Here is what I look like after a cut + keratin treatment. OMG, Aaaaaaaahhh!!!

———

It was when Adrienne, my hairdresser, started to cut that I freaked out.

You remember, I had promised I would take action to eradicate the bun…

Voici le résultat de ma coupe + traitement à la kératine. OMG, aaaaaaaaaahhhhhh !!!!

———

Au moment où Adrienne ma coiffeuse a commencé à couper, j’ai carrément flippé.

Je m’étais promis d’agir, certes, mais quand on commence à voir les mèches qui tombent au sol, ça file toujours le vertige. Dans ces cas-là, je m’efforce de penser à autre chose, je fais des blagues à la con,

But seeing locks falling like that on the ground always gives me vertigo. In these cases, I try to think of something else, I make stupid jokes, and I mantra myself that if my hairdresser has listened well, after the cut, I should still be able to put my $%@# hair up in a #@$% bun.

No cause I have tell you. Last year, I had already tried to eradicate it. I had had my hair cut at the same length of the picture, but it had been BAD – so bad that I literally went Total Recall and erased the event in my head (and never told you about it, sorry) waiting for them to grow into a shameful little bun.

Back in the day, I was convinced that a keratin treatment wasn’t for me. I did it once and I thought it made my hair too straight. I wanted to embrace my curls and the length that came with them (When I say curls, I mean curls. Okay, well, I mean, I guess my curls aren’t as curly as this but they’re not that far off either). They are pretty… unmanageable. Ouch. Such. A. Bad. Hair. Memory.

But let’s get back to now and to Soho, a Wednesday afternoon in our hair salon*.
Right after the half-hour of internal tears in front of my chopped locks (as they lay lifeless on the floor), the time came for my keratin treatment.

I had made Alex, my new favorite physician, promise that my hair wouldn’t come out straight as chopsticks. He promised me twelve times, twenty times even, but despite his bearded angel from heaven looks, I still doubted him.

He explained to me:

“Okay, Garance. The wavier you want your hair to look, the shorter time the treatment will hold. If you want big curls, you’ll just have to redo your treatment every two months or so. But if you let it be a little more straight, you’ll be set till September.”

“Okay, that works. Let’s say… till September.”

He started to apply the keratin. We chatted, I read all the magazines in the world and a few hours later (cut and treatment all together, count about four hours)(here is why I wanted to be set till September) I was out of the salon, with Japanese straight hair and I was freaked.

It’s like that for two days, you have to let the treatment settle. So for two days, Japan. Plus you have to be careful not to touch your hair hair because of the treatment’s chemicals**. Argh. Difficult.

And then one morning, I finally washed my hair. And then, PURE HAPPINESS. New woman. New life. Victory.

Alex kept his promises. My hair was soft but not bone-straight. Super soft, extra shiny (one of the AMAZING secondary effect of the treatment) and I wanted to go happy dance in the streets, actually I totally happy danced in the streets.

So now I don’t have to do ANYTHING to get my hair to fall perfectly (and when I say perfectly, I mean not so perfectly, because I’ve never liked when my hair is too perfect. I want it to look “natural”).
Like what you see in the photo, it’s just shampoo, conditioner ***, and air drying without thinking about it, don’t even need a moisturizing thing or anything. So pretty much it’s just happiness and joy and amazingness.

What’s awesome too is that I have the impression of having my real hair back, the hair I had before it decided to go all frizzy on me a few years ago. Give me two weeks and I’ll have completely forgotten that I got a keratin treatment.

I have 12 friends who asked for the name of the salon, which had never happened to me before, ahaha.
I’m even starting to feel like cutting it shorter, seeing as this whole new world of being a girl with manageable hair has opened up to me.

But I think I’ll keep what I have for now. It feels so good to go dancing in the streets!

Tell me you like it !!??? ;)

——–

* The salon: Found on the internet by Alex (the angel of beauty in the studio) is in Soho and called The Drawing Room.
My hair dresser fascinated me with her technique. I did a pre-consultation where I showed her photos. We decided to start with mid-length and adapted the cut to my face structure.
And then she cut with such precision, for one second I thought she was a hair surgeon or something. Then Alex came around, who is the colorist, but also does the keratin treatments and he started with his promises we already talked about.
The price wasn’t ridiculous. I payed a lot more for my first treatment but let’s be clear about this… Keratin is expensive.

** I’m not a chemist and I can’t write you a thesis about it, but the keratin contains formaldehyde, which is super toxic. In the States, the dosage in the products are regulated but obviously, I don’t want to go saying “Whoa, this stuff is amazing!!!” without mentioning this. Alex (my stylist) and I talked about it at length and he seemed super up to date on what’s in his products.
Anyway, make sure you get any work done at a reputable salon and be cautious. Also, try not to have them done every other day, it’s not a luxury.

*** It’s best to use a shampoo that’s made for post-keratin treatment.

The photo was taken by Scott. It’s pretty cool to have a photographer around the house, you can bug them with your blog pictures :)

et je me dis que si elle m’a bien écoutée, j’aurais toujours la possibilité de les attacher, mes $%#@ de cheveux.

Non mais parce qu’il faut que j’avoue. L’année dernière, déjà épuisée par mon chignon, je m’étais fait couper les cheveux à peu près à la même longueur que sur la photo, et ça avait été la CATA – tellement la cata que j’avais littéralement passé ma coupe sous silence (pardon, je vous ai caché ça), attendant avec un micro-chignon honteux que ça repousse.

À l’époque, j’étais encore persuadée que le traitement à la kératine n’était pas pour moi, je l’avais fait une fois et j’avais trouvé ça beaucoup trop raide. Je voulais accepter mes boucles et cette longueur-là avec des boucles (quand je dis boucles, je dis boucles. Bon, mes boucles naturelles ne sont pas aussi tendues que ça, mais pas loin), c’est… argh, ingérable. Très. Mauvais. Souvenir. Dépression. Capillaire.

Mais revenons au temps présent et à Soho, un mercredi après-midi dans notre salon de coiffure*.
Passée la demi-heure de pleurs devant mes mèches envolées (ou plutôt écrasées au sol et promptement balayées), il a été temps de passer au traitement à la kératine.

J’avais fait jurer à Alex, mon nouveau physicien préféré, que mes cheveux ne ressortiraient pas raides comme des baguettes. Il m’avait promis, douze fois, vingt fois, mais malgré ses airs d’ange barbu tombé du ciel, je me méfiais encore.

Il m’a expliqué :

“Bon, Garance. Plus tes cheveux seront souples, moins longtemps ton traitement durera. Donc si tu veux garder de grosses boucles, imagine-toi qu’il faudra refaire ton traitement tous les deux mois, à peu près. Maintenant, si on commence un tout petit peu plus raides, tu es tranquille jusqu’en septembre.”

“Ok, ça marche. Disons…tranquille jusqu’en septembre.”

Il a commencé à appliquer le produit, on a bavardé, j’ai lu tous les magazines de la terre, et quelques heures après (entre la coupe et le traitement, il a fallu compter environ quatre heures)(comprenez l’envie d’être tranquille jusqu’en septembre) j’avais les cheveux raides comme une Japonaise, et j’étais terrorisée.

C’est que pendant deux jours, il faut laisser le traitement agir. Donc pendant deux jours, Japon. Et il faut éviter de se tripoter les cheveux, car le traitement à la kératine est très chimique**, donc il faut éviter de l’ingérer. Difficile, quoi.

Et un matin, j’ai enfin pu me laver les cheveux. Et là, franchement, BONHEUR, nouvelle femme, nouvelle vie, victoire.

Alex avait tenu ses promesses. Mes cheveux était souples mais pas raides. Hyper doux, hyper brillants (l’un des effets secondaires GÉNIAUX du traitement) et j’avais envie de danser de bonheur dans la rue, d’ailleurs je dansais dans la rue de bonheur.

Je n’ai plus RIEN À FAIRE pour que mes cheveux tombent nickel (et quand je dis nickel, ça veut dire pas nickel, je n’aimerais pas qu’ils soient trop parfaits, je veux juste qu’ils soient “naturels”). Par exemple, ce que vous voyez sur la photo, c’est juste un shampooing, un après-shampoing***, et séchés à l’air libre sans les calculer, même pas besoin de conditionneur ou de quoi que ce soit d’autre, le bonheur, quoi.

Ce qui est génial, c’est que j’ai l’impression de retrouver mes vrais cheveux, ceux d’avant qu’ils se mettent à friser dans tous les sens. Donnez-moi encore deux semaines et j’aurai complètement oublié que j’ai un traitement à la kératine, tellement ça me semble naturel et tellement ça ne demande pas d’entretien.

J’ai 12 copines qui m’ont demandé l’adresse de mon coiffeur, le truc qui ne m’était jamais arrivé avant, ahah.
Je commence même à avoir des envies de couper plus court, vu qu’un nouveau monde, le monde des filles aux cheveux gérables, s’ouvre à moi.

Mais je vais garder mon carré encore quelques temps, je crois. C’est trop bon de danser dans les rues !

Dites-moi que ça vous plaît !!???

——–

* Le salon : Trouvé sur Internet par Alex (l’ange de la beauté du studio), il est à Soho et s’appelle The Drawing Room.
Ma coiffeuse m’a fait halluciner par sa technique. D’abord j’ai eu une pré-consultation où j’ai montré ces photos. On a décidé de commencer avec le mi-long et on a adapté la coupe à mon visage.
Ensuite elle a coupé au millimètre près, c’était assez fascinant. Quant à Alex, le coloriste qui s’occupe aussi des traitements à la kératine, pffff, je vous en ai déjà parlé, il tient ses promesses.
Les prix ne sont pas exorbitants, j’avais payé beaucoup plus lors de mon premier traitement, mais soyons clairs, la kératine, c’est cher.

** Je ne suis pas chimiste et je ne vais pas vous faire une thèse là-dessus, mais le traitement à la kératine contient de la formaldéhyde, un produit très toxique. Aux États-Unis, les produits sont régulés mais évidemment, je ne peux pas vous dire “Wouaaaah, c’est formidable !!!” sans mentionner cela. On en a parlé longuement avec Alex (mon coiffeur) qui a l’air d’être très au courant de la composition de ses produits.
En tout cas, à faire absolument chez un coiffeur formé, précautionneux, et je pense que ce n’est pas un luxe d’espacer au maximum les traitements.

*** Mieux vaut utiliser un shampooing spécial traitement à la kératine, paraît-il.

Photo prise par Scott, c’est quand même cool d’avoir un photographe à la maison.