L’autre jour, mon amie Emily m’a invitée à dîner macrobiotique chez Souen (Se donner des rendez-vous macrobio ? C’est trop IN! ) (je sais qu’on ne dit pas IN)(Je hais les restos macrobiotiques mais je les supporte du moment qu’ils ont de la sauce tahini) et après on est allées voir Anna Karenina.

J’avais moyen envie. J’avais vu Lincoln quelques jours avant (Je sais que le film est censé être fantastique et qu’on est tous supposés l’adorer, mais ils parlent tellement, et tellement vite, et en anglais !!!) et j’avais plus envie de voir Life Of Pi qu’un autre film d’époque.

J’ALLAIS VITE CHANGER D’AVIS.

Le film est un rêve.
La photographie est sublime et les décors m’ont emportée.
Le film est construit comme un décor de théâtre, les décors changeant derrière les acteurs dans une espèce de danse sublime. Difficile à expliquer, mais génial.

Les acteurs sont bons et on est toutes obligées de tomber folles amoureuses d’Aaron Taylor-Johnson (Big crush depuis Savages, je dois dire) et que l’on arrête toutes le délire Jude Law (moi ça fait longtemps que j’avais lâché Jude Law, ce qui je pense est une très bonne nouvelle pour lui, il va pouvoir arrêter d’être un sex-symbol et s’amuser dans des rôles beaucoup plus diversifiés, ce qui me le fait re-aimer trois fois plus qu’avant) (C’est dur d’être un sex-symbol)(Croyez-moi, j’en fais l’expérience tous les jours)(Ahahah).

Keira Knightley est très expressive et quelqu’un a commencé à fumer une cigarette électronique devant moi, ce qui fut à la fois surprenant et agréable, j’ai eu l’impression d’être au ciné dans les années 60, l’odeur en moins.

Beaucoup de libertés ont été prises pour les costumes – très beaux, mais ils m’ont semblé tellement à mon goût qu’ils doivent certainement avoir été largement modernisés. Et il est clair qu’une amitié avec Chanel se déploie devant nos yeux pendant le film (Keira est ambassadrice de la marque er Joe Wright est le réalisateur de la pub N°5 avec Brad Pitt) car Keira porte des bijoux Chanel venant de leur collection contemporaine. Surprenant, mais néanmoins très beau.

Conclusion : Allez le voir.

Ok, c’est pas de la critique de film du tonnerre ? Vous en voulez plus, pas vrai ?

Ne vous inquiétez pas, je suis en train de lire 50 Shades of Grey.
Ouuuh on va rigoler.