Allez, filez son Oscar à Leo, qu’on en finisse.
Il est temps.

Ce film, le dernier opus en date de l’un de mes réalisateurs préférés, Iñárritu, est le portrait sublime, épique et émouvant d’un homme qui se bat pour survivre dans l’environnement sauvage et hostile de l’Amérique du Nord de 1823. DiCaprio y interprète Hugh Glass, un homme à la lisière de l’humanité,  qui lutte pour sa survie dans un monde injuste et violent… Il est fascinant. C’est un véritable tour de force, j’ai pleuré.

En gros, n’allez pas le voir lors d’une première date, sauf si vous aimez vraiment bien le mec, et surtout, mettez un mascara waterproof. C’est le genre de film à aller voir avec quelqu’un dont on se fout qu’il nous voit avec les yeux bouffis, comme une meilleure amie ou un mec qu’on connaît par cœur. Moi, j’ai passé 85 % du temps les fesses sur le rebord de mon siège, j’ai pleuré, je me suis mouchée, et j’ai écrabouillé la main de Drew à plusieurs reprises quand le suspense était intenable.

J’adore le travail d’Iñárritu (Birdman, Babel)(c’est un génie visionnaire, non ?), mais on a quand même l’impression que c’est le film de DiCaprio. Il est entouré d’un super casting, dont le très désirable Tom Hardy (qui joue, Fitzgerald, homme à la morale plus que douteuse)(mais je l’aime quand même !) et vous reconnaîtrez peut-être aussi un autre visage de Peaky Blinders – Arthur Shelby (joué par Paul Anderson) !!!

J’ai adoré et j’ai envie de le revoir. Je vous recommande plus que jamais de le voir au cinéma … Et j’imagine qu’il récoltera quelques Oscar (il a déjà 12 nominations !). Parfois, c’est un peu trop intense, au point où on se dit, « Nan, mais quand même ! », mais d’une manière générale, c’est quand même 156 minutes de fascination totale.

Vous l’avez vu ? Vous avez envie de le voir ?