Faire du vélo à NY, ça s’apprend

…. En fait, depuis que j’ai failli vomir dans un taxi en arrivant à NY, j’ai décidé de pédaler plutôt que de subir leur conduite erratique, même si ça veut dire que j’ai aussi dû apprendre à slalomer entre les piétons qui font à peu près tout et n’importe quoi.

Mais maintenant que j’ai choppé le truc, j’adore ça ! Je crois que je suis amoureuse de mon vélo.

Ici*, je peux tout faire à vélo : aller au boulot, au cinéma, au resto, aux puces ! A la Neue Gallery. Et même chez Barney’s. La semaine dernière, le printemps a enfin fait son apparition et depuis, mon vélo me remercie tous les jours (sauf ces satanés jours de pluie).

C’est à la fois super détendant et excitant de faire du vélo en ville. Et puis, c’est aussi un bon plan pour mater « Tiens, des mecs mignon en terrasse… ah, je crois que je vais devoir m’arrêter au feu pour me recoiffer, non ? » En plus, on tombe forcément sur quelqu’un à vélo qu’on connaît, et ça finit par une bonne petite tchatche…

Bref, faire du vélo à NY, c’est comme une soirée en mieux puisqu’on n’a pas besoin de la prévoir des mois à l’avance. Et puis, petite cerise sur le gâteau : faire du vélo, c’est aussi du sport ! Par ici, les belles jambes pour l’été !

*Je viens de Californie et là-bas, on trimballe toute sa vie à l’arrière de sa voiture (une serviette de plage parce qu’en Californie, la plage n’est jamais loin, des sneakers, des snacks, un CD de Cranberries, des fringues pour sortir, un coupe-vent, des bouteilles d’eau…)