Je n’avais pas vraiment prêté attention au film « Spotlight » jusqu’à l’annonce de la nomination de Mark Ruffalo et Rachel McAdams pour l’Oscar de l’acteur/actrice dans un second rôle. Mais je trouve que c’est quelque chose d’important et un film très bien mené.

Il revient sur une histoire vraie, celle de l’enquête menée par le journal Boston Globe autour de l’Eglise catholique et qui va révéler la dissimulation systématique de crimes pédophiles commis au sein du diocèse de Boston.

Un sujet sensible s’il en est, qui n’a pas seulement ébranlé la ville de Boston mais a eu un retentissement international et provoqué une onde de choc dans les communautés catholiques du monde entier. Le film déroule sa trame narrative calmement, sans hystérie ni mélodrame. Et elle n’en sert que mieux le fond de l’histoire. Les acteurs sont habillés de la façon la plus insignifiante qui soit, mettant d’autant plus en valeur leur jeu. Ce qui le rend encore plus puissant.

Le film monte en puissance très lentement, tient le public en haleine et ressert son emprise psychologique sur lui (enfin, sur moi en tout cas) à mesure que l’intrigue se dénoue. Voir ce type de scandale social et juridique être dévoilé par une équipe de journalistes qui appartiennent à cette communauté catholique rend l’histoire bien plus poignante que si elle avait été vue à travers les yeux de la police ou présentée comme un énième film de genre.

En sortant du cinéma, j’étais assez impressionnée. Le film mérite d’être vu, même si comme moi vous avez reçu une éducation catholique et pensez que ça risque d’être assez insoutenable.

P.S. Petite précision, l’équipe de journalistes dépeinte dans le film – qui a vraiment existé – a remporté le prix Pulitzer pour sa couverture des événements.