On a vraiment l’impression de rentrer dans son univers, c’est incroyable. Je connaissais déjà son travail, mais pas son blog, ni vraiment l’homme qui était derrière ce travail, et c’est une jolie découverte, merci !

  • ShezShe December, 6 2012, 11:30 / Reply

    Une belle interview pour terminer la journée :) belle photo aussi, on se croirait près de la mer….

  • Gigi December, 6 2012, 11:31 / Reply

    Oooh que dire??? Suis bluffée, emballée…cet homme dont j’admire l’oeuvre a une telle sagesse. Pour moi illustre dessinatrice inconnue, cette interview est du pain béni, elle me donne envie de persévérer et de continuer á suivre on instinct….merci Garance, super entretien! …xxx

  • g31 December, 6 2012, 11:34 / Reply

    Bonjour Garance

    Je suis une fidèle du blog depuis sa création ! je pars ,m’envole pour NY fin janvier , cela fait 10 ans que je n’y suis pas retournée … séjour shopping et détente … comme il me semble que l’on se connait depuis longtemps ! je me permets de te solliciter pour quelques jolies adresses auxquelles nous pourrions nous rendre et quel produits ramener qui n’exitent pas en France !!!(important!!!!!)
    Si tu as quelques minutes à me consacrer , je serais ravie , nous avons 6 jours …dormons au Bowery (c’est bien , tu penses ?!)curieux de nouveautés (ns travaillons ds le textile !)…
    un grand merci pour ton aide
    un grand bravo pour ton blog
    un grand joyeux noël
    un grand baiser aussi

    Bien à toi

  • Cece December, 6 2012, 11:45 / Reply

    I loved reading this! This would have been a great ‘Pardon my French’ video too!

  • Angela December, 6 2012, 12:29 / Reply

    What can I say, such great conversation I could have kept on reading with no ending. Fantastic!

  • Loré December, 6 2012, 12:31 / Reply

    i absolutely adore him! how lucky to interview him, and what a great interview, you really asked some great questions….ones that we would all love to ask, if we got the chance to meet him…thank you!

  • Fredibou December, 6 2012, 12:56 / Reply

    Génial cet interview !
    Ça me donne envie de remettre le nez dans ma collection de Glamour des 90′s que je garde précieusement malgré les déménagements, mon mari, la poussière …
    Merci de continuer à me faire rêver !

  • Paris in Four Months December, 6 2012, 12:59 / Reply

    It’s so fun to read about the people that you “put way up there” since you’re one of the people that I “put way up there” :)

    Best,
    Carin

  • Judith December, 6 2012, 1:01 / Reply

    Garance,
    Merci beaucoup pour cet interview inspirant!
    Je m’en souviens encore très bien quand The Unknown Hipster a publié le portrait de toi et Scott sur son blog – c’est là que je l’ai vu (et reconnu) d’abord, et puis peu après j’ai lu ton post ici, quand tu avais découvert le portrait! :)
    J’adore ton blog, il est inspirant et encouragant à la fois! Continues comme ça!
    xx Judith

  • MilaEve December, 6 2012, 1:15 / Reply

    Hahahaha ! c’est la première fois que je vois des questions d’interview aussi longues que les tiennes !!!
    J’adore !

  • Jenny December, 6 2012, 1:16 / Reply

    Un vrai artiste !
    Merci pour cette belle découverte, je le connaissais pas et je suis ravie de le découvrir………
    Vraiment merci.

    http://www.galerie-chic.fr/

  • Judith December, 6 2012, 1:36 / Reply

    Garance,
    Merci pour cet interview inspirant!
    Je m’en souviens bien quand The Unknown Hipster a publié le portrait de toi et Scott sur son blog – c’est là que je l’ai vu d’abord, puis peu après j’ai lu ton post ici! :)
    J’adore ton blog, il est inspirant et encouragant à la fois! Continues comme ça!
    xx Judith

  • Nini Piccola December, 6 2012, 1:55 / Reply

    I absolutely love him! I wish he would post on his blog more often sometimes it doesn’t get updated for months but I guess he’s busy! He’s so talented and humble and I appreciate he doesn’t take part in the “scene”…
    “Stay interested” everybody!!!

  • Virginia L December, 6 2012, 2:22 / Reply

    Thanks a lot. Very interesting

  • Benedicte December, 6 2012, 3:48 / Reply

    Cet homme est charmant ! Quand j’étais jeune, j’avais été invitée dans son atelier parisien et il m’avait offert 2 petites illustrations qui sont toujours sur mes murs et que j’adore. J’aime son trait, son utilisation de la couleur et sa vision de l’époque.

  • Sophia December, 6 2012, 4:11 / Reply

    Dear Garance,

    Your blog inspires me so much! Very often I think about what I should do with my life, for what boring job I should settle, and then I read your blog and I’m totally inspired again and confident that I can succeed in my crazy ideas about art and fashion and life. I love love love what you do! Keep on going, Garance, you are an inspiration to me!

    Bisous, Sophia

  • Kahena Ben Achour December, 6 2012, 4:32 / Reply

    Garance,

    “Lorsque j’ai commencé, internet n’en était qu’à ses débuts” … Tu charries un peu :-) Internet est né avant que tu ne naisses (pour simplifier, on parle souvent du 1er janvier 1970) et les blogs existent depuis au moins 2002 (premier référencement sur Yahoo! France).
    Gros bisous

  • Hannah December, 6 2012, 4:32 / Reply

    This is fantastic–one of the most inspiring interviews you’ve posted. Thanks for sharing!

  • Nadia December, 6 2012, 5:28 / Reply

    Merci Garance du partage , rencontre intéressante et enrichissante.

  • Camille December, 6 2012, 6:04 / Reply

    wow this was great. i loved what he said

    “One thing is for sure, you should never wait. If you wait, it’s like you’re stuck somewhere, it’s very bad. So it’s just always trying to keep yourself moving, even if you think you should go in a different direction”

    its true. I hate to admit, it can take years to get unstuck because it can take years to get the courage to move again.

    ?brilliant

  • Betsy December, 6 2012, 6:49 / Reply

    Very helpful interview especially for us who want to become fashion illustrators!

    http://suspironews.blogspot.com/

  • aloÿse December, 7 2012, 1:51 / Reply

    Merci Garance por cette interview passionnante.

  • Nathalie December, 7 2012, 4:18 / Reply

    Continue d’interviewer les gens que tu aimes, Garance, cela se sent dans tes écrits.
    Cette conversation a ce petit supplément d’âme qui nous donne l’impression de boire un café avec vous.
    D’autre part, elle est évidemment très enrichissante.

    Merci,
    Nathalie

  • McKenzie December, 7 2012, 4:21 / Reply

    He seems like such a happy and genuine guy, and it shows in the photo! Seems to love what he does and does it well too :)

    http://currentlylovingblog.blogspot.com/

  • emilia December, 7 2012, 7:27 / Reply

    Ahhh,the charme of intelligent,anti-snobbish,a little bit shy man-i like him,his blog,his point of view on the things!

  • Rebecca December, 7 2012, 8:52 / Reply

    Hello Garance!

    I have been following your blog for many year’s now, but have been to intimidated to leave a comment.
    I really loved this piece and it is such a wonderful world to fall into for those precious moments that it takes to enjoy someones else’s story, when your own is far from what your working so hard to get achieve.

    I just want to say thank you for posting it. I feel I know you quite well now but of course I do not, so I apologize if this comment appears a little crazy!

    Take care and I really look forward to your next post as always.
    I wish I had you bravery.

    Rebecca

  • ainhoa December, 7 2012, 12:40 / Reply

    nice interview, thanks! (il est comment l’eau à NY :) ?

  • Florence December, 7 2012, 12:57 / Reply

    Génial !

    Je suis un peu plus jeune que toi, dans les années 90 je ne lisais pas Glamour, je lisais “Je Bouquine”, et Jean-Philippe Delhomme en avait illustré un numéro, celui qui contenait le récit “Moi, Appaloosa” (une histoire d’orphelin qui, fuguant, allait vivre dans une tribu indienne à l’Ouest des Etats-Unis!), dont j’avais particulièrement adoré, adoré les illustrations, qui m’avaient très fortes impressions : c’était tellement différent des illustrations habituelles. Quel émotion (et quel plaisir) d’avoir trouvé son blog “sur le grand Internet”, complètement par hasard, il y a quelques années : impossible de ne pas reconnaître son style, je ne pensais pas connaître cette bouffée de souvenir un jour en surfant négligemment sur le net… De passage chez mes parents, je me suis ruée sur les Je Bouquine qui avaient survécu aux années, bien sûr celui-ci avait été précieusement gardé : j’en aimais tant les illustrations ! Voilà, je ne sais pas si Jean-Philippe lira les commentaires à cet article, mais qu’il sache qu’une petite fille l’ayant découvert à 9 ans suit avec attention sa carrière, et complètera sa collection cet hiver avec The Unknown Hipster Diary (qu’elle attendait avec impatience!)

  • L'age Moyen December, 7 2012, 1:47 / Reply

    Aha! So that’s who does the Unknown Hipster! I so admire his resolve to stay above the fray – he is a sly fox. And how unfair you folks who can draw something wonderful and then write the perfect caption. Such talent.

  • roelien December, 7 2012, 1:57 / Reply

    many thanks for this interview. the book is great! buy it, everyone!
    actually i discovered the unknown hipster through your (old) blog. so i think it’s a bit of a pity that you don’t show links of blogs/websites you like anymore.

  • daniel December, 7 2012, 4:07 / Reply

    Genial…tu m à fait découvrir Jean Philippe et j adore son travail….j ai commandé son livre. Moi je dessine sur ma tablette Samsung…et je peint aussi…grosses bises depuis Madrid !!!

  • Brandon December, 8 2012, 12:00 / Reply

    What a fantastic feature! I remember when he drew you and Scott — that was when I first learned of Jean-Philippe Delhomme and The Unknown Hipster (thanks so much for the intro, by the way). He is brilliant and hilarious. I love hearing him talk about making phone call after phone call and being outside the scene and working for money. Such a good reminder that if you want to “make it,” you have to not only love what you do, you have to work, too. Bravo!

  • florence December, 8 2012, 5:56 / Reply

    Aaaah, merci pour cette interview, c’est tellement stimulant de lire ça. Ce unknown hipster a un humour irresistible!

  • Carola December, 8 2012, 7:44 / Reply

    Why is this phrase so recurrent in artists: “No, never. I’ve never been part of something, really. I was feeling uncomfortable about it, thinking why am I not part of the fashion crowd…but I found out that I don’t really like it”? And… It feels just the same for me. I wonder Garance, you have so many friends… do you really feel part of something, I mean the crowd?
    I mean, I have friends too, but feeling a part of the arty crowd, or some kind of crowd, I don´t think I have ever felt that way, but an outsider… which is also fun, but strange at the same time… so, when I read jea philippe, it got me thinking…

  • ines December, 10 2012, 11:14 / Reply

    cool cette interview vraiment, je serai chez colette samedi malgre tout le taff AAAFFREUX que j’ai!

    je me suis tellement reconnu quand il parle “des bandes”, tout à fait d’accord

  • sarah December, 10 2012, 3:58 / Reply

    Very inspiring! Thank you :)

  • Albana January, 16 2013, 1:32 / Reply

    This was one of my favorite interviews! Seems so down to earth and realistic, reminds me of Garance. I find the fashion world is far too pretentious that I find it difficult to fit in. Garance and Jean Philippe (although not strictly fashion) inspire me.

  • Montserrat Salvat Velat December, 2 2013, 6:42 / Reply

    Hello Garance & Jean Philippe;

    I had never read this interview and the truth is that I loved it a lot and enjoyed reading everything you say (what a big illusion find U) . I have little time dedicating myself to painting and illustrating in a professional way, but I spend all my life drawing.

    At first it was very difficult 4me to accept the silence and introspection that causes hour after hour alone drawing and painting . Gradually, with some music and enjoying what I was doing more than ever in my life I was becoming aware of the situation and I begun to do more things in relation.

    I started my blog (more or less as a catalog), then twitter; researching everything & everyone I like and brings me inspiration and knowledge. Also I understood that I need more inspiration or different points of view and I begun to spent my spare time out of the city (not so far) but having trips to the beach, mountains, villages etc.

    It brings me strength and energy to continue imagining and shaping ideas, also HAPPYNESS!!

    I hope life would smiles me and I can continue in this line; working hard but glad, because finally I have found what I like & obviously what I am.

    Next 15 of DEC I will be in Paris so I won´t lose the chance to go to Colette & et je ne vais pas manquer l’occasion de demander une signature ;O)

  • Catarina Bivar January, 3 2014, 8:40 / Reply

    Magnifica entrevista,muito verdadeira principalmente para quem desenha como eu,mostra a essencia dos trabalhos de arte. Obrigada Garance e muitas entrevistas neste ano de 2014.

  • Rickardo July, 9 2014, 12:26 / Reply

    Garance ,

    Many thanks for such great interview. I really like is work and I remember is work in the French Glamour in 90′s and the campaign for Barney’s. I wish I had is gift.
    Bless him.

In The Spotlight