Connaissez-vous la symptothermie ?

La symptothermie est une méthode populaire de contraception et de prise en charge de la fertilité qui offre aux femmes une plus grande autonomie et une plus grande responsabilité de leur fertilité. Dans cet article, nous allons vous expliquer en détail ce qu’est la symptothermie et comment elle peut être une alternative viable à d’autres méthodes contraceptives. Nous aborderons également le rôle que l’observation et l’interprétation des signes du cycle peuvent jouer pour une meilleure compréhension de son cycle et de sa fertilité. Enfin, nous examinerons les avantages et les inconvénients de la symptothermie et comment elle peut être utilisée dans le cadre d’un plan de contraception.

Avez-vous entendu parler de symptothermie ?

Êtes-vous au courant de la symptothermie ? Cette méthode d’observation du cycle chez la femme est de plus en plus souvent utilisée comme forme de contraception alternative. Basée sur des indicateurs de fertilité d’origine naturelle (glaire cervicale, température basale, ouverture du col de l’utérus), la symptothermie permet de connaître avec précision notre phase fertile afin d’éviter une grossesse. La symptothermie, pratiquée avec le plus grand soin, est un moyen remarquable pour contrôler son cycle et apprendre à mieux se connaître tout en prenant en charge sa contraception.

Découvrez la symptothermie

La symptothermie est une technique naturelle de surveillance du cycle menstruel et de planification des naissances fondée sur l’examen de la température corporelle de base, de la position du col utérin et de la consistance des sécrétions cervicales chez la femme. La symptothermie est utilisée par les couples qui choisissent un moyen de contraception naturel ou qui souhaitent connaître leur période de fertilité pour favoriser une grossesse. La symptothermie, appliquée correctement, est une méthode de contraception fiable et entièrement naturelle qui favorise la connaissance de son propre corps chez la femme et renforce l’intimité entre les partenaires.

Quels sont les signes de fertilité selon la symptothermie ?

Durant notre cycle menstruel, notre corps nous donne des informations qui nous permettent de savoir où nous en sommes. La symptothermie recourt à trois indicateurs principaux : la température basale (TB), la glaire cervicale et le col de l’utérus.

La température basale (TB)

La température basale (TB) représente la température corporelle avant de se lever le matin. Elle offre une indication précise du taux de fertilité d’une femme en un jour donné. Après l’ovulation, le corps jaune produit de la progestérone, ce qui provoque une légère hausse de température, révélant que l’ovule n’est plus présent et que le reste du cycle sera stérile. Cette période entre l’ovulation et la prochaine menstruation est appelée « plateau haut » des températures.

La glaire cervicale

La glaire cervicale est un autre indicateur de fertilité. Elle est sécrétée par le col de l’utérus tout au long du cycle menstruel pour faciliter la progression des spermatozoïdes. Sa consistance change selon que l’ovulation soit imminente ou déjà passée. Quand elle est abondante, l’ovulation est imminente et elle facilitera le voyage des spermatozoïdes vers l’ovule. Une fois qu’elle a disparu, cela indique le début de la phase infertile, l’ovulation étant passée.

Le col de l’utérus

Enfin, la position du col de l’utérus nous indique si l’ovulation est à venir ou déjà passée. Localisé à l’arrière du vagin, il nous renseigne sur l’évolution du cycle menstruel. Quand il est haut dans le vagin, l’ovulation est imminente. Le col de l’utérus est alors placé de manière optimale pour faciliter le voyage des spermatozoïdes vers l’ovule. Après, il descend et c’est signe que l’ovulation est passée.

Comment apprendre la symptothermie ?

La symptothermie est un système de contraception simple et naturel permettant de déterminer la phase fertile du cycle menstruel. De plus en plus de femmes optent pour cette méthode pour retrouver leur corps et être plus en phase avec leur cycle. Afin de pratiquer la symptothermie correctement, il est essentiel d’être bien formé !

Il existe plusieurs options pour apprendre la symptothermie : certaines personnes choisissent de s’instruire par elles-mêmes grâce à des lectures sur le sujet et à la pratique, tandis que d’autres optent pour une formation avec un professionnel afin d’obtenir des informations claires et d’être accompagné pour comprendre leur corps et leur cycle. De nombreux cours sont disponibles en ligne ou en présentiel et permettent de connaître le fonctionnement du cycle féminin, d’apprendre à utiliser sa température basale et à découvrir la glaire cervicale et ses indices de fertilité.

Comment prendre la température ?

Pour pratiquer la symptothermie, il est fondamental de pouvoir se fier à sa prise de température. Elle doit être précise et correcte. La température basale est celle que l’on mesure le matin au réveil avant de se lever. Il est important de dormir au moins 5 heures d’affilée pour obtenir la température basale. 

Plusieurs voies sont disponibles pour prendre sa température : par la voie buccale, la voie vaginale ou la voie anale. Il est nécessaire de choisir une prise de température interne, car les prises externes (sous l’aisselle ou sur le front) ne sont pas assez précises pour pratiquer la symptothermie. 

Pour beaucoup de femmes, la prise de température buccale est la plus pratique. Il faut alors insérer le thermomètre sous la langue chaque matin à la même heure. Une fois la voie de prise choisie, il est important de la maintenir sur toute la durée du cycle. Si l’on souhaite changer de voie, il est nécessaire d’attendre le cycle suivant pour conserver des données fiables. La prise de température peut paraître fastidieuse, mais devient très vite un automatisme pour les femmes qui la pratiquent. Une fois la température prise, il faut la noter sur papier ou sur une application dédiée.

Est-ce que la Symptothermie est une méthode contraceptive naturelle fiable ?

L’efficacité d’une méthode contraceptive s’évalue en se référant à l’indice de Pearl. Ce dernier représente le nombre de femmes sur 100 qui sont tombées enceintes durant une année. Par exemple, une méthode contraceptive dont l’indice de Pearl est de 2 signifie que 2 femmes sur 100 sont en état de grossesse après un an. Ce qui donne 98 % de fiabilité. 

Chaque méthode contraceptive est accompagnée d’un indice de Pearl divisé en deux : le taux de fiabilité théorique et le taux de fiabilité pratique. Le premier fait référence à la prise en compte correcte et régulière de la méthode. Le second est l’efficacité de la méthode dans la vie de tous les jours, prise en compte des erreurs possibles de la part des femmes. 

En général, les méthodes contraceptives qui demandent une implication active de la part des femmes ont des taux d’échec plus élevés. Par exemple, les dispositifs intra-utérins hormonaux ont un taux de fiabilité théorique et pratique presque identique, car les femmes qui les portent n’ont pas le droit à l’erreur. 

Aujourd’hui, il existe 3 études sur l’efficacité de la méthode symptothermique. Chacune d’entre elles montre un taux de fiabilité théorique élevé. La symptothermie présente 99,6 % de fiabilité en cas d’abstinence pendant la période fertile et 99,4 % de fiabilité avec l’utilisation de méthodes barrières. En moyenne, la méthode a un taux de fiabilité général de 98,2 %. Elle a donc un très bon indice de Pearl de 0,4 lorsqu’elle est appliquée correctement. Cependant, l’efficacité de la méthode dépend grandement de la vigilance et de la prise en compte de la part de la personne qui la met en place. 

À quel moment commencer à pratiquer la symptothermie ?

Il n’y a pas de moment particulier pour débuter la prise de mesures ou l’observation de la glaire cervicale. Vous pouvez commencer à enregistrer votre température basale et à déchiffrer les signes de la glaire cervicale à n’importe quel moment. Cependant, vous ne pourrez pas obtenir de conclusions fiables dès le début. Il faut du temps pour comprendre votre cycle et pour gagner en assurance. Pour pouvoir déterminer votre phase infertile, il est essentiel d’avoir des données suffisantes pour être certain que l’ovulation est passée et que les spermatozoïdes ne rencontreront pas d’ovule fécondable.

Le cycle menstruel est divisé en quatre étapes (menstruations, phase folliculaire, ovulation et phase lutéale). Ainsi, accumuler des données à partir du début du cycle permet de déterminer le passage de l’ovulation et de passer de la phase fertile à la phase infertile. Pour obtenir des informations suffisantes pour confirmer le passage de l’ovulation, il est donc conseillé de commencer à analyser votre température et à observer la glaire cervicale et la position du col de l’utérus dès le début du cycle. Une fois l’ovulation passée, vous êtes infertile jusqu’aux prochaines menstruations, marquant le début d’un nouveau cycle. Vous pouvez donc avoir des rapports sexuels non protégés pendant cette phase sans risque de fécondation par les spermatozoïdes.

Quel type de thermomètre pour la symptothermie ?

Aujourd’hui, de nombreuses options sont disponibles pour mesurer la température basale et étudier son cycle. Si vous choisissez d’utiliser un thermomètre pour pratiquer la symptothermie, il est important de choisir un thermomètre à deux décimales, c’est-à-dire un thermomètre à grande précision. Pour une analyse adéquate des données de température, une mesure arrondie à 0,05°C est requise. On trouve ce type de thermomètre très précis en pharmacie, mais il est également connu sous le nom de thermomètre BBT (Basal Body Temperature).

Comment appliquer la méthode symptothermique en allaitant ?

L’allaitement constitue une étape unique dans la vie d’une femme sur le plan hormonal. Il n’y a pas une règle universelle concernant la façon dont pratiquer la symptothermie lorsque l’on allaite. En général, si la maman satisfait aux critères d’un allaitement exclusif, elle sera maintenue dans une phase pré-ovulatoire stérile pendant 84 jours après la naissance. Au-delà de ce délai, il est important de suivre avec précision la symptothermie si le cycle menstruel n’est pas encore revenu. En effet, l’ovulation peut arriver avant le retour de couche et une grossesse peut survenir même si les règles n’ont pas encore repris. Une fois que la température monte et qu’elle reste haute, la femme peut être sûre de son ovulation et s’attendre à un retour de couches exactement deux semaines plus tard. Un autre point à prendre en considération est que les mères qui allaitent la nuit ont parfois du mal à dormir cinq heures d’affilée, ce qui est nécessaire pour obtenir des résultats fiables avec la prise de température. Pendant la période d’allaitement, il est donc recommandé de demander l’aide d’un spécialiste pour appliquer correctement la symptothermie et éviter les erreurs.

Expression d’une naturopathe sur l’utilisation de la symptothermie

En tant que naturopathe, je pense qu’il est important que chaque femme reprenne sa contraception en main. Connaître son cycle menstruel est une excellente manière de prendre soin de ses hormones et de respecter son rythme. J’accompagne des femmes qui m’ont dit avoir retrouvé leur bien-être en se tournant vers des moyens de contraception plus naturels. La symptothermie est très pratique et fiable, et en plus elle n’est pas contraignante. Après quelques mois, la femme reconnaît l’ovulation et la phase infertile de son cycle sans difficulté. Toutefois, il faut souligner que la symptothermie n’est pas adaptée à tout le monde. Elle exige une grande rigueur et une bonne formation pour être pratiquée avec succès. Heureusement, il y a de plus en plus de solutions de qualité !

Synthèse finale

La symptothermie nous aide à détecter avec brio notre ovulation grâce aux indications hormonales que notre corps nous envoie. Les modifications de température corporelle, la disparition de la glaire cervicale et le mouvement du col de l’utérus nous indiquent que notre ovulation est passée et que la phase lutéale infertile a commencé. Les spermatozoïdes ne peuvent pas ensuite féconder l’ovule et il n’y a aucun risque de tomber enceinte. Comprendre ces signaux prend du temps et de la persévérance, mais l’effort en vaut la peine. Suivre la symptothermie est très libérateur pour les femmes, qui peuvent ainsi reprendre le contrôle de leur contraception et mieux comprendre leur cycle menstruel. Pour bénéficier pleinement de la symptothermie, il est important de suivre un cours de qualité afin de mettre toutes les chances de son côté !

 

Articles similaires

4.9/5 - (26 votes)

Partager

Laissez un commentaire

Garan Cedore Magazine

Garan Cedore Magazine

Garan Cedore Magazine est un espace d’informations et de conseils créé par des professionnels qui souhaitent partager leur connaissance sur l’alimentation, la santé, le bien-être, les relations, la mode et la maison.

Suivez-nous sur :

À travers notre blog, vous aurez la chance de découvrir les meilleures réponses à vos diverses préoccupations liées à l’alimentation, à la santé, au bien-être, aux relations, à la mode et à la maison. Pour tous vos besoins, n’hésitez pas à nous contacter.

@2024 – Tous droits réservés. Garan Cedore Magazine

Ne doutez plus de son amour !

X