Connaissez-vous le vitalisme ?

Le vitalisme est un concept relativement nouveau dans le monde des sciences. Cet article se concentrera sur l’importance du vitalisme et comment il peut améliorer votre vie. Nous examinerons les principes du vitalisme et comment ils peuvent vous aider à atteindre une vie plus équilibrée et plus saine, ainsi qu’à prendre de meilleures décisions. Nous aborderons également les avantages du vitalisme et comment il peut être appliqué à votre vie quotidienne. Enfin, nous terminerons en discutant des différentes façons dont vous pouvez intégrer le vitalisme dans votre vie et obtenir des résultats positifs.

Philosophie qui suppose l’existence d’une « force vitale » qui agit en chacun de nous, le vitalisme a été nommée depuis au moins 7 000 ans chez de nombreux peuples antiques. Aujourd’hui, c’est l’un des principes de l’approche naturopathique qui repose sur l’énergie vitale de l’individu et prend en compte sa globalité et son individualité.

Mais alors, de quoi s’agit-il exactement ? Qu’est-ce que le vitalisme ? Quels sont ses objectifs ? Découvrons tout cela dans cet article.

Qu’est-ce que le vitalisme ?

Connaissez-vous le vitalisme ?Le vitalisme est une philosophie et une métaphysique qui soutient l’existence d’une énergie vitale, une sorte « d’intelligence biologique » possédée par le corps. Ce principe vital est la source de l’équilibre organique : notre « capital santé ». Cette force immatérielle se manifeste par la capacité du corps à s’autoréguler. En effet, elle contrôle la « matière » et les fonctions physiologiques pour permettre à l’organisme de se restaurer spontanément. Cette énergie vitale connecte toutes les parties de notre corps, et si sa circulation est interrompue, des déséquilibres peuvent survenir.

Le vitalisme est un fondement de la naturopathie car elle reconnaît et soutient le principe d’une énergie vitale unique et intrinsèque à chaque individu. Elle favorise et accompagne le processus de régénération du corps. Lors de l’entretien, le naturopathe évalue la vitalité de la personne suivant l’hérédité, les habitudes de vie et sa réactivité au stress… afin de conserver et de restaurer cette énergie vitale. La naturopathie est, en définitive, l’application moderne des principes de la « médecine » d’Hippocrate, à savoir le causalisme, l’humorisme et le vitalisme. 

Pour mieux comprendre le vitalisme, il faut se rappeler qu’il s’oppose à la pensée « machiniste » ou « matérialiste ». En effet, le matérialisme considère que les êtres vivants sont exclusivement faits de matière, tels des machines. La philosophie matérialiste prétend que la nature ou le corps serait programmé pour une activité automatique, inconsciente et dénuée d’intelligence. Le matérialisme n’accorde aucune importance à l’environnement, alors que le vitalisme s’y intéresse.

Aujourd’hui, c’est la philosophie matérialiste qui est la base des sciences physiques actuelles.

Histoire du Vitalisme

Il y a plus de 2 500 ans, Hippocrate, le père de la médecine et de la naturopathie, a nommé une force « impectum faciens ». Paul Joseph Bartez est le premier à attribuer les phénomènes de la vie à un « principe vital », distinct des lois physico-chimiques et de l’âme pensante : « j’appelle principe vital de l’Homme la cause qui produit tous les phénomènes de la vie dans le corps humain. »

Ce concept philosophique est présent dans toutes les traditions du monde, en particulier celles d’Orient et du Moyen-Orient. Cette énergie est à la base des pratiques thérapeutiques et spirituelles. On la connaît sous le nom de Qi en Orient (Chi en Chine et Ki au Japon), de Kâ chez les Égyptiens et de Prâna en Inde.

En Occident, le vitalisme est apparu avec le magnétisme animal de Mesmer, l’Élan originel de la Vie de Bergson, la force ou l’élan vital. Il prend sa place dans la recherche scientifique, notamment grâce à la physique quantique et aux considérations d’Einstein. En philosophie, c’est surtout Henri Bergson qui l’adopte, en parlant « d’élan vital » comme une liberté organique.

Qu’est-ce que le vitalisme ?

Connaissez-vous le vitalisme ?Selon la théorie du vitalisme, la vie a sa propre force qui la différencie de l’âme et des phénomènes physiques, chimiques et génétiques qui la régissent. Découvrons les différentes lois clés de ce concept.

Principes de conservation des cellules vivantes

Alexis Carrel, un biologiste spécialisé dans le vitalisme, a prouvé qu’on pouvait préserver une cellule vivante en lui fournissant des nutriments et des moyens d’épuration adaptés à ses besoins. Sa conclusion : tout être vivant tend à sa propre conservation.

Impulsion vitale

Walter, un philosophe, a parlé d’un instinct de conservation en tant qu’impulsion vitale, qui n’est ni physique, ni chimique. Selon les lois du vitalisme, cette force vitale contrôle tous les processus de l’organisme et est consciente, c’est-à-dire orientée vers la finalité de la vie.

Besoin minimum

Selon cette loi vitaliste, la vie a des besoins. Si l’un d’entre eux n’est pas rempli, l’organisme est déséquilibré et connait un malaise.

Action double

Henry Lindlahr, un naturopathe et disciple de Sébastian Kneipp, parle de la loi d’action double dans le vitalisme. Il affirme que tout ce qui entre dans le corps est soit bénéfique, soit nocif (comme la nourriture ou le poison).

Perception de l’énergie vitale

Selon le vitalisme, la vitalité (ou énergie vitale) est toujours perçue par l’individu sous la forme d’énergie dépensée (croissance, travail…), et non sous la forme d’énergie de réserve.

Qu’est-ce que la force vitale?

De l’avis des scientifiques, grâce aux enseignements de la physique quantique, il n’est pas difficile de croire à l’existence de cette énergie que nous appelons force vitale ou vitalisme. Pour parler de ce vitalisme, il suffit de regarder le pourcentage réel de vide qui constitue les atomes et les molécules de notre corps: environ 99,9999999999…%.

À l’intérieur de cet espace se trouvent des forces qui relient les éléments matériels, que l’on peut qualifier d’«énergies». Nous sommes donc composés de vide et d’énergie. Et, depuis Einstein et la physique quantique, nous savons que la matière peut être considérée comme un certain niveau de condensation d’énergie. En effet, E = MC² signifie : énergie = matière x la vitesse au carré (²).

D’après Einstein, les physiciens ont ajouté un autre élément : l’information. Toute manifestation est formée d’une certaine quantité d’un mélange de E (énergie), M (matière) et I (information).

Prenons l’exemple d’une chaise, qui nécessite trois éléments :

  1. l’idée de la construire ;
  2. la matière de la chaise ;
  3. l’énergie pour la fabriquer.

Dans la chaise, la matière est la plus visible mais les autres éléments existent aussi. Si nous la brûlons, le rapport E-M-I change : il y a moins de matière et plus d’énergie, qui s’évanouit ensuite. Il ne reste alors que l’idée de la chaise, mais où se trouve-t-elle ? La chaise n’existe plus mais l’idée de la chaise manifestée est d’abord nulle part, et, sous une forme non manifestée, partout.

Exemple de montrer le vitalisme

Il y a beaucoup de signes de cette intelligence et de cette force vitale qui nous permet de maintenir notre homéostasie et de nous autoréguler. De plus, le vitalisme se trouve partout autour de nous, dans la nature.

La nature et le bois

Connaissez-vous le vitalisme ?Avez-vous remarqué comment une forêt ressurgit et recouvre ses pertes après un incendie ou une coupe ? Ces jolies feuilles vertes qui apparaissent sur une branche qui a brûlé ? C’est un bon exemple de cette force vitale que le vivant possède en lui. Les incendies et les déforestations sont des sujets actuels et il est très intéressant de constater que de nombreux chercheurs de la biodiversité estiment qu’en seulement cinquante années, une forêt peut à nouveau être reconstituée et l’écosystème revivre.

La nature dévoile une intelligence impressionnante qui peut même faire renaître des espèces qui ont été coupées ou brûlées. Cependant, il faut plusieurs siècles pour qu’une forêt ancienne retrouve sa place et sa richesse d’antan. Les chercheurs remarquent que la reconstruction naturelle de la nature – en particulier des forêts telles que la forêt Amazonienne ou des forêts tropicales et vierges – est la plus efficace en ce qui concerne la conservation de la biodiversité.

Le vivant ne cesse de nous surprendre par sa capacité de récupération et même de résilience. Après tout, nous faisons partie de la nature et même plus : nous sommes la nature !

L’existence est… contagieuse !

Ces observations nous permettent de réaliser qu’il n’y a pas nécessairement de divergence entre les principes traditionnels de la naturopathie et la science d’aujourd’hui : une harmonie est possible, sans que l’un annule l’autre.

Pour terminer cet article riche en réflexion, nous pourrions citer Gilles Deleuze : « [les] organismes meurent, pas la vie. ». Ce Chi, Prâna ou « intelligence innée du corps » œuvre chaque jour au sein de nos organismes mais aussi des végétaux, des animaux… En fin de compte, de tout ce qui existe et de tout ce qui vit.

 

Connaissez-vous le vitalisme ?

Portrait d’Emma Bagamyan

 

Connaissez-vous le vitalisme ?

Articles similaires

4.3/5 - (11 votes)

Partager

Laissez un commentaire

Garan Cedore Magazine

Garan Cedore Magazine

Garan Cedore Magazine est un espace d’informations et de conseils créé par des professionnels qui souhaitent partager leur connaissance sur l’alimentation, la santé, le bien-être, les relations, la mode et la maison.

Suivez-nous sur :

À travers notre blog, vous aurez la chance de découvrir les meilleures réponses à vos diverses préoccupations liées à l’alimentation, à la santé, au bien-être, aux relations, à la mode et à la maison. Pour tous vos besoins, n’hésitez pas à nous contacter.

@2024 – Tous droits réservés. Garan Cedore Magazine

Ne doutez plus de son amour !

X