Alcool et sport : est-ce compatible ?

L’alcool et le sport sont deux choses qui peuvent avoir des effets négatifs sur la santé. Beaucoup de gens se demandent si l’alcool et le sport sont compatibles ou s’ils sont incompatibles. Cet article explorera les dangers potentiels de combiner l’alcool et le sport et examinera les avantages et les inconvénients de chacun. Il répondra également à des questions importantes telles que : l’alcool peut-il améliorer ou nuire aux performances sportives ? Quels sont les effets à long terme des boissons alcoolisées sur le corps ? Quels sont les conseils pour les personnes qui souhaitent boire et faire du sport ? Enfin, nous donnerons des conseils pour aider les personnes à prendre des mesures responsables lorsqu’elles consomment de l’alcool et à trouver des moyens sains de maintenir une bonne forme physique.

Voici un extrait du prochain livre « Sportifs, votre alimentation sur mesure » rédigé en collaboration avec le Dr Christophe Delong et qui sera publié chez Hachette Pratique en 2017. Le chapitre donne des informations concernant le lien entre l’alcool et le sport. N’oubliez pas de vérifier dans vos librairies préférées !

Liens entre alcool et sportifs

L’alcool est le résultat de la fermentation du glucose. Un gramme d’alcool fournit 7 calories. Une fois ingéré, quelle que soit sa forme (bière, vin, liquoreux, cidre, eau-de-vie, champagne, anisette…), l’alcool (ou éthanol) est métabolisé par le foie. Lorsque l’alcool est consommé, sa diffusion dans le sang dépend de l’acidité de l’estomac, de la quantité d’eau et de nourriture bue avec. Si vous buvez de l’alcool à jeun, il sera absorbé plus rapidement, mais moins vite si vous mangez en même temps, et encore plus lentement si le repas est riche en glucides et en lipides. Le taux de diffusion de l’alcool varie en fonction de la quantité et de sa teneur en alcool: un verre de cidre sera absorbé moins vite qu’un verre de vodka.

L’alcool est absorbé une partie dans l’œsophage, une partie dans l’estomac et le reste dans l’intestin grêle. Il entraîne une résorption d’eau par le corps, ce qui rend inconfortable pour le sportif. Nous recommandons de ne jamais boire avant une activité sportive. Un verre de vin rouge est, en revanche, recommandé pour abaisser le cholestérol et bénéficier des statines contenues dans le vin. Une consommation d’alcool importante provoque une élimination d’eau par les urines et sous forme de transpiration.

Une notion importante à connaître est que le pic d’alcoolémie est atteint plus vite lorsque le degré d’alcool est faible. Par exemple, 50 cl de bière seront absorbés plus rapidement que 50 cl de vin d’apéritif.

Une même quantité d’alcool consommée par une femme et un homme se traduira par une alcoolémie plus élevée chez la femme.

Comment le corps évacue-t-il l’alcool?

L’alcool est transformé en acides gras et cholestérol puis conservé dans une proportion d’environ 20%. Le reste est transformé en chaleur. Ces acides sont répartis dans tout l’organisme. La dégradation complète de l’alcool par oxydation prend environ un mois. Une petite quantité d’alcool est évacuée par évaporation dans les poumons sous forme de gaz carbonique, via la sueur et les urines.

Pourquoi est-ce si difficile de perdre du poids lorsque l’on boit de l’alcool régulièrement ?

L’alcool contient de grandes quantités d’énergie sous forme de glucose. Cette énergie est très rapidement disponible, ce qui contribue à fournir de l’énergie pour le métabolisme de base. Ainsi, les autres nutriments fournisseurs d’énergie (sucres et graisses) sont moins utilisés. Par conséquent, même si nous réduisons notre apport alimentaire et buvons de l’alcool régulièrement, nous tendons à stocker plus de graisses et à prendre du poids ou à le maintenir alors que nous mangeons moins. Il existe un autre mécanisme qui explique cela : l’énergie fournie par l’alcool n’est presque pas utilisée par les muscles lors d’un exercice physique.

Menaces de l’alcool

  • Toxicomanie et alcoolisme persistant
  • Pancréatite
  • Cirrhose hépatique
  • Tumeurs buccales, œsophagiennes, pharyngiennes, gastriques, pancréatiques, du foie, de l’estomac, du côlon et diabète de type 2
  • Effet analgésique en sécrétant des opiacés et des endorphines
  • Effet sédatif et soporifique
  • Effet d’évasion de la réalité, allant au-delà de soi et perte de repères provoquant des actes de violence et le franchissement de ses propres limites

Avantages

Une baisse des taux de cholestérol HDL et une augmentation des taux de cholestérol LDL, ce qui est une caractéristique protectrice contre les maladies cardiaques. La France est l’un des pays les plus à haut risque d’alcoolisme et en même temps l’un des pays les plus développés avec le plus faible taux de mortalité cardiovasculaire.

Les sportifs sont exposés aux risques liés à la consommation d’alcool pour plusieurs raisons :

  • Camaraderie autour d’un verre après les matchs et les entraînements
  • Soirées entre coéquipiers qui peuvent être assez arrosées, la fameuse « 3ème mi-temps », et parfois même la 4ème mi-temps
  • Nécessité d’une énergie supplémentaire, l’alcool peut fournir de l’énergie même si elle n’est pas préférentiellement utilisée par les muscles durant l’effort
  • Chaleur dégagée par la consommation d’alcool, aidant les sportifs qui pratiquent dans des conditions froides ou à l’extérieur durant les mois d’hiver
  • Réduction du stress lié à la compétition
  • Dépassement de soi pour vaincre l’adversaire

Cependant l’alcool a des effets néfastes :

  • Une baisse de la coordination intramusculaire et intermusculaire, ce qui augmente le risque de blessures et d’accidents musculaires
  • Difficultés à se concentrer
  • Hypersensibilité à la lumière et au bruit
  • Irritabilité
  • Diminution du temps de réaction et perte de rapidité
  • Troubles de l’équilibre et de la proprioception qui entravent les mouvements gymniques
  • Troubles du cycle éveil-sommeil
  • Désinhibition sociale
  • Maux de tête et fatigue après une soirée bien arrosée
  • Douleur abdominale, ballonnements, baisse de vigilance et état pseudo-comateux immédiatement après une activité d’endurance ou un match.
  • Sport et alcool : tuons un mythe. La bière n’est pas une boisson idéale pour se réhydrater après l’exercice physique, contrairement aux croyances populaires. Pourquoi ? L’alcool est un diurétique et il accélère le processus d’élimination de l’eau par les urines. Ainsi, après un effort physique, nous cherchons à nous réhydrater, à restaurer l’eau perdue par la transpiration. Ce n’est donc pas vraiment une bonne solution. Préférez notre boisson avec quelques cacahuètes.
  • Alcool et évacuation de l’alcool par le sport : tuons un mythe 2. L’alcool est très peu utilisé par les muscles pour fournir de l’énergie, donc l’exercice physique ne permet pas d’évacuer l’alcool.
  • L’alcool produit beaucoup de chaleur lors de son oxydation dans le foie. Par conséquent, si vous consommez de l’alcool et que vous faites de l’exercice dans des conditions chaudes (été, forte chaleur, ou bien les nouveautés à propos du fitness ou du yoga dans un gymnase trop chauffé dans le but de brûler davantage de graisses…) vous allez chauffer votre corps et vous risquez une déshydratation et un coup de chaleur. Pour les mêmes raisons, évitez le sauna, la douche brûlante ou le hammam après avoir consommé de l’alcool. Cette pratique est courante dans les gymnases après le match du samedi ou du dimanche : on fait la fête avec l’adversaire et les arbitres (non…pas les arbitres vous avez raison !), et ensuite on se précipite sous la douche brûlante pour chanter à tue-tête et célébrer la victoire. Pour les avoir très souvent vécues, loin de nous l’idée de vous priver de ces moments merveilleux, mais sachez être raisonnable si vous voulez continuer à pratiquer votre sport.
  • Mesdames, un conseil pour vous aussi, puisque vous êtes plus nombreuses que les hommes à pratiquer un sport pour maintenir un physique élancé. La consommation d’alcool augmente la balance énergétique très rapidement, alors faites attention aux kilos supplémentaires qui ne veulent pas partir et aux stocks de graisse disgracieux. De plus, l’alcool stimule la faim, ce qui favorise le grignotage et la perte d’un bon rythme d’alimentation. Pour mémoire, 1 gramme d’alcool = 7 kcal, 4 verres de vin = 50 g d’alcool = 350 kcal soit l’équivalent de 5 grands sandwichs chez un célèbre marchand de hamburgers américains !
  • Forcez-vous à respecter cette règle simple : un verre d’alcool = un grand verre d’eau ; et pas plus de deux verres de vin par jour. Si vous êtes invité à un dîner, chez un client, à un repas d’affaire, sachez faire plaisir à votre hôte ou invité mais sachez aussi ne pas consommer d’alcool dans les deux jours qui suivent pour contrôler et équilibrer l’apport calorique. Evitez autant que possible les mélanges qui augmentent la rapidité d’absorption de l’alcool.
  • Un dernier conseil avant de conclure ce chapitre. Si vous avez la « gueule de bois » et que vous avez une séance d’entraînement que vous ne pouvez pas annuler ou bien une épreuve sportive, alors essayez « d’éliminer » au maximum l’alcool dans votre corps en buvant beaucoup d’eau aussi vite que possible après, et mangez des aliments salés pour retenir l’eau dans l’organisme.

Articles similaires

4.8/5 - (15 votes)

Partager

Laissez un commentaire

Garan Cedore Magazine

Garan Cedore Magazine

Garan Cedore Magazine est un espace d’informations et de conseils créé par des professionnels qui souhaitent partager leur connaissance sur l’alimentation, la santé, le bien-être, les relations, la mode et la maison.

Suivez-nous sur :

À travers notre blog, vous aurez la chance de découvrir les meilleures réponses à vos diverses préoccupations liées à l’alimentation, à la santé, au bien-être, aux relations, à la mode et à la maison. Pour tous vos besoins, n’hésitez pas à nous contacter.

@2024 – Tous droits réservés. Garan Cedore Magazine

Ne doutez plus de son amour !

X