Bon, c’est plus chic que ça en a l’air.

Les yeux ultra-charbonneux chez Derek Lam (rebaptisés “yeux de raton-laveur” par le maître du make-up Tom Pecheux) sont peut-être les plus faciles à réaliser puisque là, on a le droit de déborder. En matière de smokey-eye, j’ai le niveau pré-débutant, mais là, je crois que c’est presque à ma portée…

La question c’est : où et quand oser ce look ?